Transcription, Audience virtuelle du 19 janvier 2021

Volume : 7
Endroit : Région de la Capitale-Nationale, en mode virtuelle
Date : 19 janvier 2021
© Droits réservés

Offrir un contenu dans les deux langues officielles

Prière de noter que la Loi sur les langues officielles exige que toutes publications gouvernementales soient disponibles dans les deux langues officielles.

Afin de rencontrer certaines des exigences de cette loi, les procès-verbaux du Conseil seront dorénavant bilingues en ce qui a trait à la page couverture, la liste des membres et du personnel du CRTC participant à l'audience et la table des matières.

Toutefois, la publication susmentionnée est un compte rendu textuel des délibérations et, en tant que tel, est transcrite dans l'une ou l'autre des deux langues officielles, compte tenu de la langue utilisée par le participant à l'audience.

Les participants et l'endroit

Région de la Capitale-Nationale, en mode virtuelle

Participants :


Table des matières

PHASE II - Présentation par les intervenants

6784 Indigenous Screen Office

6964 Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse

7111 John Robert Buchan

7136 Trevor Gordon Ball

7147 Kevin Lockwood

7197 Québecor Média In. au nom de Groupe TVA Inc. Et Vidéotron Ltee.

7442 Assemblée de la francophonie de l’Ontario


Engagements

Aucun


Transcription

Gatineau (Québec)

--- Upon commencing on Tuesday, January 19th, 2021 at 10:00 a.m./L’audience débute le mardi 19 janvier 2021 à 10h00

6777 MS. ROY: Good morning, Mr. Chairman. Before we ---

6778 LE PRÉSIDENT: Bon matin.

6779 Mme ROY: Bon matin.

6780 LE PRÉSIDENT: Bon matin, Madame la secrétaire.

6781 Good morning, everyone.

6782 MS. ROY: Before we begin, I would just like to announce that Eagle Vision that were scheduled for today will not be appearing today; they will be appearing on Tuesday, end of day, of next week.

6783 And now we will proceed with the presentation from Indigenous Screen Office. Please introduce yourself and you have 10 minutes for your presentation.

6784 PRESENTATION/PRÉSENTATION

6785 MR. WENTE: Yes, hello, and thank you so much for having me. Miigwech.

6786 My name is Jesse Wente; I’m the Executive Director of the Indigenous Screen Office. As I hope you all know, the Indigenous Screen Office supports this renewal of the broadcast licence. We are an organization founded to support Indigenous storytellers within the Indigenous -- within the Canadian screen and broadcasting sector.

6787 Our comments in this renewal process will be focused on CBC/Radio-Canada’s role in the reflection of Indigenous peoples in broadcast media, which is broadly understood to include all of their various platforms on which CBC/Radio-Canada operates.

6788 If I can -- you should have all received my intervention. If I can just jump to the second page and, I think, go to the specific measures for CBC/Radio-Canada.

6789 We would urge that CBC/Radio-Canada must have Indigenous leadership at the executive, managerial

6790 and editorial levels overseeing the commissioning, creation, and dissemination of Indigenous content; that the support of Indigenous, French, and English languages and cultures in Canada must remain a primary requirement of CBC/Radio-Canada, regardless of platform or distribution network. And, perhaps most importantly, that CBC/Radio-Canada must treat Indigenous content in the same manner that they service French and English, and support Indigenous narrative sovereignty. And what we mean by indigenous narrative sovereignty is the right for Indigenous peoples to have control over the creation, dissemination, and production of content that reflects our communities.

6791 So the three points here have decision-making control over the funding and the creative sides of

6792 production; protect cultural property rights and interests; and ensure appropriate consents, access to, and control of cultural property. Those are the essential aspects of narrative sovereignty. These are already granted to French and English communities and French and English content under the creation of the CBC; we’re calling for that to also be held true for Indigenous content.

6793 We would also call for greater transparency in CBC’s accounting for Indigenous content,

6794 including identified infrastructure and content spending.

6795 It can often be difficult when reading the CBC’s financial statements, to understand the actual spend that they make on producing Indigenous content as opposed to operating infrastructure in Indigenous majority population centres.

6796 CBC and Radio-Canada should also work much more closely with Indigenous broadcasters, such as

6797 APTN, to both produce and distribute Indigenous content.

6798 As you’ll see, one of the things we recommend throughout our intervention here is that role of CBC and the broadcast sector, in terms of Indigenous content, it really to support Indigenous peoples in the creation of their own content. And that would include CBC/Radio-Canada supporting the broadcast infrastructure for Indigenous peoples.

6799 CBC/Radio-Canada's renewal should recognize the primary and critical roles of the

6800 existing, Indigenous-controlled broadcasting media, which should be encouraged to grow. CBC/Radio-Canada is a powerful presence in Canada and this power should be

6801 directed to support Indigenous expression, which includes supporting Indigenous creators, of course, and also the Indigenous media that enables this expression in its most

6802 direct form.

6803 We’d also ask that in its operations and practices, should use its public resources to enhance and extend the impact of the more limited resources available to existing and future Indigenous services.

6804 As the major public broadcaster in Canada, we feel this is an obligation that CBC has, is to amplify existing Indigenous broadcasters and Indigenous content.

6805 We support some of the following measures, which would be followed by CBC/Radio-Canada in its operations affecting Indigenous Peoples and the media:

6806 CBC/Radio-Canada's primary role with respect to Indigenous Peoples should be a

6807 role of reflection and support for Indigenous creators and Indigenous-controlled media.

6808 It should provide Indigenous reflection in accordance with the principles set out in the regulatory framework for Indigenous broadcasting, which the CRTC, in consultation with us and many others, is currently reworking. So we’d ask that their work reflect that new framework.

6809 We agree that CBC/Radio-Canada, with specific questions touching on Indigenous broadcasting and content; for example, the question of defining an

6810 "Indigenous musical selection" or what constitutes an "emerging Indigenous artist", should be developed through consultations with Indigenous communities and reflected in the new framework.

6811 We have to see policies affecting us at institutions like CBC/Radio-Canada be created by Indigenous peoples and enacted by those institutions.

6812 The framework should also address the definition of "Indigenous audio-visual production"; and, in our view, this definition should require that the production be created and controlled by Indigenous Peoples. So that would be creative control as well as ownership.

6813 In its relationships with Indigenous creators and Indigenous media, CBC/Radio-Canada should recognize and ensure the primacy of Indigenous creators and voices in the creative process in the reflection of Indigenous Peoples, and recognize the primary role of Indigenous media, where it is available in a format or area of service, as the expression and embodiment of the rights of Indigenous Peoples to own and operate our own media. Where Indigenous media is not available, CBC/Radio-Canada should support the establishment of such media.

6814 So we’re really asking for the CBC to become much more of a support of grassroots Indigenous media as part of their obligation as the largest public broadcaster in Canada.

6815 In support of these calls, we have provided for you some of the reference materials that has existed within various reports over time. So we’ve included references to media in the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, of which Canada is a signatory, and as we are set out as reflected in our own Constitution in section 35. You’ll see in Article 16, the UN Declaration issued a statement directly regarding Indigenous media.

6816 The UN Declaration also addresses the role of state media. And we are referring to the original UN Declaration, not the form that is currently being presented to Canada, the Canadian government.

6817 And the United Nations Declaration states that:

6818 “States shall take effective measures to ensure that State-owned media duly reflect indigenous cultural diversity.”

6819 And so we’re calling on CBC to do that.

6820 We also reference the final report of the National Inquiry into Murdered and Missing Indigenous Women and Girls. This had included 231 calls for action. There are calls for justice under section 6.1 that directly states that all Canadian media must take appropriate action in reflection of their findings.

6821 You will also find, in the final report from the Truth and Reconciliation Commission, a direct call to the CBC, in number 84 of their calls to action:

6822 “We call upon the federal government to restore and increase funding to the CBC/Radio-Canada, to enable Canada's national public broadcaster to support reconciliation, and [to] be properly reflective of the diverse cultures, languages, and perspectives of [Indigenous] peoples...”

6823 We’ve provided -- there’s other calls, numbers 85 and 86 also call on the media.

6824 So, in conclusion, the ISO, Indigenous Screen Office, appreciates this opportunity to comment on CBC/Radio-Canada’s licence renewal. We do support the renewal of CBC/Radio-Canada's broadcasting licences.

6825 We acknowledge the primary role of CBC and Radio-Canada's in connection with Indigenous broadcasting media should be reflective and supportive of Indigenous Peoples, through its support of Indigenous creators and Indigenous-led media.

6826 The ISO is working constructively with CBC/Radio-Canada currently, and we especially appreciate CBC/Radio-Canada's participation in productions where Indigenous people are in control.

6827 The reports such as the UN Declaration, the MMIWG final report and the TRC final report are critically important to Canada and Indigenous Peoples while on our path to reconciliation. The reports support the right of Indigenous Peoples that we should own,

6828 operate and control and our own media with support from the CBC/Radio-Canada, who should be taking the lead in fair representation and equal airtime with French and English.

6829 We have requested to appear at this public hearing, so I thank you for doing that.

6830 And that concludes my formal presentation, as you have it.

6831 I spoke a little quickly there, so my apologies.

6832 THE CHAIRPERSON: No -- pardon me. Not at all. Please finish.

6833 MR. WENTE: No, I think I'm finished, sir.

6834 THE CHAIRPERSON: Thank you very much. Thank you for comments, and I will turn the microphone over to Commissioner Anderson.

6835 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you very much.

6836 Thank you, Mr. Wente, for your submissions. They were very helpful and informative.

6837 One of the things that you touched upon repeatedly Indigenous people and supporting Indigenous creators.

6838 I was wondering if you can elaborate what kind of -- what does support look like, what are you referring to there?

6839 MR. WENTE: So I think fundamentally, the support we would most look for is in increased representation or presence of indigenous peoples in the decision-making mechanisms within CBC/Radio-Canada. That would include a structure not dissimilar to the way they currently operate in their French and English services, a dedicated Indigenous service that has Indigenous leadership, Indigenous governance, and is responsive to the Indigenous community.

6840 So that would be -- under that framework, I think then the CBC/Radio-Canada would be in a better position to actually commission work from Indigenous-led artists and companies for broadcast.

6841 So I think there's two things. There's the support of actual content creation and dissemination, but there's also internal structures within the CBC that need to help support and strive for Indigenous self-determination when it comes to storytelling.

6842 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you.

6843 My next question goes to relevance. What kind of criteria do you think the Commission should consider to ensure that programming offered to Indigenous people is relevant?

6844 MR. WENTE: I mean, that's a -- that's a great question.

6845 I mean, I think we should look -- be looking at -- I think the best -- the best way for the Commission to consider what is relevant to Indigenous peoples is, of course, to ask Indigenous peoples and reflect on what the communities are asking for.

6846 You know, in terms of what we've heard from the community and the ISOs, there's -- you know, there's a need -- a desperate need for increased resources.

6847 You know, Indigenous peoples have not been a full participant in the broadcast sector in Canada for its entire history of existence. We're still seeking that similar equal representation.

6848 We view that as -- CBC being the largest broadcaster in Canada as central to that role as well as their existence as a Crown corporation means that there is an obligation to Indigenous peoples for a place like CBC/Radio-Canada.

6849 What we've heard is we need more of all sorts of programming, but I think specifically of Indigenous language programming in Indigenous languages for -- for communities. And then I would suggest the CBC has a role to play in that -- in that and should think about how it places those sorts of programming decisions and those sorts of program creation in the hands of Indigenous peoples for the revitalization, restoration and preservation of our languages and cultures.

6850 I hope that answered it, sort of.

6851 COMMISSIONER ANDERSON: So my next question would be in terms of gauging whether or not the corporation has achieved those criteria or is, in fact, relevant to Indigenous people -- sorry, that their programming is relevant.

6852 MR. WENTE: Well, I think this is one of the challenges that we've actually seen with the CBC is that they -- there has never been a fully-articulated Indigenous policy and an Indigenous strategy that we could actually hold them to account for.

6853 This also circles back to the issues around their accounting where it can be sometimes difficult to discern what is being spent specifically on the creation of Indigenous content versus what is being spent on having facilities in Indigenous -- Indigenous majority population centres.

6854 So I think it would be good for the CBC or appropriate for the CBC to have an articulated Indigenous strategy that is -- that then organizations like the ISO, like the CRTC can actually hold them to account for meeting those objectives.

6855 And we really have not seen that yet, so I think that would probably be the best way, is -- and that strategy should, of course, be created with -- in deep consultation with Indigenous people so that it's actually Indigenous peoples that are helping to create that strategy and then helping to keep them account for it.

6856 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you.

6857 My next question is going to go to the importance of including Indigenous people in any development of any strategy or policy or performance measure, but I think that you've addressed that if -- unless there's anything else that you'd like to add about the ---

6858 MR. WENTE: Well, I mean ---

6859 COMMISSIONER ANDERSON: --- about the inclusion of Indigenous people --

6860 MR. WENTE: Yeah.

6861 COMMISSIONER ANDERSON: --- in the process.

6862 MR. WENTE: Absolutely. I think all I would add is just to reinforce, I think, what is already clear from my statements, which is I actually think all policy should be developed by Indigenous people and adopted by places like the CBC. I think that's actually the role, is for them to facilitate a community conversation and consultation where the communities decide what this is and for organizations and institutions like the CBC, frankly, many others, to really just accept those and to not try to influence those policies because it's really not for them to dictate that. It's for the community to ask for these things.

6863 So yes, that's -- that's how I would see that relationship happening. Thank you.

6864 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you very much.

6865 Okay. There are many different Indigenous peoples and languages, as you know. Canada's a very diverse country when it comes to our Indigenous people, and that can sometimes add to the challenge of ensuring that programming is relevant to the Indigenous population.

6866 So for instance, what might be relevant to Anishinaabe people would be potentially less relevant to, say, somebody from Old Crow, somebody that's Gwich'in or Taka River Tlingit, for that instance.

6867 Did you want to speak a little bit about some of those challenges?

6868 MR. WENTE: Well, I mean, I think it is one of the challenges of Canada that Canada's always faced historically and all of its institutions because we have always been a multi-national place, and it is difficult to transverse all of those nations.

6869 I'm not sure relevance in that way would be my primary concern in that yes, it may not -- you know, language may be -- and you're talking about, in some cases, small language groups. But when we phrase that, it's important to understand the context of why there are now small language groups, which was that that is a very purposeful result of Canadian policy over the last 150 years that they're now small Indigenous language groups.

6870 So I'm not sure we should now take that as a sign that we shouldn't serve those communities. I'd actually say the exact opposite, that, actually, our obligation now is to serve those -- those small communities as directly as we possibly can even if that means it may not be relevant.

6871 And I put that in air quotes because I think it's more of a one-to-one relevancy as opposed to as an Anishinaabe person, am I invested in another Nation having their language restored. Yes, I am. And I would never -- that content is actually relevant to me.

6872 It may -- I may not understand it. It may not be my culture or my Nation, but it is relevant to me in that, for other Indigenous Nations to have their languages preserved and flourish is important, I think, to all Indigenous peoples.

6873 And thus, I wouldn't really -- I think this is one of the challenges around now, in 2021, when we're thinking around cultural policy and broadcasting and CBC policy, is that we shouldn't now think of today -- we need to understand how we've arrived at today and understand that that -- what we do now shouldn't necessarily be based on -- it should be based on the whole history of how we've arrived today, not just what is today.

6874 And so the whole history would suggest that broadcasting in Canada and the CBC has underserved Indigenous communities for its entire history, and thus we need to reverse course and begin to, dare I say it, overserve those communities for a while, and that includes producing content that might be functionally for a very small people, but actually serves a much grander purpose. And if the goal is ultimately for these languages to flourish again on these lands, which certainly would be my goal, then I think we need to invest in a long-term solution, and that means investing in communities and audiences that might appear small now, with the idea that over time they will grow.

6875 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you very much for that answer.

6876 So I understand what you're saying about needing to potentially overserve communities that have typically or historically been underserved. So, I wonder how that coincides with the discussion about equal representation? Can you maybe comment on what equal representation might look like in light of what you just said about the historic underrepresentation of Indigenous people?

6877 MR. WENTE: Well, I mean, I think this is one of the challenges that we face because I think often when we consider equal representation, we look at metrics like population. And so, for example, this is not uncommon with cultural policy in relation to Indigenous peoples now is to look at our population base between four-and-a-half and say five percent of the Canadian population and assign resources on that basis. But, of course, that is actually not a corrective method of determining policy because all you're really doing is ensuring a certain status quo as opposed to attempting to rectify longstanding inequalities.

6878 So, in terms of -- so I would actually look at equality of representation perhaps in a more long lens as opposed to say one single TV season or one single TV year. So, to that end, you know, where there has not been the presence of Indigenous content for most of the history of it, then that would suggest a "overrepresentation" of it now isn't actually an overrepresentation. It's simply a historical correction of a misrepresentation or non-representation for years and years previous. So, I tend to think that we actually need to invest greater in underrepresented and marginalised communities than we do in the sort of -- the communities of power in Canada, because that dynamic has existed for so long, that to actually achieve -- and a measure of equality actually requires a greater investment now, and a sustained greater investment over a period of time.

6879 And again, I would -- when it comes to specific language groups or communities or cultures, I wouldn't necessarily look at it through that lens because I think the goal is sort of larger than individual communities. So, I think -- there I think I wouldn't necessarily want to attribute, you know, one Indigenous community say getting more than another as necessarily imbalanced. If that is the occurrence that we see over a period of time, then that is something to correct, just as the historic underrepresentation of many communities in the Canadian broadcaster sector is now something to address because we have a whole history of it to look back on.

6880 So I would say that, again, to achieve equality actually requires a larger investment when historically there has been an overinvestment or an overrepresentation of other communities. So, I think that's how you actually come to a balance, and it has to be sustained. It won't be achieved in a single licence mending.

6881 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you. And then speaking about specific licence mandates or licence terms, I was wondering if you could speak to CBC and Radio-Canada's efforts to provide relevant Indigenous programming during the last licencing term?

6882 MR. WENTE: Yeah, so obviously I think CBC -- the establishment and the continued prominence of CBC Indigenous is very encouraging. To have a dedicated service providing that sort of content is very important, and we need to continue that.

6883 Again, what I would still like to see is an increase of Indigenous management, editorial, senior people within the organisational structure of the CBC to better support the activities of CBC Indigenous and grow that platform to be more wholly self-determined for Indigenous peoples in terms of the content that it produces and the decision making that goes around its content, but I would say we're encouraged by the direction the CBC is taking. We would encourage them to do more and we would encourage them, again, to have a larger group of Indigenous decision makers that are helping to shape its approach to Indigenous content.

6884 And I should add, Indigenous decision makers not just in CBC Indigenous. I would actually suggest that CBC/Radio-Canada needs Indigenous decision makers throughout its service to help shape its coverage of Indigenous issues broadly, not just in its Indigenous-specific stream, but also its coverage of these issues more broadly to better reflect these issues I think for the broader Canadian public.

6885 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you very much.

6886 And are you able to speak to the approaches used by CBC in comparison to Radio-Canada? Are the approaches for providing Indigenous programming or programming that's relevant to Indigenous people similar?

6887 MR. WENTE: I would say in practice we've seen an increased support for Indigenous content on -- in -- on the CBC as opposed to Radio-Canada. I think Radio-Canada lags behind a bit in terms of its support for Indigenous voices in Quebec and in the French-speaking parts of Canada. So, I think we would encourage them to equalise that service across their platforms. And again, to make sure that there's Indigenous presence and decision making within Radio-Canada to help support their Indigenous content and their content in general when it comes to reflecting Indigenous peoples within their coverage.

6888 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you. So much of last week there was a big discussion about putting content into the digital sphere, and I was wondering if you can comment about how that might affect Indigenous groups?

6889 MR. WENTE: So, I mean, we in general would understand the shifting landscape of the broadcast ecosystem and we're encouraged by recent moves to bring more of online broadcasters under the fold, so we're encouraged by that. I think the thing we would always say, which is not specific to these hearings, but I'll say it anyway because we're here, is that the move to digital -- the concern for us is that there is currently an inequality in broadband access across Canada. And so when you have a public broadcaster like CBC moving more of its services online, but you have inequitable online access, that actually does become a challenge to equitable service delivery for most of Canada. And this -- you know, this is true of Indigenous communities, but frankly, many other non-Indigenous communities that also exist with substandard broadband access, especially north -- frankly, not that far north of the southern Canadian -- current Canadian border.

6890 So that is our concern around any shift. Frankly, not just from CBC, but any cultural, any government action, anything to online is that until there is sustained access and equitable access to high-speed internet for all communities, shifts to digital infrastructure or digital delivery may result in an inequitable delivery of those services. And so we would encourage to make sure that the broadband infrastructure in Canada is actually able to meet those sorts of shifts in the ecology of the broadcasting system.

6891 But in terms of the way actually consumers interact with content, I think we would recognise that that is an evolving process, and that broadcasters need to have some ability to meet their audiences where they are and on their own terms. So, we're not against the shifting of those concerns or priorities. What concerns us is that without an equitable access infrastructure, those shifts may result in an unforeseen, or preventable inequalities.

6892 COMMISSIONER ANDERSON: And so given what you just said about access to broadband infrastructure, I think that it's really important that the programming that exists to meet the Indigenous audience is discoverable. Do you have any suggestions on how the corporation can improve discoverability, both in traditional platforms and online platforms? I'm sorry, I should say when it comes specifically to Indigenous programming.

6893 MR. WENTE: Yeah. I think discoverability is a challenge so many of us in our sector are trying to navigate, and if I had those answers, boy I'd be very rich.

6894 I think discoverability is a -- is an ongoing -- is going to be an ongoing challenge especially as we actually shift to a more online delivery system. That actually will only exacerbate existing discoverability issues. Because once you move to a completely global online it's going to exacerbate that.

6895 I think -- in terms of surfacing that content, I think there is some strategies around just allowing that content to be visible, whether that is algorithmic infrastructure to make sure that that content is surfaced appropriately on the digital platforms, maybe even transparence (sic) algorithic -- algorithmic input from community.

6896 In other words, what I'm saying is allow the audience to input what they would like surfaced, allow them some control over their own algorithm so that I could input "these are the stories I'm looking for from the CBC", and have it surface, as opposed to most algorithms which actually track your data and surface things for you based on your previous engagement, like based on what you've previously sought out or viewed.

6897 I think if we actually allowed the users more control over their outputs that you could actually have some users self-select. I've seen some good technologies that actually also surface views that help to sort of broaden readership, so it'll surface related content that might deepen understanding.

6898 And I mean, I think honestly with the infrastructure and the size of the CBC, I think there's lots of strategies it could undertake. It has an enormous pool to draw from; it has an enormous existing infrastructure.

6899 I'm not providing you the best answers, I know, because I'm not sure I -- I fully know them. I think discoverability is going to be an ongoing issue for Canadian content creators. I think we need to see to make sure that there's a space in non‑CBC places to make sure that Canadian content is surfaced and very visible for people.

6900 At a place like the CBC, I think it becomes more of a question of making sure that they are a destination for people to find their content and make sure that they -- once there they are able to surface the content.

6901 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you for that. And then moving on, I think that it's really important that we really flesh out the conversation when it comes to establishing performance measures and a measurement framework. So I wanted to dedicate the last portion of this discussion to that.

6902 As -- as you know, currently as a way to ensure that say Canada's official language minority communities have adequate reflection, we have imposed a number of requirements relating to exhibition or expenditure. And I was wondering if you think that a similar approach would be helpful when it comes to ensuring that there is relevant Indigenous programming?

6903 MR. WENTE: Yes, I think I would say that that would be appropriate. I think we saw through the last iteration of the Broadcasting Act, which -- which referenced that Indigenous, or sorry, the old language, Aboriginal broadcasting would -- should be supported when resources are available, we saw that resources magically really never became available for much of the length of that. Only recently have we seen dedicated resources for Indigenous broadcasting. That's outside of the founding of APTN twenty-or‑so years ago. That was sort of the biggest reaction to that proposal.

6904 But beyond that, we've only seen intermittent investments into Indigenous content creation in Canada. So I do think that requirements around both the production and the dissemination and the exhibition would be valuable and would help stimulate the Indigenous broadcasting sector and activity within that sector, and also allow for the appropriate supports to be delivered to help support those -- meeting those requirements for broadcasters.

6905 So I do think that that would be an appropriate response, yes.

6906 COMMISSIONER ANDERSON: And can you please speak to what extent the Indigenous production sector would be able to meet any increased demand?

6907 MR. WENTE: Sure. I mean, I think there's -- well, I -- as I've always said, the issue has never been talent it's always been opportunity. So I think it's with a -- with a -- increased demand there's no question that the sector's actually prepared to meet it. I would say the -- the -- I'll give you an anecdote.

6908 The Indigenous Screen Office, we offered development funding late last year, it was our latest round of development. We were able to -- I don't have the numbers in front of me, but we -- we were oversubscribed as we usually are, and the most gratifying thing was the enormous amount of people, new people, folks who had not yet ever received a grant, had not yet entered the sector. And for someone who has been in this sector for so long as I have, who at times feels like I know everyone that's in this sector, to actually have names that I don't know from -- from communities that I don't know, that I'm not familiar with, is -- was enormously gratifying and reassuring and inspiring, because it means growth. It's all there.

6909 And so I think the sector is prepared. I think there needs to be continued, I -- I hesitate to call it capacity building because I think there's plenty of capacity. I think there just needs to be some development of sort of professional skills.

6910 I think there's areas in the sector, for all the historic reasons that I'm sure you're aware of, where we don't have this great representation, that's -- that is particularly on say the producer side or on the company side, where we need to see some targeted investment in growing that, but I don't think that should be a -- that is not a barrier for us being able to meet any new demands.

6911 The community is very much primed and ready and has been waiting for this opportunity. So I would say with any new requirements that there is more than enough capacity for us to meet it.

6912 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you. And are there any other measures that you can think of or that you would propose to ensure that Indigenous groups have access to more programming that's relevant to them, in addition to the measures that we have just discussed, including expenditures and exhibition and increased representation at senior management levels?

6913 MR. WENTE: I mean, I think those would be the three primary things. I would just also reiterate; I think the CBC should also be supporting grassroots -- the development of grassroots Indigenous media in cooperation and partnership so that there's -- that we see better representation within the large state broadcaster but we also see the seeding of the ground for evermore Indigenous-led broadcasters to also mature and develop.

6914 Because as much as I think we want to be involved in the content, creation, dissemination side, there's also no reason on the actual broadcaster side that there shouldn't be more Indigenous broadcasters in Canada.

6915 COMMISSIONER ANDERSON: Thank you. Thank you. I -- I'm looking at the time and there's only a few minutes left, and as much as I'd love to continue the conversation I wanted to give the floor back to the Chair in the event that any of my colleagues had other questions. So thank you very much. Gwich’in for your time.

6916 MR. WENTE: Miigwech.

6917 THE CHAIRPERSON: Thank you, Commissioner Anderson. Thank you, Mr. Wente.

6918 Vice-Chair Simard, I believe you had a question?

6919 COMMISSIONER SIMARD: Yes, thank you Mr. Chairman.

6920 Thank you, Mr. Wente for your presentation and for the discussion with my colleague, Anderson.

6921 I have two quick questions for you. The first one is to clarify the success measures. So in your views, do you think that there's a need to have clear performance indicators with, I guess, some public record? Would this be sufficient, in your view, or do you think that there's a need for conditions of licence?

6922 MR. WENTE: I mean, I mean, I think if there was a public policy developed in collaboration with the community that could be that could be held as a standard, I think that would be good. I would not -- certainly not be against the conditions of licence either.

6923 I find -- well, as I think I’ve said, where there’s been space, people have found the space not to perform. And so, I think any instruments that we can use to actually ensure that there is support for these would be appropriate.

6924 COMMISSIONER SIMARD: Thank you. And your answer leads me to my second question, which is -- sorry. I have a blank. I’m sorry about that. So yeah, just me -- yeah.

6925 Counsel, he said that this should be a developing collaboration in cooperation with you. So this leads me to the consultations part. So if CBC Radio-Canada were to be moving towards consultations, do you have, like, one or two tips for, you know, one or two key elements that should be considered in order to have success with those consultations?

6926 MR. WENTE: I mean, community consultations -- I mean, I think the centre is always, make sure the community is sort of the one guiding the consultation process. I especially think with -- when it comes to Crown Corporations approaching these sorts of consultations, they should really be in a mode of listening, and inputting, and making sure that the engagement process is quite clear.

6927 That there’s terms of reference, and there’s an understanding of the stages of consultation, that usually there’s a listening phase, then a reaction phase. We’ve listened, here’s where we’re going to get another reaction. It can be -- it can sometimes seem daunting or timely, but in my experience, this is actually how you work with community, is to take the time to listen and take the care most often, most importantly, for these discussions.

6928 And I always trust the community to be able to guide these institutions to the directions they would like to see. So I think if they -- if the CBC was to engage in a consultation around their Indigenous strategy, they would actually receive an enormous amount of very good feedback that would help define the direction forward. So I would encourage them to do that. The ISO is a place that is here to help facilitate those sorts of discussions.

6929 COMMISSIONER SIMARD: Thank you very much. Thank you for your participation in this hearing.

6930 THE CHAIRPERSON: Merci. Mme Lafontaine, vous avez des questions -- you have questions too?

6931 COMMISSIONER LAFONTAINE: Yes, thank you very much, Mr. Chair, and thank you very much Mr. Wente for your presentation today. It was very helpful and very interesting.

6932 Just a couple of quick follow up questions in the theme of what gets measured gets done. You mentioned your concern about the CBC Radio-Canada’s proposal to shift some of its focus to digital platforms because of the -- the lack of access to broadband in certain, or many, Indigenous communities across the country.

6933 And so, I would just like to hear -- but you also at the same time, did acknowledge that it’s important for the public broadcaster to serve its audiences where they are.

6934 Now, there are three key proposals that the CBC Radio-Canada have put forward for local, for programs of national interest, and for children’s and youth. And I was wondering if in your view, and the view of the Indigenous Screen Office, it would be better at this point of time that there not be any hours flexed, or that, you know, that any resources go with regard to this type of programming, to the digital platforms at this time? Or whether you would be open or amenable to say, a portion of say -- you know, they’re suggesting for example that of the 80 hours of children’s programming, or original children’s programming per broadcast year, 40 of those could be presented exclusively online?

6935 Now, are you opposed to all 40 going to that platform, or maybe 10 or them, or maybe you don’t have a view? But I would be interested, if you did have some thoughts on that, to hear from you on it. And if you don’t have an answer at this point in time, you could also take, you know, a moment and come back to us. But I think it would be interesting and helpful for us to know what your views are on that.

6936 MR. WENTE: I mean, that sounds like fully half of the programming they would say they would shift. I mean, they’re -- that would give me pause. And again, not so much because we don’t recognize why they want to shift, why they’re -- I think everyone understands why that is occurring. And you know, my guess would be because of the nature of the Canadian audience, they wouldn’t actually lose much of their audience in this shift, because again, most of their audience is in urban areas along the border of -- the southern border of Canada.

6937 The challenge is though, that the folks that they do -- they might suddenly lose more folks in a way, that because of the shift, that simply would be watching but now can’t. And my concern is that those folks probably exist in communities where already media infrastructure is a challenge to begin with. And so for our state broadcaster to shift, where we know the private broadcasters are already going to be looking to do those shifts, where we’ve already seen those.

6938 It does give my pause to concern, and again, not so much in the nature of why they want to shift, just nature in how the outcome will exist given our infrastructure, which of course does exist beyond the purview of the CBC Radio-Canada. But that doesn’t mean we shouldn’t acknowledge that these things do exist, because they do. And so, yeah, I would be somewhat -- that would give me some concern. That would give me some concern.

6939 I don’t’ know if I would say they shouldn’t do it. I just would say that a 50 percent shift of -- particularly around children’s programming, which I think for many parents, especially during the pandemic, has proven even more valuable then we all thought it may have been beforehand. And especially I guess, around -- if there was meant to be an Indigenous children’s content in that, if that was to shift online than I actually think you are risking that very specific audience, because those -- that audience is going to be at a higher risk of not having appropriate broadband than your traditional southern audience.

6940 So I guess, I know that’s sort of a non-answer, but that’s -- that would be my reaction to that sort of proposal.

6941 COMMISSIONER LAFONATINE: I think you’ve answered the question. That’s very helpful.

6942 Also, you mentioned in your exchange with Commissioner Anderson that the Indigenous Screen Office is advocating for, you know, increased Indigenous representation in the decisions making level, exhibition, expenditure requirements that would -- could potentially mirror what is in place for minority language communities.

6943 I don’t think I read or heard any specific quantums, any specific amounts that the Indigenous Screen Office has put forward, and if I have, please forgive me. But I would be interested to know if you did have percentages in mind, whether they would reflect what is in place for the OLMC communities, or if there was something else? And again, if you don’t have an answer for us, you could provide an undertaking and come back to us. But I think that would also be very useful and interesting.

6944 MR. WENTE: Thank you for that question. We haven’t provided specific measures, at least not in our intervention.

6945 Typically, when we think about this, what an appropriate investment would be, we tend to arrive more at a number of say, 7 to 9 percent, somewhere in there as opposed to the 4.5 or 5. This is -- that sort of number -- and this is broadly when we talk about all the funding structures, as well as the broadcasters.

6946 Because again, this is to reflect to -- as I spoke to earlier, to reflect the historic inequities. And so the idea that we simply now represent based on population in 2021, does not actually do anything to correct those historical inequities. So you actually need to do a little bit better, and so we would say, you know, say 8 percent, something like that would be more in line with allowing that sort of actual growth, that catch up, to occur.

6947 COMMISSIONER LAFONTAINE: And would that be expenditures of independent production, of productions made by Indigenous producers? Yes, I see you nodding.

6948 MR. WENTE: That’s right.

6949 COMMISSIONER LAFONTAINE: Yes.

6950 MR. WENTE: Yeah.

6951 COMMISSIONER LAFONTAINE: Perfect. Okay. Thank you very much for your time and for responding to my questions. Thank you very much, Mr. Chair, those are all of my questions.

6952 THE CHAIRPERSON: Thank you. I believe that is all of the Commissioner’s questions.

6953 So I thank you very much for your presentation this morning and your responses. As I've said to a number of parties, very fulsome responses and much appreciated.

6954 Madam la secrétaire, we should move to the next intervenor, please.

6955 MS. ROY: Yes. Thank you very much.

6956 Thank you, Mr. Wente.

6957 MR. WENTE: Thank you.

6958 Mme ROY: Nous nous connecterons maintenant avec Madame Marie-Claude Rioux.

6959 Bonjour, Madame Rioux. Bienvenue.

6960 Mme RIOUX: Bonjour.

6961 Mme ROY: Parfait.

6962 Donc, nous entendrons maintenant la présentation de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

6963 Vous pouvez débuter. Merci. Vous avez 10 minutes.

6964 PRÉSENTATION/PRESENTATION

6965 Mme RIOUX: Merci.

6966 Alors, la Fédération acadienne vous remercie de votre invitation et, juste à titre d’information, la Fédération acadienne, on est l’organisme porte-parole de l’ensemble de la communauté acadienne des francophones de la Nouvelle-Écosse et on a été créé en 1968, donc ça fait quand même un certain temps. On représente 28 organismes membres qui oeuvrent dans les domaines… différents domaines sur le plan régional comme sur le plan provincial.

6967 Vous savez, on reconnait l’importance de Radio-Canada, évidemment, comme tous les francophones en milieux minoritaires, mais en dépit de cette importance-là que nous reconnaissions, notre communauté est vraiment très, très loin d’être satisfaite des services de la SRC, en particulier pour ce qui est de la couverture relative à la Nouvelle-Écosse. En fait, mes remarques ressembleront beaucoup à celles de M. Wente qui m’a précédée. On se retrouve comme une minorité dans la minorité essentiellement.

6968 On a fait plusieurs analyses au cours des dernières années au sujet du traitement de Radio-Canada par rapport de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse, et voici les principaux constats :

6969 C’est que les nouvelles, les intervenants, les experts, les commentateurs politiques, les sujets qui sont traités reflètent très majoritairement la réalité montréalaise. Il est très rare qu’un expert de l’Acadie, encore moins de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse, soit invité dans le cadre d’émissions d’affaires publiques pour commenter ou apporter un point de vue différent, et ça, même lorsque cette nouvelle porte sur une région francophone de l’extérieur du Québec.

6970 Du côté de Radio-Canada Acadie, il existe aussi un traitement préférentiel accordé au Nouveau-Brunswick par rapport à la Nouvelle-Écosse et aux autres provinces de l’Atlantique.

6971 Pour ce qui est des émissions de télé et de radio produites en Acadie, nous notons qu’aucun journaliste, aucun lecteur de nouvelles ne provient de la Nouvelle-Écosse, alors… et les journalistes qui sont là souvent viennent en Acadie comme tremplins pour leur vraie carrière qui est à Montréal, évidemment.

6972 Tout ça pour dire que les Acadiens de la Nouvelle-Écosse ne se reconnaissent pas, mais vraiment pas du tout dans le produit radio-canadien. Ils ne se voient pas, ils ne s’entendent pas, et ils ne se lisent pas.

6973 Donc, la SRC contribue non seulement à une méconnaissance de la réalité des enjeux de notre communauté, mais également elle renforce la perception que, hors du Québec, point de salut, et que le Québec est la seule province canadienne où on parle français, où on peut trouver des experts, où les enjeux de société sont importants.

6974 Alors, quand on fait ces constats-là et on ne peut pas faire autrement que d’arriver à la conclusion que Radio-Canada ne respecte pas son mandat de refléter la globalité canadienne et de rendre compte de la diversité régionale du pays.

6975 Vous avez entendu hier la Société nationale de l’Acadie vous faire une présentation sur ses inquiétudes par rapport au renouvellement de la licence de Radio-Canada. J’aimerais maintenant vous dire qu’est-ce que ça veut dire dans le concret sur le terrain en Nouvelle-Écosse. Je vous emmène en Acadie de la Nouvelle-Écosse avec moi.

6976 Alors, j’aimerais simplement vous rappeler que les Acadiens de la Nouvelle-Écosse n’ont pas eu accès à une éducation en français avant 1981, OK ? Ça date quand même de pas si longtemps que ça. Et ça, c'est uniquement sur le plan des écoles élémentaires ; les écoles secondaires, ça, c’est arrivé en 2000, il aura fallu aller jusqu’en Cour suprême du Canada pour obtenir ces écoles-là.

6977 Alors, privés de cette éducation-là, les Acadiens se sont rapidement assimilés. Et à titre d’exemple, en 1981, il y avait 80 000 Acadiens en Nouvelle-Écosse ; 15 ans plus tard, il en restait 42 000. Bon, je vais quand même contredire Mme Bombardier qui affirmait qu’on est en voie de disparaitre, c'est loin d’être vrai, mais on a quand même besoin de Radio-Canada pour nous aider à relever le défi.

6978 Alors, notre bataille en Nouvelle-Écosse n’est pas unique à la Nouvelle-Écosse, c'est la même bataille partout au Canada, mais on n’en entend pas parler, et quand on ne tient pas compte de la diversité régionale du pays puis qu’on omet d’accorder cette visibilité-là, la SRC contribue à renforcer un sentiment d’insécurité, d’insécurité linguistique, et même d’assimiler notre communauté carrément.

6979 Je vais vous donner quelques exemples. Il y a en 2019, la Fédération acadienne a mené une enquête auprès des membres de notre communauté, 200 personnes quand même qui ont participé à la consultation. Tout le monde a vécu une insécurité linguistique.

6980 Bon, qu’est-ce que l’insécurité linguistique ? C'est la peur, l’inconfort, la réticence de s’exprimer en français. Une des raisons de l’insécurité linguistique, c’est le complexe d’infériorité, le sentiment de ne pas se sentir adéquat en français, et ça, on le vit quotidiennement. À chaque fois qu’on parle à quelqu’un de l’extérieur de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse, on se fait dire qu’on parle pas trop mal, hein, pour… notre français n’est pas si mal finalement.

6981 Ça montre à quel point il y a un manque de connaissance de la réalité des Acadiens de la Nouvelle-Écosse, de l’existence des Acadiens de la Nouvelle-Écosse de la part du public canadien, et ça, ça renforce le sentiment d’insécurité linguistique.

6982 Ce que les membres nous ont dit aussi – et là, c’est très clair – : il faut exercer de la pression sur Radio-Canada pour augmenter notre visibilité régionale – ç’a été clairement dit –, et il faut faire connaître les espaces francophones qui existent, il faut créer du contenu local pour que nous nous reconnaissions dans les médias, et il faut faire la promotion des artistes aussi qui se produisent en français.

6983 Donc, avec toutes les observations de la communauté que nous avons reçues, sachant à quel point l’insécurité linguistique est forte en Nouvelle-Écosse, on se demande si on doit carrément ne pas faire la promotion de Radio-Canada auprès de notre communauté acadienne – qui sont très majoritaires, en passant, à ne pas l’écouter parce que ça ne les reflète pas, ça ne reflète pas leur réalité –, et on se demande si, au contraire, si on ne doit pas taire l’existence de Radio-Canada parce que, si on le fait, Radio-Canada, telle qu’elle est actuellement, sachant qu’elle contribue à l’insécurité linguistique, ben, est-ce qu’on n’est pas en train de jour un peu avec le feu en faisant ça.

6984 Alors, ça nous pose des grandes questions, et je dois vous dire que, si vous sentez un peu de frustration de ma part, ben, c'est parce que ça fait 25 ans que je travaille dans le milieu communautaire, donc c’est pas ma première audience devant le CRTC, et rien ne change. Alors, à un moment donné, on se demande à quoi bon, tout simplement.

6985 Et puis on a entendu aussi récemment à Radio-Canada parler d’augmenter le contenu numérique et sa plateforme numérique. Nous, on a des grosses préoccupations à ce sujet-là. Un peu comme M. Wente l’a dit, il y a très peu de régions acadiennes qui ont accès à Internet haute vitesse – ça, c’est premièrement.

6986 Deuxièmement, les algorithmes du contenu numérique favorisent une recherche ciblée, selon les intérêts de l’utilisateur, et donc, ça n’aidera certainement pas à une meilleure connaissance du Canada dans son ensemble. Si je vais sur le site de Radio-Canada actuellement et que je sélectionne la Nouvelle-Écosse comme ma région préférée, ben, je vais avoir toutes les nouvelles de Montréal et un petit bloc des nouvelles de la Nouvelle-Écosse, mais si je veux avoir des nouvelles de mes amis de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, je dois vraiment activement sélectionner les nouvelles de cette région-là.

6987 Un autre exemple, c’est… vous savez, si vous allez sur la une de Radio-Canada dans la plateforme numérique, vous allez avoir une grosse section qui est « Espaces autochtones ». Fantastique. Mais y’a pas d’« Espaces francophones ». Pour trouver l’espace francophone de la francophonie du Canada, vous devez aller trouver Rad, qui est le laboratoire de Radio-Canada, et dans Rad, là, un des dossiers, c’est la francophonie. Alors là, vous êtes tout excité, vous ouvrez « Francophonie », et il y a cinq capsules qui datent de 2019. Alors, c'est à peu près tout ce qu’on peut trouver sur la francophonie et sur la visibilité de la francophonie à l’extérieur du Québec.

6988 Donc moi, ma présentation n’est pas très grande, n’est pas très… volumineuse. Je vous ai envoyé un addendum hier; il y a eu un mémoire qui avait été déposé en février. Mais essentiellement, ce que nous on dit, c’est qu’on ne peut plus appuyer sans réserve le renouvèlement de la licence de Radio-Canada. On est extrêmement frustrés que Radio-Canada ne respecte pas son mandat et ne respecte pas la Loi sur la radiodiffusion et qu’il n’y ait aucune conséquence, parce que Radio-Canada est exempté des sanctions qui pourrait être données advenant qu’elle ne respecte pas la Loi sur la radiodiffusion. On trouve ça un peu étrange qu’un organisme qui respecte pas la loi n’ait pas de sanction; ça montre jusqu’à quel point, essentiellement, on peut se poser la question si l’exercice qu’on fait actuellement est futile ou pas, avec tout le respect que je vous dois.

6989 On appuie évidemment ce que la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada viendra vous dire la semaine prochaine, tout comme ce que la Société nationale de l’Acadie vous a dit hier, mais on aimerait donc, à défaut de sanctions possibles, on aimerait quand même que le Conseil émette une ordonnance parce que c’est dans votre pouvoir, pour forcer la Société Radio-Canada à respecter son mandat et forcer aussi à faire rapport de façon annuelle sur les progrès effectués pour donner une plus grande visibilité – et je vais parler pour ma province parce que c’est mon mandat – aux Acadiens de la Nouvelle-Écosse en collaboration avec la Fédération acadienne. J’écoutais Monsieur Wenty tantôt dire à quel point c’était important que les actions ou les initiatives entreprises par Radio-Canada SRC soient faites de concert avec les clients, je ne peux pas… je ne peux faire autrement que de renchérir sur ce qu’il a dit : on se sent isolés, on se sent très loin de Radio-Canada.

6990 Alors voilà, c'est l’essentiel de ma présentation. Je vous remercie.

6991 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup Madame Rioux pour votre présentation. Madame Simard, vous avez des questions pour Madame Rioux?

6992 CONSEILLÈRE SIMARD: Oui.

6993 LE PRÉSIDENT: Alors, à vous.

6994 CONSEILLÈRE SIMARD: Merci beaucoup, Monsieur le président, merci. Si vous me permettez, je vais mieux organiser mes écrans, pardon!

6995 Alors bonjour Madame Rioux et merci pour votre présentation. Je vais débuter notre entretien par une question générale, mais qui vise à mieux circonscrire la portée du problème que vous identifiez. Alors, je vous ai entendu parler du problème, évidemment, au niveau régional – national, je l’ai moins entendu – localement, je le devine.

6996 Alors, pourriez-vous m’éclairer sur peut-être d’abord et avant tout… on pourrait commencer étape par étape. Donc première étape, au niveau national, est-ce que pour vous, c’est un problème? Est-ce que vous pensez que les Acadiens de la Nouvelle-Écosse se voient dans la programmation nationale de Radio-Canada?

6997 Mme RIOUX: En fait, pas du tout et je tiens à dire que du côté de Radio-Canada Acadie, il y a quand même une plus grande visibilité, même si elle n’est pas acceptable, à notre avis. Mais pour ce qui est du côté national, c’est zéro. Si vous avez eu l’impression qu’on n’en parlait pas, c’est qu’il n’y a rien à dire, il n’y a rien à déclarer; on est absolument invisibles du côté de Radio-Canada national.

6998 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Si on va donc un peu plus loin, un cran plus loin; vous l’avez dit, vous avez abordé l’aspect régional. Pour vous, quelle est la différence entre l’aspect régional et local?

6999 Mme RIOUX: L’aspect régional, pour moi, c’est l’ensemble de l’Acadie, donc on dit de Radio-Canada Acadie. Local, pour moi, ça serait davantage la Nouvelle-Écosse… et voilà. Je veux dire, en Nouvelle-Écosse, on a actuellement une émission de radio qui est produite le matin, qui est excellente, au demeurant. Mais on ne peut pas… on ne crée pas des habitudes du côté de notre communauté avec une seule émission le matin; les gens, donc, ont de la difficulté à démarrer cette habitude-là de regarder Radio-Canada ou d’écouter, plutôt, Radio-Canada quand le seul… quand c’est la seule production qui vient du côté d’Halifax. Alors ça, c’est local.

7000 Pour ce qui est du régional, il y a quand même une bonne offre qui est produite à partir de Moncton, mais encore une fois, on se retrouve très mal représentés du côté de Radio-Canada Acadie.

7001 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Alors si je résume, le niveau local, c’est quand même la province…

7002 Mme RIOUX: M'hm m'hm.

7003 CONSEILLÈRE SIMARD: … donc on ne parle pas ni d’une ville ni d’un village. Donc, la problématique se situe non seulement au niveau national, mais également au niveau régional où ce que j’entends et ce que j’ai lu dans votre intervention écrite, c’est qu’il y aurait davantage de contenu, évidemment, pour le Nouveau-Brunswick, par exemple, parce que la diffusion se fait surtout à partir de Moncton.

7004 Mme RIOUX: En fait, on fait au Nouveau-Brunswick… ce que le Nouveau-Brunswick reproche à Montréal de faire, ben le Nouveau-Brunswick nous le fait aussi, là.

7005 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait, excellent – merci beaucoup.

7006 Et si on va encore un cran plus loin, la différence entre la programmation locale et les nouvelles locales, donc pourriez-vous nous éclairer sur la portée… la nature et portée des problèmes en regardant de ce prisme-là, donc, de la programmation locale versus nouvelles locales?

7007 Mme RIOUX: Oui. Bien la programmation locale, je vous ai fait un portrait; il y a uniquement une émission qui est produite à partir d’Halifax à la radio le matin.

7008 Pour ce qui est des nouvelles, ça dépend; parfois, la personne qui produit le bulletin de nouvelles vient de la région d’Halifax et c’est arrivé à l’occasion où le journaliste a pris la relève pour rendre service. Et à ce moment-là, quand ça, ça se produit, on voit qu’il y a des nouvelles qui viennent de la Nouvelle-Écosse. Donc, quand le journaliste qui est attitré aux nouvelles ou affecté aux nouvelles produit la nouvelle à partir du Nouveau-Brunswick, bien… la distance est beaucoup plus grande, il paraît, entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse qu’entre la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick. Donc, on a beaucoup moins, on parle beaucoup moins de nous quand c’est produit à partir du Nouveau-Brunswick.

7009 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Puis si je tente aussi d’éclaircir, disons, des concepts plus en lien avec notre règlementation, ce que j’entends, c’est le manque en nombre, donc, il n’y a pas suffisamment… une quantité insuffisante. Mais je retiens… est-ce que je peux retenir par ailleurs que la petite quantité qui se rend à vous, elle est pertinente ou elle n’est pas suffisamment pertinente? J’essaie d’éclaircir la notion de pertinence, ici.

7010 Mme RIOUX: Non, elle est pertinente. Mais elle pertinente parce que ça prend… en fait, ça prend une grosse nouvelle pour qu’on parle de nous, comme par exemple, la tuerie de Port-à-Pic – et là, vous ne viendrez pas dire que ce n’est pas pertinent qu’on couvre ça. Ou encore, en fait, tout ce qui s’est passé en Nouvelle-Écosse cette année, le naufrage ou le bateau qui a coulé dans la baie Sainte-Marie, les conflits avec les pêcheurs non-autochtones, on en a amplement parlé, c’est pertinent.

7011 Mais il n’y a pas que du négatif non plus en Nouvelle-Écosse et pour le reste de nouvelles, on n’en parle pas.

7012 CONSEILLÈRE SIMARD: Je comprends. Par ailleurs, donc, j’aimerais vous entendre aussi sur le deuxième aspect, donc le reflet – ce que j’entends, c’est que cette petite quantité-là, bien, il y a un reflet, mais ce que je retiens de vos propos, c’est qu’elle ne serait pas… en fait, puisqu’elle n’est pas suffisante en nombre, en quantité, le reflet est inadéquat?

7013 Mme RIOUX: Bien, c’est exactement ça. Et là, on tombe dans un cercle vicieux, où est-ce qu’on aimerait bien encourager, d’abord, des jeunes à … et moi, c’est ce qui me préoccupe le plus, d’encourager les jeunes à envisager une carrière à Radio-Canada, par exemple. Bien, s’ils ne se voient pas et ils ne s’entendent pas et ils n’entendent pas leur accent – parce que c’est ça aussi, hein; ce n’est pas juste une question de traitement de la nouvelle, c'est une question d’entendre l’accent de la baie Sainte-Marie, d’attendre l’accent de Chéticamp à Radio-Canada.

7014 Alors, si on ne s’entend pas, ce que ça donne comme image, c’est qu’il n’y a qu’un français qui est standardisé, qui est parlé et ça ne nous reflète pas. Alors déjà, de prime abord, on serait tenté d’oublier cette carrière-là à Radio-Canada. Donc, ce qui se passe, c’est qu’il n’y a pas de jeunes qui postulent, donc on continue, encore une fois, à… ce cercle vicieux qui fait que bien, on ne parle pas plus de nous parce que comment voulez-vous qu’on parle de nous si les gens qui couvrent nos nouvelles ne viennent pas de nous, de notre région, nous connaissent peu, c’est difficile de trouver à ce moment-là des nouvelles d’importance, des nouvelles intéressantes. Et si on ne vient pas de la région et qu’on ne s’entend pas, bien on n’veut pas non plus postuler pour un emploi à Radio-Canada.

7015 Alors, c’est vraiment une situation… une situation très problématique.

7016 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Je vous remercie pour ces informations.

7017 Je comprends par ailleurs que vous avez évidemment dans cette quête-là de solution… et là, j’aimerais avoir des éclaircissements. J’ai compris qu’il y a eu donc une initiative pour procéder à un échantillonnage donc d’une semaine de programmation radio, télé, web pour mesurer ou tenter de mesurer la représentativité donc des Acadiens de la Nouvelle-Écosse.

7018 Pourriez-vous nous donner davantage d’information sur cette analyse?

7019 Mme RIOUX: Oui. C’était dans le mémoire que j’avais soumis en février 2019. Ça date quand même de longtemps… passé.

7020 Laissez-moi juste retrouver, o.k., un exemple. À l’époque, aucun des 20 derniers épisodes de l’émission, L’autre midi à la table d’à côté

7021 Là, j’ai pris les émissions qui étaient les plus populaires, hein.

7022 L’autre midi à la table d’à côté nous présente des personnalités qui sont issues de la communauté francophone en milieu minoritaire. À l’époque, on a donné, par contre, à Denise Bombardier deux fois une présence à cette émission-là. Et quand on sait ses propos polémiques, ce n’est pas pour nous faire plaisir, hein.

7023 Il ne faut pas croire tout ce qu’on dit; au cours des 20 derniers épisodes, six sujets portent sur le Québec, quatre sujets sont d’ordre international, 12 nouvelles sont du Canada.

7024 Le panel d’experts de moins de 30 ans, donc les jeunes, créé pour commenter les enjeux importants lors des élections fédérales ne compte aucun francophone issu des minorités… des communautés en situation minoritaire.

7025 La facture, mention honorable, puisque sur les 21 derniers épisodes, il y en avait six qui portaient sur un enjeu exclusivement québécois, six représentaient une situation vécue par les francophones en milieu minoritaire.

7026 Bref, des exemples comme ça, il y en a tout plein. Regardez actuellement le traitement de Radio-Canada sur la COVID, on ne parle que ce qui se passe du côté de la COVID au Québec. On sort les statistiques du Québec, on sort les zones du Québec.

7027 Moi, je serais en mesure de vous dire tout ce qui se passe au Québec actuellement avec la COVID, avec le couvre-feu à partir de 8h, avec la dame de Sherbrooke qui a promené son mari déguisé en chien parce qu’on pouvait sortir son chien le soir, et cetera, après 8h. On connaît tout ça. O.k.?

7028 Qu’est-ce que les gens du Québec connaissent de la réalité de la COVID en Nouvelle-Écosse, alors que notre province est l’exemple, un des exemples canadiens de bonne gestion de la COVID? Hier, il y avait zéro cas de signalé. Ça fait deux fois dans la semaine qu’on signale zéro cas et on contrôle très bien la situation.

7029 Alors, pourquoi est-ce qu’on ne parle pas de ça? C’est un exemple très actuel, mais pourquoi est-ce qu’on ne parle pas de ces bonnes pratiques-là, par exemple?

7030 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait.

7031 Mme RIOUX: Alors, voilà.

7032 CONSEILLÈRE SIMARD: Excellent. Je vous remercie.

7033 Si on continue donc dans la même veine donc de la recherche de solution, je retiens donc de votre intervention que vous demandez au conseil, au CRTC, de forcer Radio-Canada à faire rapport de façon annuelle des progrès effectués en matière de visibilité de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse, donc tant dans les émissions de télévision, radio, site web.

7034 Donc, ce que vous venez de me décrire comme initiative, est-ce que c’est ce que vous imaginez? Est-ce que c’est votre vision du rapport qui devrait être effectué par Radio-Canada?

7035 Mme RIOUX: Oui. Oui, on pourrait commencer par ça parce que ce sont des données probantes. Ce sont des faits qu’on ne peut pas disputer.

7036 On entend trop souvent, « On a consulté la communauté ». Faut voir comment est-ce que cette communauté-là est consultée. On n’consulte pas juste en disant, « bonjour », dans un corridor et voilà, on met un crochet à côté de la liste de « Consulté la communauté ». Ça n’se passe pas.

7037 Moi, au cours des deux dernières années, j’ai pas été… j’ai pas eu un téléphone de Radio-Canada Acadie, du côté de la gestion, pour voir qu’est-ce qu’on aimerait avoir pour voir comment est-ce qu’on peut être davantage à l’écoute de la communauté de la Nouvelle-Écosse. Et pourtant, on a plein de possibilités qui s’offrent à nous.

7038 CONSEILLÈRE SIMARD: Pour vous, quelles seraient les conditions sine qua non pour une consultation réussie?

7039 Mme RIOUX: Bien, je crois qu’il faut… il faut vraiment avoir l’impression d’abord qu’on nous écoute. On a trop souvent participé à des consultations où on voyait qu’on avait déjà décidé d’avance qu’est-ce qu’on ferait et on consultait pour la forme.

7040 Et c’est vraiment malheureux et ce que ça fait comme résultat c’est ça fait que les gens ne veulent plus aller à ces consultations-là.

7041 Donc, la première chose ça serait qu’on ait une réelle… une réelle volonté de consulter et d’aller voir quelles sont nos idées pour bonifier le contenu de Radio-Canada, parce que c’est de ça qu’il s’agit, hein; bonifier le contenu de Radio-Canada sur toutes les plateformes.

7042 Ce serait, pour moi, la toute première des conditions. Ensuite, bien de voir ensemble… de travailler ensemble avec les acteurs qu’on a sur le terrain en Nouvelle-Écosse.

7043 On a énormément d’artistes en Nouvelle-Écosse. On a énormément de gens qui sont talentueux. On a des radios communautaires qui travaillent très fort.

7044 Qu’est-ce qui empêche de faire des partenariats avec les radios communautaires de la Nouvelle-Écosse pour créer du contenu? Qu’est-ce qui empêche d’aller dans les écoles, former des jeunes pour qu’ils créent, eux aussi, du contenu qui soit sur les plateformes de Radio-Canada.

7045 Qu’est-ce qui empêche que Radio-Canada ne rende pas plus visible le contenu francophone de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse sur ses plateformes?

7046 Alors, c’est ce genre de discussions-là qu’on pourrait avoir, à condition évidemment que les cartes, que les règles du jeu soient bien connues et qu’on joue franc jeu et que ce soit une consultation qui soit réellement sincère.

7047 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Je vous remercie.

7048 Ce que j’entends donc c’est… je ne veux pas mettre de mots dans votre bouche mais j’entends un constat d’échec pour les consultations donc au niveau du contenu.

7049 Mais par ailleurs, au niveau de la forme, si c’est par exemple aux deux ans, est-ce que ça c’est quelque chose qui, pour vous, est convenable, est acceptable?

7050 Mme RIOUX: Non. Non, pas du tout. Non.

7051 CONSEILLÈRE SIMARD: Non?

7052 Mme RIOUX: Moi, j’aimerais quand même être capable d’avoir… écoutez, on représente la communauté francophone et acadienne du Canada… de c’est-à-dire… Oups, mes collègues de la FCFA seront fâchés contre moi. C’est pas vrai. On édite et on recommence.

7053 On représente l’Acadie de la Nouvelle-Écosse. Et c’est un mandat qui est suffisamment large comme ça, croyez-moi.

7054 Une discussion une fois par année n’est pas suffisante. Il n’y a pas de table de travail, y a pas de… Alors, je pense que ce serait bien d’avoir, aux six mois au moins, une réunion avec peut-être pas juste la Nouvelle-Écosse, peut-être les collègues de l’Atlantique, par exemple, pour voir comment est-ce qu’on peut bonifier davantage; nous informer de qu’est-ce qu’on fait pour augmenter notre contenu francophone et également… et là, je parle de Radio-Canada Acadie. Je ne parle pas de Radio-Canada… je veux que ce soit clair, je ne parle pas du national ici.

7055 Qu’on commence déjà par Radio-Canada Acadie, ça serait bien, parce qu’après ça, eux, leur travail c’est de s’assurer que ce qu’on crée soit aussi disponible du côté national.

7056 Mais donc, je crois que du côté Acadie, on doit certainement avoir des consultations qui sont plus fréquentes; des tables de travail; des sessions de remue-méninges. Et une fois par année, par exemple, que Radio-Canada national rende compte de ce qui a été fait du côté de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse.

7057 CONSEILLÈRE SIMARD: Merci.

7058 Comme autre piste de solution, les sondages, vous pensez quoi des sondages? Est-ce que ça pourrait être une mesure additionnelle utile?

7059 Mme RIOUX: On fera dire aux sondages ce qu’on veut là.

7060 CONSEILLÈRE SIMARD: O.k.

7061 Mme RIOUX: On fait toujours dire aux chiffres ce qu’on veut. Puis, encore une fois, je vous répète qu’en Nouvelle-Écosse, les gens ne regardent pas, n’écoutent pas et ne lisent pas Radio-Canada. O.k.

7062 Et donc, un peu comme monsieur Wente le disait, on est une minorité dans une minorité. Il va falloir y mettre du travail. O.k., il va falloir y mettre beaucoup de travail pour que les gens prennent l’habitude de syntoniser ou de regarder Radio-Canada, ou de consulter Radio-Canada.

7063 Et pour ça, il faut qu’il y ait des amorces. Pour ça, il faut qu’il y ait du contenu qui parle aux gens.

7064 Actuellement, c’est pas le cas. Alors, c’est extrêmement difficile pour nous.

7065 Donc, si vous faites un sondage, par exemple, puis vous demandez aux gens de la Nouvelle-Écosse qu’est-ce qu’ils pensent de Radio-Canada, bien vous aurez très peu de réponses parce qu’il y a très peu de personnes qui écoutent. Donc, c’est pour ça que je suis très, très réticente à parler de sondage.

7066 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait.

7067 Dans votre présentation ainsi que dans votre intervention écrite, vous faites mention, donc, d’une ordonnance, donc vous demandez au Conseil d’émettre une ordonnance en vertu de l’article 12(2) de la Loi sur la radiodiffusion pour forcer Radio-Canada à respecter son mandat.

7068 Pouvez-vous, s’il vous plait, être plus précise quant à la portée d’une telle ordonnance?

7069 Mme RIOUX: Ben, écoutez, qu’on rende compte par exemple, avec des données probantes, des progrès qui ont été faits au cours de la dernière année pour augmenter le contenu de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse sur la plateforme tant Radio-Canada Acadie que du côté national. Il me semble que ce serait déjà un bon début.

7070 CONSEILLÈRE SIMARD: Est-ce que vous parlez ici du site radio-cana… plus, radio-canada.ca puis là qu’on choisit la région, l’aspect « Nouvelles » uniquement…

7071 Mme RIOUX: Non.

7072 CONSEILLÈRE SIMARD: …ou également la programmation puis TOU télé, puis…

7073 Mme RIOUX: Oui, je parle de tout.

7074 CONSEILLÈRE SIMARD: OK.

7075 Mme RIOUX: C’est vraiment tous azimuts parce qu’on est absents partout. Je ne peux pas croire qu’on n’a pas en Nouvelle-Écosse un expert pour parler d’un domaine en particulier; je ne peux pas croire que seuls les experts de Montréal… qu’il y a juste des experts à Montréal; je peux pas croire qu’il y a juste des artistes à Montréal qui font le tour de toutes les émissions : des Pénélope McQuade, Marie-Louise Arsenault, Tout le monde en parle et compagnie, et qui se produisent en boucle comme ça et qu’on ne soit pas capable une fois de temps en temps d’inclure quelqu’un qui vient de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse. J’ai de la difficulté à comprendre ce… et à ne pas interpréter ça comme un rejet. OK?

7076 On a… Radio-Canada nous a souvent fait valoir le fait que c’était les cotes d’écoute qui déterminaient le contenu de Radio-Canada. Je ne peux pas croire non plus que les Québécois ne sont pas intéressés à savoir ce qui se passe à l’extérieur du Québec.

7077 CONSEILLÈRE SIMARD: Merci. Dans votre intervention, vous demandez… vous faites une demande plus précise, très spécifique à ce que les émissions et contenus de nature nationale de Radio-Canada comportent au moins 15 % de contenu provenant des provinces et territoires autres que le Québec. Vous demandez également qu’au moins 8 % des dépenses en émissions canadiennes de sociétés de production indépendantes soit consacré à des sociétés de production indépendantes hors Montréal et au moins 60 % de ce 8 % à des sociétés de production indépendantes hors Québec.

7078 Donc, j’aimerais savoir d’où viennent ces données, donc ce 15 %, ce 8 % et ce 60 % de 8 %.

7079 Mme RIOUX: En fait, ça, je vous laisserai reposer la question à la Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada parce que c’est suite à une recherche qu’ils ont établi ces chiffres-là, et moi, je ne suis pas du tout au courant…

7080 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait.

7081 Mme RIOUX: …de la recherche. Nous, ce qu’on fait, c’est d’appuyer notre organisme porte-parole.

7082 CONSEILLÈRE SIMARD: Excellent. Ma dernière… peut-être avant-dernière question pour vous. On a eu la discussion, donc, avec Mme Imbeault hier ou avant-hier, est-ce que, pour vous, des indicateurs de rendement seraient suffisants ou vous êtes plutôt d’avis que des conditions de licence devraient être imposées?

7083 Mme RIOUX: Si on peut mettre des conditions de licence, tant mieux. Moi, je crois qu’on est rendus… et comme je vous le disais tantôt, il y a quand même une certaine… un certain désabus de notre côté ici vis-à-vis Radio-Canada. Je crois que plus le bâton… à ce point-ci là, on n’est plus… on n’est plus dans la rhétorique d’attirer des mouches avec du miel là. Je pense qu’il faut qu’on ait… qu’on utilise tous les outils qu’on a à notre disposition pour clairement donner le message à Radio-Canada que ça ne marche plus, hein? Ça ne marche plus.

7084 Vous savez, il fut un temps où Radio-Canada était le seul endroit où on pouvait parler de nous sur le plan national. Ce n’est plus le cas, OK? Il y a des plateformes et des stations qui ouvrent et des postes télé qui ouvrent, qui créent du contenu canadien actuellement; je crois que Radio-Canada doit revenir à son mandat qui est de développer et de rendre compte de la diversité de notre pays, et actuellement il ne le fait pas. Ils ne le font pas depuis leur création, en fait.

7085 CONSEILLÈRE SIMARD: Madame Rioux, je vous remercie pour votre participation à cette audience. Merci pour votre engagement.

7086 Monsieur le président, c'est tout pour moi pour les questions.

7087 Mme RIOUX: Merci, Madame Simard.

7088 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup, Madame Simard.

7089 Et merci, Madame Rioux.

7090 I don’t see an indication that other members have questions. Oh! Pardon!

7091 Madame Barin, vous avez une question?

7092 CONSEILLÈRE BARIN: Oui. Merci, Monsieur le président. J’ai une question.

7093 Merci beaucoup, Madame Rioux, pour votre participation et aussi pour votre présentation et vos réponses à nos questions.

7094 J’aimerais revenir à la question de la quantité de programmation qui reflète la communauté acadienne à la Nouvelle-Écosse. Il y avait question durant le processus que Radio-Canada propose de partager ou bien de pouvoir combler ses obligations pour les communautés linguistiques en situation minoritaire par la diffusion de la programmation axée à ces groupes sur les plateformes en ligne. J’ai cru entendre que, pour vous, ce n’est pas une solution, mais j’aimerais juste revenir là-dessus et vous entendre encore.

7095 Mme RIOUX: En fait, si Radio-Canada ne fait que de reproduire ce qu’il fait actuellement… ce qu’elle fait actuellement avec les médias traditionnels, on n’est pas intéressés. Je vais être très claire là-dessus.

7096 Par contre, il existe des algorithmes qui permettent d’offrir des choix de… t'sais, on a tous vécu ça là, on regarde une émission et ensuite on a des choix, « peut-être que vous seriez intéressé, vous avez sélectionné X, peut-être que vous seriez intéressé à visionner ou à regarder également Y, Z et A ». C’est possible que Radio-Canada incite à ce moment-là les gens à regarder du contenu francophone, OK? Si on a sélectionné « Francophone », on a sélectionné quelque chose en français, pourquoi ne pas créer un algorithme qui suggèrerait du contenu qui vient de l’Acadie de la Nouvelle-Écosse? Alors, oui, ça, dans cette condition-là, ça serait bien.

7097 Mais permettez-moi quand même une petite gêne et une grande hésitation parce que, si le passé est garant de l’avenir ça ne nous intéresse pas beaucoup. Alors, il faudrait vraiment prouver qu’on fait les choses de façon différente.

7098 Et l’autre chose aussi, c'est que Radio-Canada, l’émission de Radio-Canada produite à Halifax, à partir d’Halifax, est produite dans les grands studios d’Halifax où la télé et la radio sont ensemble. Je ne peux pas comprendre pourquoi on ne produirait pas plus de contenu à partir de Radio-Canada à Halifax. On a l’infrastructure qui le permet.

7099 CONSEILLÈRE BARIN: Je vous remercie beaucoup. Merci pour les réponses.

7100 Je repasse le plancher au président.

7101 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup, Madame Barin.

7102 I believe that concludes ---

7103 Thank you again –- merci beaucoup – pardon –, Madame Rioux, pour votre présentation.

7104 Madame la secrétaire, est-ce que nous prenons notre pause maintenant?

7105 Mme ROY: Oui. Une pause de 15 minutes.

7106 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup.

7107 Mme RIOUX: Merci à tous. Bonne journée.

7108 Mme ROY: Merci. De retour à 11 h 45. Merci.

--- Upon recessing at 11:27 a.m. /

L'audience est suspendue à 11 h 27

--- Upon resuming at 11:45 a.m./

L’audience est reprise à 11h45

7109 MS. ROY: Welcome back. We will now proceed with the next participants, which are John Robert Buchan, Trevor Gordon Ball, and Kevin Lockwood. We will hear each presentation, which will then be followed by questions by the Commissioners to all participants.

7110 We will begin with the presentation by John Robert Buchan. You may begin. You have five minutes for your presentation.

7111 PRESENTATION/PRÉSENTATION

7112 MR. BUCHAN: Okay. Well, first of all, I'd like to thank you for the opportunity to speak here. I do appreciate that.

7113 So my issue really is sort of two-fold here. My first big problem is basically the ad room news that they're able to run and generate through their programming. I think that this sort of creates an unfair advantage, not only on the fact that -- for other stations like, say, CTV just creating content, comedies and that kind of stuff, but more importantly for me speaking on news. I think that there's a solution that CBC sort of has had some shoulders above other outlets, but I think if post-media -- we'll use them as an example -- were able to sort of garner the same amount of funding from the federal government, I think that they could easily create that illusion as well. I don't think that CBC's high standard -- or high standing -- perceived high standing is based on merit. I think it's based more on their long history, connection to Hockey Night in Canada, connections to television shows. But as far as their news goes, I find it to be quite, quite biased.

7114 Again, this sort of goes to the main point I think of their flagship show on CBC, The National. I believe that this is -- I would imagine to be what they would consider to be one of their heavily watched shows, probably garnering the largest amount of, you know, ad revenue. I think on this show they often take an editorial position, and I'd like to just maybe take two quick examples here.

7115 A few years back in Montreal there was a bomb threat at Concordia University. This was met with a loud and passionate outreach from Canadian journalists, as it should have been. CBC led The National with it for two consecutive days. They ran multiple analysis and opinion pieces on their website and on their social media condemning the threat. They used the threat to form a narrative that Montreal was basically infested with, you know, this undertone of white supremacy, and that there was a problem that was on the verge of breaking out.

7116 Upon police investigation, it was concluded the threat originated from a Muslim man attempting to sow division. He clearly succeeded. And instead of correcting their editorial position, it was sort of, you know, retroactively corrected. They did mention that they had errored, and they'd mentioned the correction, but they sort of left it at that. So, we were left to originally believe that this was an undertone of huge white supremacy, and then it was sort of just left at that, which is fine.

7117 But the problem is, this was replicated again maybe a year later with what was known as the hijab girl on the TTC. Again, CBC had no shortage of condemnation to analyse, no shortage of groups to target and talk about. When it again appeared that this was a -- turned out to be a hoax, it was sort of, again, footnotes retroactively changed, and they moved on to basically their next narrative story.

7118 This kind of goes to what I saw over the last year especially as a big problem with their obsession with I think American news. And we seem to have this problem in Canada, like, growing, and it's -- I think it's based in news a lot. Like, I think that they've got an unhealthy skew towards Trump.

7119 I mean, for example -- this is true. I go on their website this morning, right now, and it's a -- okay, fair enough, it's "Fear of violence impends U.S. capital." Opinion, "How Canada can leverage Biden." Photos, "Iconic moments in Trump." Analysis, "Erin O'Toole moves to shake off the Trumpian taint." And if you go over to their actual news site it's "How a conversative Christian movement became an important part of Trump's political strategy." Analysis, again, the Trumpian one. This is under Kids News on CBC.ca. "Trump's former casino is being blown up. Here's why." This is literally -- if you look on CBC.ca, it's the fourth story. It's targeted under Kids News.

7120 So, again, to me right now we're dealing with the pandemic. We've got no shortage of problems to talk about with our prime minister with vaccines, but again, there's nothing on there. We're not talking about vaccines. We're not talking about why Canada is behind multiple other countries, why have we -- there's nothing. It's Trump, Trump, Trump, Trump, Trump. And, again, this is not news to me. To me it's almost click bait. And I think that what the problem is, what this sort of stuff does is it just alienates conservatives.

7121 So, what happens is they end up saying there's a growing white supremacy movement, a growing white supremacy movement. What they're doing is they're basically either alienating a group or labelling them, and, again, it's going to lead to more extremism, like we've seen in the States. Like, make no mistake, there is an extremism in the States, but let's not -- like, let's not try to be CNN, or MSN be seen to combat it. And this is the approach here where it's, like, well, let's look at America, and yes, there's lots of division, so let's just double down and obsess on left-wing, what I consider to be a left-wing narrative.

7122 Again, I think that this is -- it -- the idea that people will say, well, this could happen in Canada. This can happen in Canada. And they leave it to basically they want to create the solution that there's going to be a bunch of Erin O'Toole supporters storming Parliament. And that's not what's going to happen in Canada. But what is happening in Canada is a bias towards this weird obsession with almost eliminating conservatism from pop culture. And it's not healthy.

7123 So just to conclude, I think that they have an unfair disadvantage over their competition. I think they use that to form narratives.

7124 We saw two people speak earlier from two different groups, an Indigenous person and a French person, speak to say that they don't feel they're getting enough representation now. And I think if CBC took a lot of the money they get, and instead of forming political narratives, if they spent it on the Indigenous issues and the French-Canadian issues, these people would be satisfied, and we would have news left back to the audience instead of a narrative that's created from almost a centralised ivory tower.

7125 The CBC was created obviously when Canada needed to speak to rural communities. I think that there was an importance in the 1920s to get radio to everybody. Now we're dealing with this in a different way as in the internet.

7126 Again, you can take the billion dollars that the government spends on CBC and probably provide rural internet, and that's probably what the spirit of CBC was even designed for to begin with. But instead, it's kind of morphed into this thing where we've decided now that we're going to tax fund and allow ads to be run on this website as well as their television programming and it's really just a narrative. And we're still leaving communities without internet, and we're still leaving communities without a voice, but somehow, the liberal voice of Toronto is -- there's no shortage of it, and that's probably not what Canada needs, to be honest.

7127 I don't think that they should be allowed to apply their licence like this. I don't think that it should be accepted on its face because, again, it's more of an opinion agency than a news agency, in my opinion, which is just my opinion.

7128 But, again, I would like to thank everybody for their time, and that's basically all I have to say.

7129 MS. ROY: Thank you, Mr. Buchan.

7130 We'll now hear the presentation of Mr. Trevor Gordon Ball. You may begin when we will unmute your mic, and you have five minutes for your presentation.

7131 Just one minute. We're going to unmute your mic. You just need to accept it.

7132 MR. BALL: I think I had ---

7133 MS. ROY: Perfect.

7134 MR. BALL: --- I think I had control there for a little while but ---

7135 MS. ROY: Oh. You may begin. You have five minutes. Thank you.

7136 PRESENTATION/PRÉSENTATION

7137 MR. BALL: Okay, thank you for having me, and unfortunately, it's going to be the same as John. We both agree that the whole idea of the CBC was at one time so Canada could have some entertainment, and it's long past that. Now everybody can watch what they want, when they want, and so it's moved basically in the last few years. But since 2002, we've had a lot of trouble with the CBC being biased. They decided who they're for and they're going to stay that way. That seems to be the problem.

7138 I don't know how much control the CRTC has. How much control does the CRTC control the bias of news? Is CBC left leaning propaganda style news within the CRTC's standards? That's really the question we all want to know. It's -- every example that we have, and he gave a few, it seems the CBC, once there's an agenda or something that they agree with, that's all we're going to hear and we're not going to hear the other half of what's happening.

7139 The CBC is biased in its news reporting. The lack of information they share is damaging to Canadians. On one side of stories they do write. With the broadcasting being financed by the Canadian people, they need to ensure that they are reporting to all Canadians. There should be no favoritism. This has been questioned since 2002 and has turned to propaganda.

7140 He cited a few -- sorry, John cited a few of the stories. The last main one, it has to do with the United States and Canada, is why didn't CBC give Leslie Lewis the same kind of press that they were giving Kamala Harris? Data shows Harris netted 5,000 percent as many headlines from CBC mentioning her name than Lewis did since the Conservative leadership race commenced on January 13th, 2020, with this -- with some going as far as to laud Harris for making history as a woman of colour.

7141 It seems that they have an agenda and they're just shoving it down Canada's throat. It's well over 50 percent what the Americans are doing and then the rest of the time that they want to talk they're talking about what the Liberal Party is doing.

7142 And so I don't know how much power the CRTC has over this, but if they have any power we'd like to see something happening for us. I -- I think I'll just repeating everything with what John said, so I'll stop now. Thank you very much.

7143 MS. ROY: Thank you very much.

7144 We'll now hear the presentation of Kevin Lockwood. You have five minutes. Please, on mute. Yes.

7145 MR. LOCKWOOD: Okay, there you go. You should be able to hear me now.

7146 MS. ROY: Yes.

7147 PRESENTATION/PRÉSENTATION

7148 MR. LOCKWOOD: My very best wishes to all of you. I hope that your friends and family are safe, and I do hope that we can all enjoy an end to this awful pandemic that we're suffering soon and get back to a normal life. And I'd like to thank you very much for the opportunity to speak.

7149 I think it's very important that the three of us are on here. I have followed your hearings a little bit, and you do tend to have an awful lot of very Eastern Canada-based presenters who are essentially funded by the taxpayer in one way or another. And it has been my experience that, you know, people who are funded by the government like government funding, and are, you know, often very, very vociferous in their support of more government funding.

7150 The three of us here, I can speak for myself, I'm not government funded in any way, and this opportunity is something I'm very appreciative -- very much appreciative for.

7151 As the other people have said, you know, CBC -- I grew up in northern British Columbia, and there was a time that CBC was vital. The radio was something as you were driving between 100 miles between Terrace and Prince Rupert on the coast, you tuned into CBC for great information. When I was living on the east -- the west coast of Vancouver Island, same thing, the radio was my only source of entertainment. So the CBC was vital. I can remember putting on -- tinfoil on my rabbit ears on my TV to get the hockey game.

7152 So fast forward a few years and the CBC would be very, very useful, it was still 1940, 1950, but it's a big bloated bureaucratic dinosaur right now that tends to pander to special interest groups only, and it's not very representative of Canada. And it's a beautiful country with a lot of diverse people in it. Left wing, right wing, centre, whatever, we're all Canadians in this, and we need a broadcaster that reflects that.

7153 I mean, I've voted for the Green Party, I've voted for the Liberals, I've voted for Conservative governments, but I really find now that CBC, especially its digital platform, is extremely biased towards the current government, and it's very dangerous, it's very, very Orwellian, it really, really is.

7154 And if this just came down to the fact that, you know, that we've got CBC Television that I think, what, 3 percent of Canadians watch; you know, 1.4 percent of Canadians watch the news program. I mean, if it was simply a matter of, you know, we're spending billions of dollars on something that nobody watches, I frankly would be totally okay with it.

7155 Of all the Canadian traditions that we have, mindless waste of taxpayer money is the most entrenched into our society. So I'm okay with the billions of dollars being spent on stuff like Trailer Park Boys, Schitt's Creek, or this new, you know, American-style cop show coming out, or -- what is it, the other one -- the Canadian Family Feud.

7156 So -- I mean, just the fact that nobody watches CBC is very troublesome, but I'm okay with that. That doesn't bother me.

7157 What really, really bothers me is the bias that is on the digital platform. I mean, we have the -- what is it -- Rosie Barton tweeted "Huzzah!" when she -- about the fact that the Liberals were in majority territory. We have the CBC suing the opposition party over what? It doesn't seem that serious to me.

7158 And it just seems to me that it's -- it's just gotten so biased; it's so much pushing the left wing agenda. It's become more of a American-style news agency where the networks pick sides, they trade divisiveness, and you have everything presented in binary terms, you know, blue state/red state, Liberal/Conservative, black/white.

7159 It's just so upsetting to me. We're all Canadians, we're all in this together, and if we simply just push the left wing progressive Liberal narrative all the time we're going to have a situation in the States where a lot of people just get really, really frustrated. They are told that because you don't believe in self-balancing budgets, because you're not progressive enough you're -- you're basically a right wing extremist.

7160 And what happens to this kind of a scenario is that you create a divided society where the political choices are to one extreme or the other. And to me, that's very Orwellian, very, very frightening.

7161 If we want to live in a just society, you know, and we have free speech and all these things, if somebody wants to create a news organization that has a bias towards a political party, in my mind that's totally okay, but it should not be controlled and funded by the government. If we want to have a FOX News in Canada that has that style, that supports the Liberal Government, that's okay, but it should not be taxpayer funded. It's just simply that.

7162 And getting back to this idea of binary traces. I mean, this Commission I guess is about should we renew the licence of CBC or not. Well, of course you're going to renew the CBC licence, we all know that. There is not a hope in God's green earth that the licence will not be renewed.

7163 I don't propose, like the leader of the Conservative Party, which has had most votes in the last federal election, that CBC be defunded. I think that would be a bit extreme. But I -- I just think for the bureaucracy to simply ignore the fact that there is a serious, serious problem within CBC is extremely dangerous.

7164 And for me, it's not about the money. I -- you know, we blow money on all kinds of stuff. It's just not about the money. To me, it's about our society, our Canadian values. We are not American, we're Canadian, and there's a big difference. And the CBC is putting out, you know, cop shows that are Canadian because they're based in Toronto. You know, Family Feud that's Canadian because it has a Canadian guy; right?

7165 But all that stuff is just -- it's just silly. It's silly until the news starts going online, starts using algorithms to present a certain point of view.

7166 You know, your boss, this Stephen Guilbeault guy, I mean he would like to control speech, free speech, and license people into what they can say. It's just so frightening. It's just so frightening.

7167 And I just think that as Canadians we have to be more respectful of all people, of all regions, and of all political views. We're a centrist country with moderate views. That's the Canadian tradition, and we have a great history, a respect for everybody.

7168 So just because somebody is conservative, we have ---

7169 MS. ROY: Mr. Lockwood?

7170 MR. LOCKWOOD: Yes?

7171 MS. ROY: I'm sorry, your five minutes is over, but you can conclude please.

7172 MR. LOCKWOOD: Okay, I will conclude. I'm just going to -- I'm just going to -- one example of the CBC digital news here that I'm going to read here. It's a headline: Conservatives More Likely To Wait Or Avoid Vaccination. I mean, honestly, who would put that up for any other reason but for creating division?

7173 Thank you very much for my time. I hope I haven't offended everybody -- anybody whatsoever, I really do. I really do appreciate this opportunity. Thank you.

7174 THE CHAIRPERSON: Thank you. Thank you all for your submissions; and, in particular, thank you for taking the time to share your views with the Commission. It’s important that we hear from all Canadians.

7175 Mr. Lockwood, you noted that you’d heard from many Eastern Canadian intervenors. I’m not sure what that was in reference to. We certainly are open, and have an open process. As you have indicated you wish to appear, Canadians or interested parties who wish to appear could, and have, so-notified us. So I certainly would not agree that we have some bias in that regard.

7176 I might note that to the extent that you have a concern with the content of any broadcaster, whether it be the Corporation or a private broadcaster, there is a Canadian Standards Foundation the Journalistic Standards Foundation that is available to you if you think that news stories are inappropriate or otherwise aren’t consistent with journalistic standards. So I do point that out to you.

7177 I have no additional questions. I’m not sure if I ---

7178 MR. LOCKWOOD: You could move the -- if you want to be really inclusive of all Canadians, I mean, you should really be a little bit more sensitive to time zones. You know, for me to join this meeting, I had to get up at 6 o’clock in the morning and watch this for hours on end. I know it’s a Central Canada thing that you’re often not aware of that people in the west have -- are in a different time zone. But, you know, if would be nice if you could accommodate the Western people by having -- pushing this more towards a time of day that would be not so early. I mean, 7:00 a.m. is pretty early for somebody to get up to attend a meeting.

7179 THE CHAIRPERSON: I understood, and I appreciate the comment. We normally start at 8:30 or 9:00 Eastern time; we have started at 10:00 in order to try and accommodate, but as you are well aware ---

7180 MR. LOCKWOOD: Yes.

7181 THE CHAIRPERSON: --- it’s a large country with many time zones, and if we started at 11:00, those in Newfoundland might have a problem when we reach 4 or 5 o’clock at the end of the day.

7182 MR. LOCKWOOD: I understand that. I did work for a great big national firm that would have conference calls at 8:30 Toronto time and then they were just absolutely stunned that nobody in British Columbia would get out of bed to get to work by 5:30 to join the conference call. So an 8:30 start, you know, for a meeting in Eastern Canada, it really doesn’t do much for people in British Columbia, that’s for darn sure.

7183 THE CHAIRPERSON: Which we haven’t done. But -- so, again, I thank you for your participation.

7184 And Madam Secretary, I believe that brings us to the lunch break. We’ll resume at 1:15 with the next intervenor.

7185 MS. ROY: Perfect. Thank you very much.

7186 THE CHAIRPERSON: Thank you.

7187 Thank you, gentlemen.

--- Upon recessing at 12:08 p.m./

L’audience est suspendue à 12h08

--- Upon resuming at 1:14 p.m. /

L'audience est reprise à 13 h 14

7188 MS. ROY: Good afternoon, Mr. Chairman. We may proceed.

7189 LE PRÉSIDENT: Bon après-midi, Madame la secrétaire.

7190 Bon après-midi, toutes et tous.

7191 Avant de commencer votre présentation, je constate que Québecor demande à ajouter de nouveaux éléments de preuve au dossier, comme il est décrit dans la lettre déposée auprès du Conseil hier. Comme je l’ai indiqué dans mes remarques préliminaires le 11 janvier, les demandes d’ajout de nouveaux éléments de preuve au dossier de l’instance sont prises en délibéré par le Conseil et seront tranchées ultérieurement.

7192 Je note que Québecor peut parler de cette nouvelle information, mais ses remarques sont également assujetties à la décision ultime du Conseil sur l’admissibilité de l’information.

7193 Madame la secrétaire.

7194 Mme ROY: Merci.

7195 Nous entendrons maintenant la présentation de Québecor Média inc. au nom de Groupe TVA inc. et Vidéotron limitée.

7196 S’il vous plait, vous présenter et présenter vos collègues, et vous avez 10 minutes pour votre présentation.

7197 PRÉSENTATION/PRESENTATION

7198 Mme TABET: Merci, Jade.

7199 Bonjour, Monsieur le président, Madame la vice-présidente, Mesdames les conseillères et membres du personnel.

7200 Je suis Peggy Tabet, vice-présidente, Affaires publiques et règlementaires de Québecor.

7201 Donc, comme le président le mentionnait, avant de procéder à notre présentation, nous souhaitons demander au Conseil la permission de déposer un sondage récemment effectué par la firme Léger intitulé « Étude sur le rôle et la complémentarité des chaines de télévision publiques et privées au Québec ». Nous considérons qu’il s’agit d’un élément de soutien à notre intervention soumise auprès du Conseil en février 2020 et celle qui est effectuée devant vous aujourd'hui.

7202 Nous vous demandons également la permission de déposer un dossier de preuve supplémentaire dans lequel se trouve la panoplie de pratiques anticoncurrentielles de la SRC. Ceci fait suite à la lettre du Conseil datée du 6 mai 2020 dans laquelle il a refusé d’ajouter au dossier public les informations déposées le 14 avril 2020 indiquant que plusieurs des éléments compris dans notre correspondance sont mentionnés dans notre intervention du 20 février 2020, tout en suggérant qu’il serait possible d’aborder ces enjeux lors de la présente instance.

7203 Le Conseil pourra remarquer que depuis le 13 juillet 2020, date à laquelle nous avions soumis notre dernière intervention dans le cadre de ce processus et dénoncé certaines pratiques anticoncurrentielles du diffuseur public, les exemples de ces pratiques ne font que se multiplier.

7204 Il est à noter que la secrétaire de l’audience, Madame Jade Roy, a déjà entre les mains le sondage et les versions confidentielles et abrégées du dossier de preuve supplémentaire. Nous demandons donc que certaines informations présentées dans ce dossier demeurent confidentielles puisqu’il s’agit de données stratégiques et financières sensibles concernant les parties en cause. Plus précisément, ce sont des renseignements commerciaux liés surtout à des tarifs publicitaires qui sont de nature confidentielle et qui sont traités comme tels de façon constante par Québecor et TVA.

7205 La divulgation de ces renseignements pourrait causer des pertes financières appréciables aux parties en cause et nuire à leur compétitivité. L’intérêt public serait donc mieux servi si les renseignements identifiés comme tels étaient traités de façon confidentielle.

7206 Maintenant, permettez-moi de vous présenter les collègues qui m’accompagnent aujourd'hui :

7207 Pierre-Karl Péladeau, président et chef de la direction de Québecor;

7208 Marc Tremblay, chef de l’exploitation et des affaires juridiques de Québecor;

7209 France Lauzière, présidente et chef de la direction de Groupe TVA et chef du contenu de Québecor Contenu;

7210 Martin Picard, vice-président et chef de l’exploitation du contenu, Groupe TVA;

7211 Patrick Jutras, vice-président principal et chef des revenus publicitaires de Groupe TVA et Québecor;

7212 Yann Paquet, vice-président, stratégie et affaires internationales de Québecor Contenu;

7213 Frédéric Shapiro, directeur principal, affaires règlementaires, radiodiffusion de Québecor; et,

7214 Stéphanie Paquette, directrice principale, contenu et partenariats stratégiques de Vidéotron.

7215 Je laisse maintenant la parole à Monsieur Péladeau.

7216 Mme ROY: Monsieur Péladeau, votre micro est sur sourdine.

7217 M. PÉLADEAU: Excusez-moi. C'est bon?

7218 Mme ROY: Parfait.

7219 M. PÉLADEAU: Excusez-moi.

7220 Alors merci, Peggy.

7221 Bonjour à tous et à toutes. Monsieur le président, Madame la vice-présidente, Mesdames les conseillères, membres du personnel.

7222 Donc, ça nous fait extrêmement plaisir, mon équipe et moi, donc, de nous retrouver devant vous pour, donc, faire des représentations concernant le renouvellement de la licence ou des conditions de licence concernant Radio-Canada et la CBC.

7223 Alors, vous le savez, il y aura bientôt huit ans la dernière fois que l’autorité règlementaire et les Canadiens et les Canadiennes se sont penchés sur le renouvellement des licences du diffuseur public.

7224 Aussi évident que cela puisse paraître aujourd’hui, l’environnement technologique et industriel était, au moment de la détermination des termes de ces licences, extrêmement différent de celui qui existe actuellement. Entre autres, Netflix en était qu’à ses balbutiements avec environ 2 millions d’abonnés au Canada et la grande majorité de la population ne connaissait pas encore ce qu’était l’écoute en continu ou ce qui est communément appelé le maintenant le « streaming ». Alors, Facebook, Twitter et YouTube n’existaient que depuis quelques années seulement avec une envergure qui, sans être anecdotique, n’avait pas l’emprise gargantuesque d’aujourd’hui.

7225 En 2011, Monsieur le président, lors de l’examen du cadre règlementaire relatif à l’intégration verticale, nous avons déclaré – et je cite :

7226 « On ne peut nier que l’arrivée des nouvelles plateformes cause un réel préjudice aux entreprises de diffusion et de distribution de radiodiffusion canadiennes. On assiste à la naissance d’un cercle vicieux sans fin : plus la concurrence des joueurs étrangers devient menaçante, plus les entreprises de distribution de radiodiffusion verront leurs clients se désabonner et leurs revenus chuter. »

7227 Je vous laisser lire le reste.

7228 Aujourd’hui au Canada et partout en Occident, il y a une multitude de ces nouvelles plateformes qui se sont imposées, disons-le, brutalement et se sont accaparées – excusez-moi l’expression – d’une espèce de genre humain et permettent de diffuser des contenus sans l’autorisation de l’autorité règlementaire et de son pouvoir de contrôle et d’administration, ce qui n’était même pas concevable il y a une décennie.

7229 Le Canada a perdu entièrement sa souveraineté sur son paysage audiovisuel et les fameuses GAFAM, dont les capitalisations boursières dépassent les milliers… les milliers de milliards de dollars, prennent de jour en jour et de plus en plus l’espace médiatique et « cartellise » – excusez-moi l’expression – l’écosystème publicitaire.

7230 Également, du côté de la télédistribution, de 2013 à 2019, alors que la population canadienne augmentait de près de 2,5 millions de personnes, le nombre de citoyens qui souscrivaient à un abonnement de télédistribution, lui, diminuait de près de 1 million. Et nous savons très bien que tout le processus de financement de la production télévisuelle canadienne repose sur notre système de télédistribution, et que cet exode porte profondément préjudice actuellement, à moyen et à long terme, à la création de contenus canadiens.

7231 Alors, appelé en cette instance à déterminer les conditions de licence, le Conseil ne saurait faire l’économie de ce nouveau paysage et de cette dynamique dans l’exercice qui lui revient. Et il nous revient, nous, à titre de diffuseur privé, de le rappeler alors que nous avons entendu, depuis le début des audiences, des représentants de Radio-Canada déconnectés de leur mission de service public dont l’une des déclinaisons consiste justement à encourager et à alimenter le pluralisme.

7232 Encore plus fragilisés par cet environnement qui est de plus en plus inquiétant, les diffuseurs privés, dont l’unique source de revenus – faut-il encore le rappeler – est constituée de revenus publicitaires, doivent retenir justement toute l’attention du Conseil dans l’établissement des conditions de licence de Radio-Canada qui, lui, le diffuseur public, est suffisamment et puissamment financé par les contribuables, d’une part, et ainsi que plusieurs autres sources. J’ajouterais, Monsieur le président, que ceci est impératif afin de protéger la pérennité et l’existence des diffuseurs privés.

7233 Plus que jamais, il me doit de répéter ce que nous avions dit en 2007, au Comité permanent du patrimoine canadien :

7234 « Je tiens à affirmer que je crois personnellement dans l’existence d’un diffuseur public fort. »

7235 « Cette affirmation s’est toujours accompagnée d’un plaidoyer en faveur d’une cohabitation équilibrée des secteurs public et privé, en faveur de règles claires concernant les sources de financement, la mise en place de règles de gouvernance efficaces imposant l’imputabilité des gestionnaires et l’élimination des conditions permettant à la Société d’État d’exercer une concurrence déloyale avec le secteur privé. »

7236 Vous savez, les solutions pour cette avenue ne sont pas multiples. Donc, deux d’entre elles doivent, selon nous, s’imposer rapidement, dont la principale est le recentrage. Le recentrage de la mission de Radio-Canada vers une réelle mission d’intérêt public, sans revenus publicitaires. La seconde consiste à sanctionner la démarche commerciale entreprise par Radio-Canada en s’engageant dans la télédistribution de contenus et de chaînes, avec la commercialisation de Tou.tv Extra. Tou.tv Extra, à ne pas confondre avec Tou.tv.

7237 Alors, permettez-moi quand même d’aborder donc, l’approche… Les points concernant l’approche commerciale du diffuseur public. Et à cet égard, il est nécessaire de témoigner factuellement de l’approche commerciale, adoptée par la SRC. Encore une fois, je me permets de citer des propos que nous avons tenus en 2007. Fait penser à l’intervention de Mme Rioux un peu précédemment, qui répète ce qui a dit précédemment, il y a déjà de ça une décennie. Alors nous disions à l’époque :

7238 « L’accès sans réserve de la Société d’État aux revenus de la publicité, contribue fortement au détournement de mandat. La Société d’État mène une concurrence féroce pour son appropriation du dollar publicitaire, ce qui la conduit régulièrement à rechercher l’auditoire à tout prix. »

7239 Tristement, Monsieur le président, un comportement je dirais, multidimensionnel, parce qu’entretemps effectivement, les plateformes se sont démultipliées. Cette attitude est de plus en plus concurrentielle, elle s’observe sur l’ensemble de ses activités de Radio-Canada.

7240 Nous avons illustré plusieurs pratiques anticoncurrentielles de la SRC au Conseil, avec preuves à l’appui, comme le dit… Comme le disait un petit peu plus tôt ma collègue, Peggy, qui a été déposé aujourd’hui, que nous espérons, permettra au conseil de mieux saisir la gravité de la situation et d’y mettre fin.

7241 Nous l’avons souligné à maintes reprises dans cette instance, un comportement complémentaire au secteur privé, et non concurrentiel de la part de la SRC, est essentiel. D’ailleurs, les résultats d’un sondage récent effectué par Léger, que nous avons également déposé aujourd’hui au Conseil, abondent dans ce sens. Ils montrent notamment que près de 80% des Québécois jugent qu’il serait dans l’intérêt du public que les contenus des chaînes publiques et privées soient complémentaires et non en concurrence. Encore une fois, Monsieur le président, la complémentarité commence par la cessation d’une concurrence quant aux revenus publicitaires.

7242 Nous sommes tous bien conscients que l’industrie de la télévision généraliste privée au Québec connaît des pertes de revenus substantielles. De 2014 à 2019, le bénéfice avant intérêts et impôts, le BAII, affichait des pertes cumulées de 93 millions de dollars. La SRC, pour sa part, n’est pas confrontée à la même réalité financière que les diffuseurs privés, puisqu’elle est très généreusement financée par le trésor public.

7243 Toujours dans le but d’augmenter ses sources de revenus, la SRC a continué à multiplier ses pratiques anticoncurrentielles sur le plan des revenus publicitaires. Par exemple, elle effectue des offres publicitaires aux annonceurs, qui sont complètement hors des normes du marché. Elle profite de son service de radio numérique OHdio, pour vendre de la publicité sur des émissions qui ont déjà été diffusées sur ses stations de radio, qui, vous le savez et nous le réitérons, ne peuvent pas inclure de publicités. Alors, comment faire indirectement ce qui est, malheureusement proscrit directement.

7244 D’autres exemples, Monsieur le président, sont disponibles dans notre cahier de preuves. Ils ne font qu’illustrer que cette course effrénée pour les revenus publicitaires, entraîne inévitablement des dérapages, qui ont comme conséquences d’affaiblir encore davantage les diffuseurs privés.

7245 En ce qui concerne ce que la Société d’État appelle ses activités numériques. La SRC s’est donné un rôle d’agrégateur de contenus payants. Pourtant, Monsieur le président, aucune mesure législative ne lui permet cette usurpation de la mission des télédistributeurs canadiens. De plus, sans gêne avouons-le, la SRC évoque qu’elle entend plus que doubler, en cinq ans, ses revenus d’abonnements pour ses services numériques. Soit près de 11 millions à plus de 23 millions. Et en ce qui a trait aux revenus publicitaires pour ses services, il est prévu que ceux-ci atteindront plus de 42 millions en 2022-2023, qui correspond à une croissance de près de 10 millions en cinq ans. Tous ces revenus sont des revenus qui sont soustraits aux entreprises canadiennes de diffusion et de distribution.

7246 Ces objectifs d’accroissement de revenus, nous permettent de déduire que le diffuseur public n’a aucune intention de cesser de concurrencer tous azimuts, le secteur privé, alors qu’il est financé par les fonds publics. Il est tout à fait légitime de craindre, compte tenu de sa posture, qu’il utilisera à l’avenir encore davantage ses services numériques, pour désavantager indument les radiodiffuseurs privés.

7247 Les activités de la SRC sur les plateformes numériques devraient uniquement servir d’outils supplémentaires offerts aux Canadiens et aux Canadiennes, pour consommer les contenus du diffuseur public et non d’un outil de remplacement aux plateformes traditionnelles. Et peu importe la plateforme numérique, la programmation de la SRC devrait toujours être gratuite. Parce que cette obsession de fragiliser encore davantage la radiodiffusion privée et l’existence de ses participants, s’est de nouveau cristallisée avec l’ajout récent et hautement controversé, d’une nouvelle division de contenu de marque, Tandem.

7248 Le nouveau service dédié à la création de contenu de marque distinctif de la SRC vient s’ajouter à la longue liste d’agissements anticoncurrentiels du diffuseur public. La création de cette nouvelle agence interne de marketing de contenu est un autre exemple qui montre que la SRC agit entièrement en marge de son mandat.

7249 Nous ne sommes pas les seuls à le penser, l’automne dernier plus de 70 anciens employés de la SRC/CBC, ont déposés une plainte au Conseil et lui ont demandé d’enquêter sur ce nouveau service. La Guilde canadienne des médias a dénoncé « l’inclusion agressive », et je cite: « de la SRC dans l’arène du contenu de marque. » Et les Amis de la radiodiffusion ont lancé une pétition demandant à la SRC, de renoncer à ce service, Tandem. Ce tollé général confirme les inquiétudes liées à Tandem et la nécessité de mettre fin à ses activités.

7250 Abordons maintenant, Monsieur le président, donc les demandes de la SRC, qui ont été proposées dans le cadre de ce renouvellement de licence. Ces demandes ne sont tout simplement pas en adéquation avec le mandat public de la Société d’État. Il est illogique, à notre avis, que la SRC soit soumise à moins d’exigences règlementaires que les diffuseurs privés actuellement. Il est donc inconcevable qu’elle cherche à se soustraire de ses obligations.

7251 Dans ses propositions relatives au nombre d’heures par semaine consacrées aux émissions d’intérêt national et aux émissions canadiennes originales destinées aux enfants et aux jeunes, la SRC veut transférer une partie d’entre elle dans le domaine exempté des médias numériques. Ainsi, elle cherche à être moins règlementée sur ses plateformes traditionnelles que les télédiffuseurs privés. Ceci est à proprement parler inacceptable – surtout lorsqu’on considère que les diffuseurs privés ont encore plus d’exigences que la SRC depuis 2017.

7252 Et en ce qui concerne RDI et CBC News Network, rien ne justifie aujourd’hui que ces services continuent de bénéficier d’une ordonnance de distribution obligatoire et qu’ils se voient accorder les hausses de tarif de gros demandées.

7253 Depuis le dernier renouvèlement de ces ordonnances en 2013, l’environnement médiatique a beaucoup évolué. Les habitudes de consommation se sont transformées; de plus, depuis 2016, les EDR doivent offrir les chaînes sur une base individuelle. Le choix de s’abonner ou non à une chaîne appartient donc aujourd’hui entièrement au consommateur. Nous ne le répèterons jamais assez : l’imposition de chaînes au service de base des télédistributeurs est un accélérateur du déclin du système canadien de radiodiffusion et les connaissances que nous connaissons tous, c’est-à-dire la diminution du financement pour la création de contenu canadien.

7254 Alors Monsieur le président, en guise de conclusion, il est grand temps que la SRC revalorise une culture de service public et déleste tout objectif de performance commerciale. Après tout, sa véritable raison devrait être d’œuvrer dans l’intérêt public.

7255 Pour ce faire, son mandat doit être rencentré. Le Conseil a la compétence et le pouvoir d’intervenir en la matière en imposant des conditions de licence qui redoreront le blason de notre télévision d’État afin qu’elle remplisse son rôle public adéquatement.

7256 Et c’est ainsi que nous sommes d’avis que la SRC doit dorénavant :

7257 Cesser de diffuser de la publicité sur toutes ses plateformes;

7258 Cesser de contrevenir au cadre règlementaire et législatif en terminant son service de distribution payant TOU.TV Extra;

7259 Offrir un accès gratuit à ses contenus sur l’ensemble de ses plateformes numériques;

7260 Avoir une obligation de tenir compte de l’impact de ses actions sur les diffuseurs privés;

7261 Assurer la meilleure couverture d’information pour les sphères internationale, nationale, régionale et locale;

7262 Cesser d’acheter de nouveaux concepts d’émissions étrangères, des émissions américaines ou des blockbusters;

7263 Avoir des seuils plus importants de dépenses en émissions canadiennes en soutenant le développement et la promotion des producteurs et des artistes émergeants et le reflet des régions hors-Québec;

7264 Et enfin, respecter une exigence de rendre des comptes publiquement en ce qui concerne la gestion de ses activités.

7265 Une stratégie commerciale et concurrentielle ne concorde pas avec le mandat de service public confié au diffuseur public, d’où l’importance de recentrer son mandat avec l’aide d’exigences règlementaires plus ciblées comme celles que nous avons proposées.

7266 L’avenir de notre télévision et la diversité de son offre dépendent d’un écosystème équilibré où chaque diffuseur a son rôle à jouer.

7267 Voilà, Monsieur le président. Je vous remercie de votre attention et évidemment dorénavant disponible pour vos questions.

7268 LE PRÉSIDENT : Merci beaucoup, Monsieur Péladeau pour votre présentation. Merci beaucoup aussi, Madame Tabet.

7269 Madame Barin?

7270 CONSEILLÈRE BARIN : Merci beaucoup, Monsieur le président, bonjour Monsieur Péladeau et bon après-midi également à toute votre équipe de Québécor. Je vous remercie de vos soumissions écrites et aussi de votre présentation aujourd’hui.

7271 Pour faciliter notre échange cet après-midi, j’ai regroupé les questions en quelques grandes thématiques basées sur des points que vous avez soulevés dans vos soumissions pour encadrer un peu la discussion. Alors, je suggère qu’on commence avec l’approche de concurrence versus complémentarité; ensuite, tout ce qui touche le contenu canadien, après la distribution de CBC News Network et ICI RDI et enfin, s’il y a des items qu’il reste, on pourra les aborder.

7272 Alors, j’espère que ça vous ira comme ça et on s’adaptera, s’il y a lieu.

7273 Monsieur Péladeau, pour commencer, vous avez bien élaboré votre position que Radio-Canada devrait jouer un rôle complémentaire et non concurrentiel vis-à-vis les radiodiffuseurs privés. D’abord, parlons du test de concurrence que vous avez proposé dans vos interventions écrites. Vous avez fait un parallèle avec ce qui existe au Royaume-Uni pour la BBC. En quoi les marchés du Royaume-Uni et du Canada se ressemblent pour que vous proposiez que ça puisse être une approche viable au Canada? Est-ce que vous pouvez nous parler de votre raisonnement, en fait, cette suggestion que vous avez faite?

7274 Mme ROY: Votre micro, Monsieur Péladeau – désolée.

7275 M. PÉLADEAU: Désolé, il raccroche tout seul, mon micro.

7276 INTERLOCUTEUR NON IDENTIFIÉ: C’est parce que tu l’accroches.

7277 M. PÉLADEAU: Ah, okay. Je vais demander à Peggy, donc, de vous donner les éléments de réponse. Par contre, entre temps, j’aimerais quand même, donc, introduire de la façon suivante; évidemment, vous le savez, à plusieurs reprises, que ce soit les dirigeants actuels ou les dirigeants précédents de Radio-Canada, font toujours référence donc aux télévisions, aux diffuseurs publics d’autres pays et ils font fréquemment référence également aussi à la BBC, particulièrement en ce qui concerne les crédits parlementaires.

7278 Or, ce que je souhaiterais quand même dire, c’est que ces crédits-là ne sont pas absolus – c’est-à-dire qu’il y a d’autres éléments que le système de radiodiffusion ou de distribution en Grande-Bretagne est différent de celui qui existe au Canada et notamment particulièrement également aussi les contributions concernant, donc, les câblodistributeurs ou les télédistributeurs auprès de la création de contenu dont bénéficie également aussi Radio-Canada et l’ensemble des participants de l’industrie.

7279 Sinon, je vais demander à Peggy de poursuivre.

7280 Mme TABET: Alors effectivement, on s’est basé sur… en fait, on s’est inspirés du modèle britannique pour élaborer notre position et c’est surtout au niveau de l’impact que le service public peut avoir sur les radiodiffuseurs privés.

7281 Donc, comme Monsieur Péladeau l’a dit dans son discours, il faut que la SRC ait une obligation de tenir compte de l’impact de ses actions sur les diffuseurs privés. Donc, c’est surtout ça que dans le fond, on trouve intéressant au niveau de la BBC et que Ofcom a adopté. Et il y a toute une charte avec un test que Ofcom, en fait, il faut procéder à ce test-là lorsque la BBC a l’intention de faire une action qui pourrait engendrer un impact sur les radiodiffuseurs privés. Donc, c’est surtout à ce niveau-là que nous nous sommes inspirés de ce modèle-là et qu’on croit que c’est une obligation que la SRC devrait aussi avoir.

7282 CONSEILLÈRE BARIN: Merci, Madame Tabet.

7283 Vous savez, l’approche britannique découle d’une législation explicite et cette législation confère à Ofcom des pouvoirs explicites de règlementation de la BBC. Le contexte canadien est en sorte que la notion de concurrence ne figure pas dans les objectifs de la loi.

7284 Alors selon vous, pourquoi est-ce que le conseil devrait examiner la relation entre les joueurs privés et le diffuseur public sous l’angle de concurrence?

7285 M. PÉLADEAU: Ah, ça fonctionne maintenant.

7286 Écoutez, oui, je faisais référence donc dans mon intervention à l’écosystème. Je crois, peut-être que je me trompe, mais que quand même donc la commission est la garante de l’existence d’un paysage audio-visuel équilibré et, comme je l’ai mentionné également, donc pluraliste.

7287 On ne peut pas faire l’économie de cette télévision d’état ou la société publique à l’intérieur donc de ce paysage et, par voie de conséquence, considérer que les gestes qui sont posés par la société publique n’auront pas d’effet sur l’ensemble du paysage.

7288 C’est vrai également pour les chaînes qui sont celles… les chaînes spécialisées de Radio-Canada. Éventuellement aussi, vous l’avez mentionné, je pense que vous allez l’aborder dans un thème subséquent, donc la distribution obligatoire.

7289 Donc tous ces éléments-là, selon moi, participent à l’économie générale de la viabilité, de la pérennité et je dirais de la richesse de notre capacité de mettre à l’écran nos talents, notre créativité et notre industrie. Parce que, évidemment, vous le savez, la télévision ça fait vivre énormément des milliers de citoyens canadiens et de toutes natures; que ce soit des musiciens, que ce soit des techniciens, que ce soit des scripteurs, que ce soit des employés de bureau.

7290 Donc ici, il m’appartient, selon moi, et j’en suis convaincu que vous partagez également aussi cette préoccupation d’avoir un système audio-visuel et un paysage audio-visuel canadien qui soit fort, qui soit en mesure justement de participer étroitement à l’enrichissement économique collectif.

7291 CONSEILLÈRE BARIN: Oui. Merci beaucoup.

7292 Mme TABET: Je voudrais peut-être ajouter que dans la Loi, Madame Barin, il faut que le système canadien de radiodiffusion devrait servir à sauvegarder, enrichir et renforcer la structure culturelle, politique, sociale et économique du Canada.

7293 Donc, je crois que ça revient aussi au CRTC de veiller à cet équilibre-là.

7294 CONSEILLÈRE BARIN: Oui. Merci beaucoup.

7295 Alors on parle du système de radiodiffusion canadien qui est en train d’évoluer, si vous voulez. Et vous avez fait le point que le marché est fragilisé à cause de la concurrence qui provient des géants du web.

7296 Vous parlez aussi de la concurrence de radio pour les revenus publicitaires sur toutes les plateformes.

7297 Alors, parlons du fait que… en fait, vous proposez un accès… que Radio-Canada devrait donner un accès gratuit à ses contenus sur l’ensemble des plateformes numériques. Alors, dans le système traditionnel, je comprends, il y a une concurrence qui se limite à d’autres joueurs canadiens principalement. Mais dans le monde numérique, cette concurrence est plus large. Ça touche les… dont vous avez soumis.

7298 Alors quand vous proposez que Radio-Canada devrait donner un accès gratuit à tous ses contenus, est-ce que vous prévoyez que ça serait limité aux plateformes en ligne caractérisées comme des plateformes de radiodiffusion? Ou est-ce que ça toucherait aussi des services comme Curio et RAD, que Radio-Canada caractérise comme étant alphanumériques?

7299 M. PÉLADEAU: Bien, le premier réflexe qui me vient à l’esprit, donc bien c’est je dirais le cadre traditionnel. Et plus particulièrement, et c’est ce sur quoi j’ai insisté parce qu’il y a comme une espèce d’élément de confusion à l’intérieur de la présentation ou des présentations de Radio-Canada. Parce que selon moi, donc TOU.TV EXTRA qu’on qualifie éventuellement de plateforme numérique et qui pourrait être comparée, selon la même définition, au site de Radio-Canada.ca qui peut… ce cite-là aussi faire partie donc de la définition de plateforme numérique.

7300 C’est pas du tout la même chose. C’est pas du tout le même mécanisme économique. Et dans ce sens-là, je pense qu’on se doit de préciser.

7301 Lorsqu’il s’agit d’informer les Canadiens, comme le fait très bien d’ailleurs Radio-Canada.ca, et de rendre disponible… ça me traverse l’esprit, une émission comme Gérald Fillion, ça m’apparaît être une des plus belles illustrations du service public.

7302 Mais lorsqu’on demande aux citoyens canadiens de payer 6,99$ par mois pour avoir un accès exclusif à des contenus particuliers et également aussi d’être un distributeur de chaînes que d’autres distributeurs canadiens que sont les câblodistributeurs, les Rogers, Telus, Shaw et autres, ça m’apparaît complètement en dehors de sa mission.

7303 En ce qui concerne l’alphanumérique, pas que je vais y faire de la sémantique mais, des fois, on a comme tendance à vouloir créer des néologismes qui ont comme malheureusement vocation de confondre l’interlocuteur. Et puis bon, selon moi, pour faire plus simple là, RAD c’est peut-être une belle initiative; c’est peut-être un site web. Bien que cette initiative-là puisse continuer mais qu’elle se fasse de façon… que tous les Canadiens et les Canadiennes puissent avoir accès, sans avoir à débourser des sommes quelconques puisque les contribuables, quels qu’ils soient, qu’ils paient des impôts sur le revenu ou qu’ils paient de la taxe de vente, à quelque part, participent au financement de toutes les activités de Radio-Canada.

7304 CONSEILLÈRE BARIN: Alors vous parlez, j’imagine, de TOU.TV EXTRA et le modèle d’affaires qui a été adopté par Radio-Canada.

7305 Ici, vous dites que ça devrait être offert gratuitement. Mais Radio-Canada soutient que les revenus supplémentaires qui sont générés seront réinvestis dans la programmation canadienne, vu que les coûts de production sont de plus en plus élevés. Et que c’est une façon de mieux servir les consommateurs francophones.

7306 Que pensez-vous de cette argumentation?

7307 M. PÉLADEAU: Bien, je pense que la mission de Radio-Canada, à l’origine, est celle de faire en sorte donc de proposer du contenu aux Canadiens et aux Canadiennes. Et cette mission-là devrait également aussi, surtout et avant tout, mettre en valeur le talent et la création canadienne, s’en tenir à faire en sorte que justement on puisse enrichir le pays collectivement.

7308 Mais lorsque Radio-Canada achète des formats étrangers ou des blockbusters donc des majors américaines, on peut s’interroger légitimement sur le bien-fondé de cette mission ou la capacité de rencontrer sa mission.

7309 Donc maintenant, qu’on demande encore plus, c’est-à-dire aux Canadiens, oui, je comprends que tout ça va participer. Mais l’argent est fongible, vous savez, Madame la conseillère.

7310 Donc, l’argent qui est utilisé par le forfait payé par le citoyen pour… pour TOU.TV EXTRA ou son financement, bien c’est des sommes qui peuvent également aussi être utilisées pour acheter des blockbusters ou pour payer le salaire des représentants en publicité afin de réduire de façon significative les tarifs et de venir concurrencer déloyalement les entreprises privées.

7311 Alors tout ça participe au… puis c’est pas uniquement cette source de financement; il y en a d’autres. Comme vous le savez, il y a les redevances qui sont payées pour les chaînes spécialisées. Il y a aussi donc le financement qui provient du Fonds canadien des médias et d’autres sources, des commandites.

7312 Donc, c’est pas les sources de financement qui manquent à Radio-Canada justement pour faire en sorte de consacrer ces sommes-là au contenu canadien et également aussi au contenu étranger.

7313 Et c’est ce qui m’amène à conclure et j’ai essayé d’insister davantage là-dessus, sur le recentrage de sa mission. Parce qu’avec toutes ces années, bien les dérapages se sont succédé et la télévision d’état a perdu ce sur quoi elle devait se concentrer, c’est-à-dire enrichir les Canadiens et les Canadiennes de contenu canadien.

7314 CONSEILLÈRE BARIN: Merci beaucoup.

7315 Alors, je vous entends; c’est pas nécessairement une garantie que les revenus vont être réinvestis dans le contenu canadien.

7316 Alors par rapport au contenu canadien, vous avez proposé que Radio-Canada devrait être assujettie à des obligations réglementaires plus élevées. Et vous dites que les diffuseurs privés ont encore plus d’exigences que Radio-Canada depuis 2017.

7317 Qu’est-ce que vous proposez en particulier comme obligations plus élevées? Est-ce que vous pouvez être plus précis dans votre suggestion?

7318 M. PÉLADEAU: Oui, avec plaisir, Madame la commissaire. Je vais demander à Peggy, donc, de bien vouloir vous procurer davantage de détails.

7319 Mme TABET: Donc, dans notre soumission, on a recommandé plusieurs conditions de licence au Conseil afin justement de cadrer Radio-Canada et que la programmation soit en adéquation avec sa mission.

7320 Donc, si vous voulez, je peux passer cela en… est-ce que vous voulez que je liste toutes ces recommandations-là? Est-ce que…

7321 CONSEILLÈRE BARIN: En fait, j’imagine que ça se sépare entre des recommandations de dépenses et des recommandations de diffusion du contenu canadien.

7322 Mme TABET: Exactement.

7323 CONSEILLÈRE BARIN: Alors, j’ai des questions en particulier sur quelques-unes.

7324 Mme TABET: Parfait. Donc, est-ce que vous voulez que je fasse la liste?

7325 CONSEILLÈRE BARIN: Oui, s’il vous plait.

7326 Mme TABET: Parfait.

7327 Donc, on demande qu’au cours de chaque année de radiodiffusion, la titulaire doit consacrer un minimum de 80 % de la journée de radiodiffusion et un minimum de 90 % des heures de grande écoute à la diffusion d’émissions canadiennes. Donc actuellement, Radio-Canada est à 80 % en soirée et 75 % en journée;

7328 On demande un seuil de dépenses en émissions canadiennes de nouvelles représentant un minimum de 30 %; actuellement, ils sont à 26 % de ces dépenses totales de programmation, excluant les dépenses reliées aux émissions de sports puisque cette catégorie est grandement influencée par la couverture des Jeux olympiques;

7329 On demande aussi un seuil de documentaires canadiens représentant au minimum 10 % des dépenses totales de programmation; actuellement, ils sont à 3 %, mais ils ont déjà été beaucoup plus haut que ça à Radio-Canada en termes de présentations… de dépenses en documentaires, donc, encore une fois, on exclut les dépenses reliées aux émissions de sports;

7330 Un seuil de dépenses en émissions canadiennes de catégorie d’émissions d’analyse et d’interprétation, reportages, actualités, émissions religieuses et émissions d’éducation représentant au minimum 20 % des dépenses totales de programmation; actuellement, ils sont à 11 %, encore une fois on exclut les dépenses reliées aux émissions de sports;

7331 Un seuil de diffusion en heures de grande écoute d’émissions provenant des régions hors Québec et de productions régionales hors Québec afin de refléter la globalité canadienne et rendre compte de la diversité régionale du pays, tel que stipulé à l’article 3(1)m)(ii) de la Loi; et,

7332 Arrêter de diffuser des émissions des émissions étrangères aux heures de grande écoute, sauf pour certaines catégories d’émissions, donc nouvelles, analyse, interprétation, documentaires de longue durée, reportages et actualités, émissions religieuses et émissions d’éducation.

7333 Évidemment, il faut aussi savoir que les radiodiffuseurs privés, et spécialement TVA, « est » bien plus règlementé au niveau de la programmation locale et de la programmation de nouvelles. Il faut savoir qu’à Montréal, on a cinq fois plus d’obligations; à Québec, on a presque quatre fois d’obligations, sans compter toutes les obligations de rapports qu’on doit faire pour les nouvelles de reflet local.

7334 Donc, c’est tout ça qui doit être pris en compte par le Conseil.

7335 CONSEILLÈRE BARIN: Merci beaucoup, Madame Tabet, d’avoir fait la liste, en fait, pour avoir une perspective globale.

7336 Alors, ce que je me pose comme question ici, c’est : vous voyez que le radiodiffuseur a des obligations moindres; pourtant, ils ont aussi des obligations que les radiodiffuseurs privés n’ont pas : ils doivent desservir les communautés linguistiques en situation minoritaire, ils ont des obligations envers les communautés autochtones…

7337 Alors, quand vous proposez ce cadre qui a des obligations particulières, premièrement, est-ce que vous voyez que c'est quelque chose qui devrait être applicable à la programmation sur toutes les plateformes? Et… ben, en fait, je vous laisse répondre à cette question avant de poursuivre.

7338 Mme TABET: OK. Donc, en ce qui concerne de desservir les CLOSM, si je peux permettre le diminutif, donc TVA aussi a des obligations à ce niveau. Bien sûr, ce n’est pas au même niveau que la SRC, mais nous ne sommes pas un radiodiffuseur public. Donc, c'est des obligations qui reviennent au diffuseur public et qui doivent être entreprises par le diffuseur public, surtout aussi pour les obligations envers les Autochtones. Donc, oui, on n’a pas ces obligations-là, mais on n’est pas un diffuseur public.

7339 Maintenant, pour les obligations sur toutes les plateformes, ce qu’on croit, c'est que, premièrement et avant tout, les obligations doivent être sur les plateformes traditionnelles avant d’être sur les plateformes numériques, sachant que les plateformes numériques en ce moment jouissent d’une exemption, d’une ordonnance d’exemption.

7340 Donc, nous, ce qu’on dit, c’est que Radio-Canada ne devrait pas utiliser les plateformes numériques pour se soustraire de ses obligations, donc pour transférer des obligations du domaine règlementé vers le domaine non règlementé. Maintenant, c’est à vous de voir si vous voulez, dans le fond, enlever cette exem… cette ordonnance d’exemption à Radio-Canada et donner des obligations sur toutes les plateformes, mais nous, ce qu’on croit, c'est que ça devrait être des plateformes complémentaires et ça ne devrait pas substituer les plateformes traditionnelles.

7341 CONSEILLÈRE BARIN: Merci beaucoup pour votre réponse.

7342 Alors, ce que vous avez proposé consiste principalement des obligations de dépenses en contenus canadiens. Radio-Canada a indiqué que les conditions de dépenses seraient généralement inappropriées. J’aimerais vous entendre là-dessus. Est-ce que, si ce n’est pas par obligation de dépenses, quel moyen pensez-vous serait efficace pour que Radio-Canada puisse s’assurer de rester, comme vous l’avez décrit, principalement et typiquement canadien sur l’ensemble de ces plateformes audiovisuelles?

7343 M. PÉLADEAU: Je me permettrais, donc, un commentaire de départ, et puis Peggy éventuellement pourra poursuivre.

7344 Alors, écoutez, j’en ai fait un petit peu référence tout à l'heure, quelques fois, on a de la difficulté à bien comprendre, parce qu’il existe une dynamique entre, donc, la Commission et le législateur où, à chaque année ou de façon continue, il y a… donc, des citoyens, par le biais de leurs représentations, se penchent sur les crédits parlementaires qui sont octroyés à la CBC/Radio-Canada, alors… puis on a constaté que la direction de Radio-Canada ne souhaitait pas aborder devant la Commission la problématique ou la question de son financement.

7345 Je dois vous dire et vous avouer que, honnêtement, j’ai un petit peu de difficulté à suivre parce que, donc, on demande une distribution obligatoire qui va emporter évidemment, donc, une redevance. Si une redevance n’est pas une source de financement, je me demande bien qu’est-ce que c'est. Éventuellement également, il va y avoir pour la publicité des contraintes ou un encadrement qui, là aussi, constitue une source de financement.

7346 Alors, on utilise bien, donc, les circonstances lorsqu’elles peuvent favoriser, on dit il n’est pas… on ne devrait pas discuter et s’interroger sur les sources de financement, et par ailleurs, ben, on dit que le financement est nécessaire pour la production de contenus canadiens. Alors, c'est… je ne le sais pas si c'est volontaire qu’on souhaite amener, donc, l’interlocuteur dans un état de confusion, mais trop souvent malheureusement, c'est, selon moi, la conclusion à laquelle on arrive.

7347 Mais plus prosaïquement peut-être, Peggy, t’as autre chose à ajouter, donc, sur les questions purement techniques.

7348 Mme TABET: Donc, au niveau des dépenses que Radio-Canada croit que c'est inapproprié, évidemment, ben, si on a proposé ce qu’on a proposé, c’est parce qu’on croit que c'est approprié, premièrement. Deuxièmement, je pense que Radio-Canada, ce qu’elle veut, c’est plus de flexibilité, et la question qu’il faut se poser aussi : est-ce qu’un radiodiffuseur public a besoin de flexibilité avec les crédits parlementaires importants qu’il reçoit.

7349 Quand nous nous sommes présentés devant vous en 2017, et on vous a dit : nous avons besoin de flexibilité, l’environnement change, on est sous pression, s’il vous plait, on a besoin de cette flexibilité-là et laissez-nous déterminer comment on va dépenser notre… l’argent pour le contenu canadien, vous nous avez refusé cette flexibilité-là, et non seulement ça, vous avez augmenté et surrèglementé TVA.

7350 Donc, je ne crois pas que sous le couvert de la flexibilité, la SRC ne devrait pas avoir d’obligation de dépenses. Je crois qu’on a des propositions et des recommandations très claires à ce niveau-là et je crois que le CRTC devrait vraiment se pencher là-dessus et les prendre en considération sérieusement.

7351 CONSEILLÈRE BARIN: Merci, Madame Tabet. Alors parlons de quel type d’obligation – parce que si on passe à travers la performance de la Société dans le terme de licence qui vient à échéance, ils ont largement dépassé les exigences minimales qu’ils avaient.

7352 Alors, ma question pour vous : est-ce que vous croyez que des exigences continuent d’être nécessaires? Et par ça, une sous-question : est-ce que c’est nécessairement par conditions de licence qu’il faut règlementer le radiodiffuseur public ou est-ce que les attentes ou une autre méthode suivie de performance pourraient être aussi appropriée?

7353 Mme TABET: Alors, je me dois encore de revenir à 2017, lorsqu’on a dit au CRTC : vous n’avez pas besoin de nous règlementer, on dépasse nos exigences et on fait beaucoup plus que qu’est-ce que le Conseil nous demande. Donc, ce qui est arrivé, c’est qu’on nous a imposé des obligations encore plus importances parce qu’on dépassait nos exigences.

7354 Donc, ça répond, je crois, à la question que vous me posez : est-ce que la SRC ne devrait pas avoir d’exigences parce qu’elle dépasse les attentes? On est totalement en désaccord, surtout – et encore une fois, je ne le répèterai jamais assez – on parle du diffuseur public. Et nous, on est des diffuseurs privés, on est règlementés avec des conditions de licence assez onéreuses. Donc oui, des conditions de licence parce qu’on sait que les attentes sont moins coercitives que des conditions – donc oui, les conditions qu’on a proposées.

7355 CONSEILLÈRE BARIN: Mais Radio-Canada soutient que les conditions de licence, dans un monde en ligne, en fait, ce n’est pas règlementé de la même façon pour le moment. Alors, pour ce qui est…

7356 Mme TABET: Excusez-moi – c’est pour ça qu’on propose de ne pas laisser Radio-Canada se soustraire à ses obligations en transférant le tout vers le contenu numérique. C’est exactement ça qu’on ne veut pas qui arrive.

7357 CONSEILLÈRE BARIN: Je comprends. Mais pour suivre, si on dirait un surplus des obligations ou des obligations que Radio-Canada propose quand même d’accomplir sur les plateformes numériques, j’aimerais vous entendre sur comment on pourrait suivre la diffusion en particulier du contenu canadien sur les plateformes en ligne, vu que vous opérez déjà Club Illico sur cet environnement. Alors selon vous, comment est-ce qu’on pourrait mesurer la performance de la société sur la plateforme en ligne?

7358 Mme TABET: Je ne crois pas qu’on a une réponse spécifique à cet effet; je pense qu’on va laisser le CRTC déterminer cela s’il veut aller dans cette direction-là, mais encore une fois, on ne le recommande pas. On recommande que les exigences demeurent les services traditionnels.

7359 CONSEILLÈRE BARIN: C’est bien, merci.

7360 M. PÉLADEAU: Et j’ajouterais, Madame la commissaire également aussi – et ça fait référence aux éléments de ma conclusion – dans les circonstances, nous l’avons dit et nous le répétons : il m’apparaît à plusieurs égards requis et nécessaire, malgré que les différentes directions de Radio-Canada, actuellement et dans les années précédents, ont toujours voulu ne pas être assujettis à une imputabilité qui est celle qui accompagne toute organisation qui est une société d’État et qui a comme principale et plus importante source de financement les montants qui sont versés par les contribuables canadiens.

7361 Alors, dans cet esprit-là, je pense que vous seriez en mesure de pouvoir déterminer, à partir de cette exigence d’imputabilité, les mesures nécessaires pour qu’on puisse avoir les outils afin de rendre compte adéquatement de la mission et de cet accompagnement du service public.

7362 CONSEILLÈRE BARIN: Parfait – merci beaucoup, Monsieur Péladeau. J’aimerais maintenant vous poser quelques questions sur la distribution de ICI RDI et CBC Network et en particulier, vous avez fait valoir que les ordonnances de distribution n’étaient plus nécessaires en raison de la quantité de nouvelles qui est offerte dans toutes les régions sur des multiplateformes.

7363 Est-ce que… s’il advenait que CBC News Network et ICI RDI ne bénéficient pas de cette ordonnance, comment est-ce que vous proposez d’offrir le contenu aux CLOSM? Et je comprends que vous avez aussi des obligations de desservir ces communautés. Alors, est-ce que je peux comprendre que vous seriez prêt vous-même à reprendre les obligations d’ICI RDI et de CBC News Network dans les deux langues dans ces communautés?

7364 M. PÉLADEAU: Je vais demander également aussi à Peggy de vous donner la seconde partie de la réponse. Mais ce sur quoi j’ai essayé d’insister dans mon intervention – et vous savez probablement, donc, parce que vous étiez à même de pouvoir participer à cette décision – donc il y a eu, à juste titre d’ailleurs, une volonté de la part de la Commission de faire en sorte que ce soit des citoyens ou les consommateurs qui choisissent ce qu’ils ont l’intention d’écouter parce qu’au bout de cet exercice, il y a un paiement à être effectué.

7365 Vous le savez certainement également que depuis au moins 20 ans et même davantage, que le paysage francophone et tous les distributeurs ou la majorité d’entre eux permettaient, donc, la capacité de pouvoir choisir ses chaînes, ce qui n’était pas le cas dans l’univers anglophone. Dorénavant, les Canadiens et les Canadiennes sont logés à la même enseigne et je crois que c’est une enseigne qui est tout à fait raisonnable puisqu’elle permet au citoyen de déterminer et de payer selon son choix.

7366 Il y a l’exception, évidemment, du service de base, le service de base qui fait en sorte qu’on demande et peut-être que le service de base avait toute la légitimité et sa justification au moment où il n’existait pas, donc, d’écoute en continu. Mais comme vous le savez, pour un peu plus de 10 $ maintenant, on peut avoir un service, il y a une espèce de service d’archives avec du contenu. Tout ça, d’une certaine façon, rebute la personne plus jeune qui est habituée à vivre dans un environnement numérique et qui freine de façon significative, donc, la volonté du citoyen de s’abonner à un service de télédistribution dont vous connaissez les effets sur la production canadienne.

7367 Donc, à chaque fois que nous augmentons la règlementation concernant le service de base, plus on va accélérer, je dirais, l’exode, comme je l’ai mentionné, donc vers des services en continu qui, en plus de ça, la grande majorité – pour ne pas dire la presque totalité – vont enrichir des pays étrangers ou des actionnaires étrangers et non des Canadiens, comme devrait être la mission principale de la diffusion, quelle qu’elle soit de contenu sur les ondes canadiennes.

7368 CONSEILLÈRE BARIN: Merci. Oui, Madame Tabet?

7369 Mme TABET: Alors, juste pour compléter la réponse, premièrement, les services de nouvelles jouissent d’une ordonnance de distribution au Canada, donc les télédistributeurs sont obligés de distribuer RDI et CBC News. Deuxièmement, il faut qu’ils s’assurent que toutes les chaînes spécialisées de nouvelles continuent d’être offertes à la carte ou dans des forfaits.

7370 Donc, pour ce qui est de l’accès à ces chaînes-là, l’accès va être préservé et les gens qui veulent, donc les CLOSM qui veulent avoir accès à ces chaînes-là vont pouvoir le faire en toute liberté.

7371 Pour ce qui est des obligations au niveau des CLOSM, on croit que les revenus d’abonnements de RDI sont suffisants pour ne pas… pour continuer, dans le fond, à répondre à cette mission-là sans aucune augmentation.

7372 CONSEILLÈRE BARIN: Merci beaucoup. J’aimerais revenir sur le point de Monsieur Péladeau, sur le fait que le service de base aujourd’hui ne serait peut-être pas aussi compétitif avec les alternatifs pour une certaine portion de la population.

7373 Mais vu que c’est un service qui est déjà plafonné à un prix de 25 $, comment vous expliquez que ça pourrait… le fait d’augmenter le tarif pour ces deux services de nouvelles, pourrait accélérer les débranchements.

7374 M. PÉLADEAU : Bon, je n’ai pas de diplôme en économie, je ne suis pas docteur, mais on a je pense… On est capable de comprendre que donc, d’une part, il existe des offres qui n’existaient pas au moment de l’instauration du service de base. Donc, je fais référence à l’écoute en continu auquel je mentionnais les principales figures tout à l’heure.

7375 Deux, d’autre part, tout ce qui augmente dans un environnement concurrentiel, aurait tendance à recevoir moins d’intérêt de la part du consommateur. Et lorsqu’on compare effectivement le prix du service de base, ou le prix qui est offert, versus ce qui est disponible, donc en écoute en continu, il y a… Excusez-moi l’expression, un espèce de « disconnect ». En tout cas, certainement une différence, qui va faire en sorte de motiver encore davantage peut-être un citoyen de s’abonner à un service en continu, plutôt que de s’abonner donc à un service de télédistribution.

7376 Est-ce que c’est absolu cette affirmation-là ? Non. Je pense que tout est une question de nuance, mais les faits auxquels nous faisons face, et ce n’est pas un phénomène uniquement canadien, c'est un phénomène nord-américain, ou même je dirais, mondial. Ou en tout cas, certainement occidental, quoique la câblodistribution est bien différente en Europe qu’elle ne l’est dans un univers nord-américain, ou américain. On constate que ça a des effets et des conséquences majeures. Et c’est statistiquement prouvable qu’il y a… Nos abonnés en télédistribution diminuent d’année en année, de trimestre en trimestre. Malgré, et je tiens à le dire quand même, Madame la commissaire, et ce ne sont pas les investissements, nous en sommes très fiers aussi. Nous avons lancé donc avec une nouvelle technologie, celle de Comcast aux États-Unis, le service Helix, avec une reconnaissance vocale en télédistribution.

7377 Je pense que c’est un service qui est extrêmement performant et malgré tout ça, dans un environnement concurrentiel, nous n’arrivons pas à connaître ces belles années de la télédistribution où, lorsque nous étions étudiants, on sait, la première chose qu’on faisait c’est qu’on s’abonnait au câble. Là, c’est vraiment la dernière chose qu’on fait. On s’abonne probablement davantage à Netflix, qu’on s’abonne au câble. Je rigole, mais ce n’est pas nécessairement très drôle pour l’industrie et pour toutes les parties prenantes à l’intérieur de cette industrie.

7378 CONSEILLÈRE BARIN : Merci beaucoup, Monsieur Péladeau, pour votre réponse. Pour moi ça fait plus ou moins le tour de mes questions, à part le quatrième sujet, qui était les items qu’on n’a pas pu aborder. Alors pour moi, il reste que un, et c’est le sujet du Tandem.

7379 Vous l’avez abordé dans votre présentation orale et peut-être que vous avez eu la chance d’écouter l’échange qu’on a eu avec Radio-Canada la semaine passée. Alors mis à part le point plus large sur la publicité, quelles sont vos préoccupations par rapport au service Tandem de Radio-Canada ?

7380 M. PÉLADEAU : Je vais demander donc à mon collègue, Patrick Jutras, de bien vouloir faire ses commentaires. Mais en guise de préambule, j’aimerais quand même indiquer que, donc, je reviens sur… Et c’est là aussi, donc une nouvelle illustration d’un dérapage. Cette volonté exacerbée de toujours aller vouloir chercher des revenus publicitaires, qui auront comme conséquence de les soustraire donc, de l’environnement ou de la sphère des diffuseurs privés, dont c’est, en grande majorité, l’unique source de revenus.

7381 Et je dirais que cette publicité est malheureusement, à l’origine de tous les maux qui sont ceux que de très nombreux interlocuteurs, j’ai eu l’occasion d’écouter ceux qui nous ont précédés, et on s’en plaint. Parce que justement, il y a un éloignement de la mission canadienne et il y a comme une obsession de faire du copier-coller avec les diffuseurs privés, alors que, une fois de plus, les sources de financement sont complètement différentes les uns des autres.

7382 Alors peut-être, Patrick, tu voudrais ajouter ?

7383 M. JUTRAS : Oui, merci Pierre Karl. Merci Madame la conseillère. En fait avant de répondre sur la question précise de Tandem, si vous me permettez, je ferais un léger détour pour en arriver à ma réponse par rapport à Tandem. En fait, je voudrais faire état de la situation actuelle, parce qu’on parle beaucoup de complémentarité au fil des derniers jours. En fait, que le diffuseur public se devrait d’être complément au diffuseur privé. En fait, on parle de collègues du secteur privé. Laissez-moi vous donner quelques exemples de ce qu’on vit au quotidien dans le marché.

7384 Vous savez, dans le domaine publicitaire, il y a de la croissance et si on fait fi de 2020 là, il y en a de l’argent dans le marché. C'est-à-dire qu’il y a une croissance. Cette croissance-là, malheureusement, elle est accaparée par le GAFAM, mais dans notre cas à nous, on doit aussi composer avec des agissements de la… du diffuseur public. Des agissements ou des comportements plutôt concurrentiels, déloyal.

7385 Vous allez voir dans le dossier de preuves qu’on a déposé, des exemples très précis, très concrets à certains égards, où des propositions ont été faites à certains annonceurs, à un prix qu’on ne peut malheureusement pas se permettre, parce qu’on a des comptes à rendre à nos actionnaires. Donc dans un premier temps, il y a une stratégie agressive de tarification à la baisse dans le marché.

7386 Dans un deuxième temps j’ajouterais, est-ce vraiment le mandat du diffuseur public, de demander à ses animateurs vedettes de boire un café en compagnie d’un invité avec un logo sur la tasse ? Ou bien de faire une entrevue de fond avec des spiritueux en arrière-fond ? J’en doute et je pousserais même l’audace à ce que le diffuseur public produise, financé par un annonceur, des émissions de variétés en heure de grandes écoutes. Pour nous, si ça, c’est de la complémentarité, on n’a pas nécessairement la même définition.

7387 Le diffuseur public se permet aussi de trafiquer certaines communications. Vous savez, lorsqu’on parle dans le jargon publicitaire de « prime time », on parle de 18 à 23 heures. Donc, ce sont les heures de grandes écoutes les plus payantes pour l’ensemble des diffuseurs. Or le diffuseur public se permet même de trafiquer ses communications à partir de 19 à 23 heures, pourquoi ? Tout simplement pour faire mal paraître les diffuseurs privés.

7388 Et dans un dernier temps, je vous… J’ai mis la main sur une offre d’emploi. En fait, une offre d’emploi qui a été pour la Société CBC en fait. L’offre d’emploi TOR07767 et naturellement, c’est un poste de représentant. Et je veux juste vous lire la première ligne des « key duties ». Ça va vous donner un peu l’état d’esprit dans lequel on se retrouve sur le terrain, de façon quotidienne. Alors ça commence comme suit : « aggressively pursue and create new business opportunities to expand the client base and grow revenue ».

7389 Donc pour moi, Tandem s’inscrit dans l’ensemble de tous les agissements, la concurrence déloyale que le diffuseur public fait auprès de ses collègues du secteur privé. Donc, qui normalement devrait être en complémentarité, mais surtout en compétition, de la façon dont on comprend les agissements.

7390 CONSEILLÈRE BARIN : Merci, Monsieur Jutras, j’apprécie vos commentaires. Alors ça fait le tour pour moi. Je vais passer la parole maintenant à Monsieur le président et voir si mes collègues ont aussi des questions pour vous. Merci beaucoup, Monsieur Péladeau, et équipe.

7391 M. PÉLADEAU : Merci.

7392 LE PRÉSIDENT : Merci, Madame Barin. Madame Simard.

7393 CONSEILLÈRE SIMARD : Merci beaucoup, Monsieur le président. Donc merci, Monsieur Péladeau, merci Madame Tabet et tous les autres membres de votre équipe. J’aurais quelques questions de clarification pour vous. À commencer par, disons votre concept central dans vos représentations, la complémentarité.

7394 Pourriez-vous me la définir ? C'est-à-dire que ce que je… Je cherche à savoir sur le « spec », à quel endroit je dois mettre mon curseur ? Est-ce que c’est une définition stricte avec aucun chevauchement ? Ou au contraire, vous êtes prêts à reconnaitre qu’évidemment, il y a un certain chevauchement qui peut exister, puis… Alors pourriez-vous juste m’orienter par rapport à ça s’il vous plaît.

7395 M. PÉLADEAU : Avec plaisir, Madame la Vice-présidente. Là aussi, je pense que ça va être une question de nuance et évidemment il ne s’agit pas ici d’une science exacte. C’est… Et de la programmation, c’est plus une question de, c’est comme un art plutôt qu’une science. Je vais demander à ma collègue, France Lauzière, donc la présidente de TVA de bien vouloir… Parce qu’elle a… C’est ce qu’elle a fait toute sa vie elle, de la programmation. Et puis aujourd’hui, elle assume les responsabilités au plus haut niveau, mais elle a encore une attention toute particulière en ce qui concerne la programmation, parce que c’est aussi le nerf de la guerre en ce qui nous concerne.

7396 CONSEILLÈRE SIMARD : Merci.

7397 Mme LAUZIÈRE : Merci Pierre Karl. Oui, bien écoutez suite à votre question Madame Simard, je me permettrais de dire qu’effectivement c'est une question de nuance, c’est pas quelque chose qui est facile à arbitrer. Cependant, je pense qu’on est rendu au stade où on doit se poser et réfléchir, trouver un moyen de sculpter un petit peu la définition de la complémentarité, puis y’a quand même des éléments qui sont possibles.

7398 Je pense que tout le discours de cet après-midi tourne autour d’une problématique qui est celle de la publicité, de la quête aux revenus. Ce que ça fait, ça, au niveau des motivations, ça engage le diffuseur public dans une dynamique commerciale qui est celle des diffuseurs, c’est clair que ça peut contaminer aussi potentiellement certaines actions qui éloignent le diffuseur de son mandat parce que c’est un mandat qui est beaucoup plus large, qui doit favoriser des actions… pas favoriser – pardon – des actions liées à la performance des audiences.

7399 Bien sûr, comme je vous le disais, y’a des zones grises. C'est pas… on n’est pas en train de dénoter que le diffuseur public, qui mise sur un contenu de fiction – et, bon, ça comporte toujours des risques, peu importe ce qu’on présente en programmation, il y a un risque associé, des investissements aussi à compenser –, donc va miser sur un contenu et ce contenu-là a un… rejoint une clientèle qui devient très populaire. Il n’y a pas de problème avec ça. C'est sûr que y’a personne de notre équipe qui va dénoncer par exemple le succès de District 31, c'est exactement dans le mandat. Ça, ça va.

7400 Ceci étant, pour nous, juste en questions de couverture d’activités ou de genres de contenu télévisuel, il nous semble normal que, dans le mandat de la société publique, il y ait une couverture d’un spectre beaucoup plus large. Alors, entre autres choses, on souhaiterait que la programmation de Radio-Canada soit axée davantage sur différentes catégories que le secteur public ne peut pas se permettre pour différentes raisons.

7401 Donc, que ce soit le documentaire, que ce soit les contenus jeunesse, que ce soit les contenus en éducation, que ce soit évidemment les contenus de nouvelles ou d’affaires publiques, tout ça en sus évidemment de la fiction et de la variété, ben, ça nous apparait important qu’il y ait un meilleur équilibre. Actuellement, ce qu’on constate, c'est que le radiodiffuseur, pour sa généraliste, a misé sur des contenus d’extrême popularité, ce qui dicte un ensemble de données.

7402 D’autre part, je vous ferai mention que je pense que dans le… un des éléments qui pourrait être regardé par le Conseil, c’est de regarder… y’a un rôle comme entreprise ou écosystème industriel qui est relié au développement de la relève. Si on veut que les Canadiens aient accès à un contenu de programmation qui est le reflet de qui on est ici à travers le Canada, il faut s’assurer que nos jeunes, qu’ils soient des talents d’auteurs, de créateurs, d’interprètes, ben, on leur laisse une place, et qui de mieux que la société d’État pour permettre ou avoir des obligations à cet égard.

7403 Donc, c’est dans ce sens-là qu’on se dit qu’il devrait y avoir un petit peu de complémentarité.

7404 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Je vous remercie, Madame Lauzière.

7405 J’ai une autre question pour vous. Donc, on vous a présentée et on a mis de l’avant votre vaste expérience dans le domaine de la programmation. Je suis…

7406 Pardon? Moi, l’écran a gelé. OK, vous êtes là.

7407 Donc, je suis curieuse de savoir de votre part comment vous définissez le succès pour un… comment… je vais le dire au conditionnel parce que vous êtes dans l’entreprise privée, mais si vous étiez, donc, pour un radiodiffuseur public, comment se traduirait ce succès-là? Présentement évidemment, c’est la cote d’écoute qui, j’imagine, agrémente vos journées, qu’est-ce qui agrémenterait vos journées pour vraiment… et qui vous motiverait et qui serait une marque claire d’un succès au sein d’un radiodiffuseur public?

7408 Mme LAUZIÈRE: Ben, je vous le mentionnais, c'est le volume et la variété des catégories abordées. Évidemment aussi – on en a parlé un petit peu plus tôt –, le reflet de la diversité. On parle beaucoup de diversité actuellement, puis je pense que c’est une préoccupation que nous devons avoir et mettre de l’avant, et les intervenants ce matin en ont fait mention plusieurs fois, donc c’est clair que d’aller de ce côté-là, oui, mais… et ça ne veut pas dire que y’a pas, à travers ça, un succès d’écoute qui ne doit pas être, t'sais, valorisé là, y’a pas de problème avec cette… mais c'est dans la diversité.

7409 On regarde en complémentarité les grilles par exemple de Radio-Canada et de TVA, c'est sûr qu’on n’est pas dans la complémentarité. Juste en offre de séries par exemple, le lundi, mardi, mercredi, on est nez à nez. Je pense que, au final, le consommateur canadien y perd.

7410 CONSEILLÈRE SIMARD: Je vous entends.

7411 Mme LAUZIÈRE: Il pourrait y avoir une contre-programmation qui est plus forte.

7412 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Merci.

7413 Mon autre question est dans un tout autre ordre d’idée, Madame Tabet y faisait référence : la programmation locale et les nouvelles. Donc, nous avons entendu plus tôt cette semaine des représentants de l’Association canadienne des radiodiffuseurs qui nous faisaient les mêmes représentations au niveau des nouvelles locales. Ces représentations-là sont différentes évidemment de ce qu’on a entendu de d’autres intervenants et, en gros, si je résume, c’est cette position-là de dire : laissez-nous la nouvelle locale, donc, à nous, les radiodiffuseurs privés.

7414 J’aimerais vous entendre là sur ce sujet-là parce qu’évidemment on n’ignore personne la crise actuelle qui sévit là dans le domaine de l’information, et plus particulièrement de la nouvelle locale.

7415 Mme LAUZIÈRE: Écoutez, si vous me permettez, je vais passer la parole à mon collègue Martin Picard qui est en charge de cette section-là au niveau du service des nouvelles.

7416 CONSEILLÈRE SIMARD: Merci.

7417 M. PICARD: Oui, bonjour.

7418 Ben, en fait, au niveau de la couverture de nouvelles locales, bon, les diffuseurs privés qui est TVA, on a une couverture de nouvelles locales. Ce qu’on demande, avec les moyens dont Radio-Canada dispose par des crédits parlementaires, et on regarde leurs conditions de licence en programmation locale, donc on a des exigences actuellement qui sont de loin supérieures aux exigences de Radio-Canada.

7419 Donc, sur l’ensemble des localités, l’ensemble des marchés, on pense que Radio-Canada aurait un rôle plus important à jouer au niveau de la couverture, ce qui n’empêche pas d’avoir une cohabitation avec le secteur privé, mais à tout le moins, on regarde actuellement, on a des bulletins dans certaines périodes de la journée où Radio-Canada n’a même pas de couverture.

7420 Donc, l’idée ici c'est de dire, de par les moyens, de par les budgets qui ont été accordés à Radio-Canada, qui est clairement dans leur mandat d’avoir une couverture dans l’ensemble des marchés, donc de notre côté, on ne vise pas, on ne demande pas le retrait de Radio-Canada et de laisser au privé exclusivement la couverture de nouvelles locales, mais, au contraire, on demande dans le fond à la société d’État de couvrir l’ensemble des marchés avec les moyens dont elle dispose.

7421 CONSEILLÈRE SIMARD: Ça a le mérite d’être clair. Merci, Monsieur Picard.

7422 Mon autre question, je vous ai entendu, Monsieur Péladeau, je pense lors de votre présentation, faire référence à une plus grande imputabilité des dirigeants de la… du radiodiffuseur public. Qu’entendez-vous par là?

7423 M. PÉLADEAU: Ben, je pense qu’il y a plusieurs volets à cet égard, vous le savez, donc, on a souhaité retenir l’information concernant un grand nombre de sujets. Peut-être que c'est pas nécessaire effectivement de connaitre – puis j’exagère peut-être, puis vous comprendrez – le salaire de Bernard Derome. Bon, Bernard Derome, comme vous le savez, n’est plus le lecteur de nouvelles, mais par contre il y a certainement des éléments que les contribuables devraient connaitre et, nous le savons, donc, la presse, la presse écrite et puis un certain nombre d’autres médias également, donc, font souvent appel à la Loi, donc, sur la divulgation des informations, et on… reçoivent comme réponse systématiquement, donc, un refus de répondre alors que ça constitue pour les Canadiens et les Canadiennes un vecteur d’informations et un pilier de la démocratie.

7424 Et en ce sens, il est opportun et même nécessaire également aussi que la Société Radio-Canada, comme société d’État qui quand même bénéficie de budgets significatifs là, on ne peut pas dire que c'est anecdotique lorsque ce sont des milliards de dollars, donc à cet égard effectivement, on devrait avoir un test, le test de la transparence et de l’imputabilité qui s’applique également aussi à la société d’État et ne pas nécessairement toujours et systématiquement, donc, se réfugier derrière ce qu’ils… l’argument habituel, c'est de dire qu’ils sont dans un environnement concurrentiel, alors… et ils avouent eux-mêmes d’une certaine façon qu’ils sont en concurrence, mais ils n’ont pas la mission qui est celle des diffuseurs privés qui, évidemment, encore une fois, est accompagné du financement que les diffuseurs privés… auxquels les diffuseurs privés n’ont pas droit.

7425 CONSEILLÈRE SIMARD: Je vous remercie.

7426 Ma dernière question, encore une fois, est dans un tout autre ordre d’idées : la plateforme, donc, TOU.TV et à l’origine, ce que j’avais compris, c’était cette idée-là, donc, est toujours d’avoir une plateforme pour la découvrabilité et la promotion du contenu canadien. Je comprends qu’ailleurs dans le monde, il y a eu des partenariats public/privé pour s’assurer d’avoir une plateforme, disons, commune.

7427 Ici, donc, avec vous comme joueur important dans le marché francophone québécois, vous avez développé votre propre plateforme. Alors, pour clarifier pour le dossier public, ce que je comprends, c’est que ces plateformes-là sont vraiment distinctes et il n’y a pas et il n’y aura pas dans l’air de projet commun dans ce sens-là?

7428 M. PÉLADEAU: Oui c’est vrai, vous avez raison de le souligner et à cet égard, j’ai le privilège, donc, de diriger une organisation qui s’est toujours investie de façon massive – tout à l’heure, donc, on parlait des conditions de licence, Peggy faisait référence au fait qu’on a toujours et nous allons continuer à investir en contenu canadien davantage que ce à quoi des conditions de licence nous obligent. Et nous l’avons fait également aussi pour le Club Illico parce que nous croyons que c’est important, donc, de participer à l’enrichissement de l’écosystème de la production et face, donc, à une nouvelle technologie qui était celle de l’écoute en continu, de la diffusion de contenu par le biais, donc, d’un canal, de l’accès internet, que nous protégions et que nous redéfinissions également aussi le processus de financement et de diffusion sur les différentes fenêtres qui étaient dorénavant disponibles pour les Canadiens et les Canadiennes.

7429 Nous allons poursuivre dans cette avenue et j’ai un petit peu aussi, donc, la modestie [Rires] de dire que nous avons… nous sommes toujours un peu avant-gardistes, nous avons toujours voulu faire en sorte d’être devant la parade et de regarder tout ce qui se fait autour sur la planète et d’être en mesure de pouvoir l’appliquer de façon efficace pour le bénéfice de l’ensemble des parties prenantes à l’intérieur de notre industrie et nous comptons bien le faire.

7430 Maintenant, si d’autres organisations veulent se joindre à nous, on n’est pas nécessairement en désaccord, mais encore faut-il évidemment que ça se fasse à l’avantage respectif des parties et particulièrement, évidemment, aux parties prenantes qui sont les nôtres. Des fois, j’ai entendu des dirigeants de la société d’État dire un petit peu avec mépris « les actionnaires »; oui, nous avons des actionnaires – Québecor en a, TVA en a – puis la grande majorité, pour le pas dire la totalité des télédistributeurs ou des diffuseurs ici au Canada en ont et heureusement, parce que c’est eux également aussi qui permettent d’avoir des entreprises qui sont correctement capitalisées et qui permettent les investissements, que ce soit en télécommunication ou que ce soit en diffusion.

7431 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Je vous remercie, Monsieur Péladeau, merci aux membres de votre équipe pour votre participation à cette audience.

7432 Monsieur le président, ça fait le tour de mes questions.

7433 LE PRÉSIDENT : Merci beaucoup encore, Monsieur, merci, Monsieur Péladeau et toute votre équipe.

7434 Madame la secrétaire, est-ce que nous pouvons prendre notre pause de l’après-midi, maintenant?

7435 Mme ROY : Oui, pour 15 minutes, donc nous pourrions revenir à 2 h 50.

7436 M. PÉLADEAU: Merci beaucoup à tous et à toutes, Monsieur le président et Mesdames les conseillères et membres du personnel et Madame la vice-présidente.

7437 LE PRÉSIDENT: Merci, bon après-midi.

7438 M. PÉLADEAU: Bonne continuation!

7439 Mme ROY: Merci.

---Upon recessing at 2:38 PM/

L’audience est suspendue à 14 h 38

--- L’audience est reprise à 14 h 55

Upon resuming at 2:55 p.m.

7440 Mme ROY: Bon après-midi. Juste une petite note pour mentionner que, comme mentionné ce matin, Eagle Vision comparaîtra mardi, le 26 janvier en fin de journée.

7441 Maintenant, nous entendrons la dernière présentation de la journée, qui est par l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario. S’il vous plait, vous présenter et présenter vos collègues et vous avez 10 minutes pour votre présentation.

7442 PRÉSENTATION/PRESENTATION

7443 M. JOLIN: Alors, merci. J’aimerais vous dire que je suis accompagné par le directeur général de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, Peter Hominuk. Et je vais débuter ma présentation.

7444 J’aimerais remercier le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada d’avoir invité l’Assemblée de la francophonie à venir témoigner dans le cadre de vos travaux sur la demande de renouvellement de licence de Radio-Canada.

7445 Le mandat de la Société Radio-Canada est d’une importance capitale pour les Communautés de langue officielle en situation minoritaire comme la-nôtre. Elle nous permet de communiquer, de nous informer, de nous divertir. Et dans bien des cas, la Société Radio-Canada est la seule option disponible à cet effet.

7446 Lorsque vous avez ouvert le processus de renouvellement, mon équipe a rapidement mis sur pied et distribué un sondage pour avoir l’opinion des Franco-Ontariennes et des Franco-Ontariens sur Radio-Canada.

7447 Deux cent soixante-dix (270) personnes y ont répondu entre le 16 décembre 2019 et le 20 janvier 2020. Le résultat de ce sondage et notre Livre blanc sur les médias francophones de l’Ontario ont été les deux outils que nous avons utilisés pour rédiger le mémoire que nous vous avons partagé en février dernier et sur ce que nous allons vous partager aujourd’hui.

7448 Les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens sont clairs; ils sont très heureux du travail de leurs stations régionales. La qualité des émissions régionales est la troisième plus grande force de Radio-Canada après la qualité de l’information et de la programmation.

7449 J’aimerais profiter de cette tribune pour souligner l’excellent travail des dirigeants et des artisans de nos stations régionales.

7450 Parmi nos recommandations se penchant sur la question des stations régionales, nous suggérons que la station CJBC passe sur la bande FM. Nous demandons également la séparation de l’antenne de la station d’Ottawa-Gatineau; une antenne servant l’Outaouais, une antenne servant l’Est ontarien. Pourquoi?

7451 Dans la région de la capitale nationale, il n’est pas rare d’entendre la perception suivante des Franco-Ontariens, « Radio-Canada parle trop du Québec ». Il n’est pas rare non plus d’entendre la perception des gens de l’Outaouais, également, qui croient que Radio-Canada parle trop de l’Ontario. Qui a raison? Qui a tort? Nous avons enquêté.

7452 Notre analyse de données de 48 Téléjournaux d’Ottawa-Gatineau diffusés entre le 2 juin et le 19 juillet 2017 démontre que cette station a trouvé un équilibre entre les deux côtés de la rivière des Outaouais. Au niveau de l’information régionale, la station diffuse, en moyenne, 7 minutes et 4 secondes de nouvelles provenant de Gatineau et de l’Outaouais, comparativement à 6 minutes et 50, du côté d’Ottawa et de l’Est ontarien. Une différence de 14 secondes dans un Téléjournal de 60 minutes.

7453 Malheureusement, cette séparation du temps d’antenne a pour conséquence que les Franco-Ontariens de l’Est de la province ont moins accès aux nouvelles provinciales, dont celles de l’Assemblée législative de l’Ontario.

7454 Nous demandons donc qu’une antenne soit consacrée uniquement à l’Est ontarien et d’intégrer cette antenne avec l’équipe ontarienne de Radio-Canada. Comme je vous le disais plus tôt, les Francophones de l’Ontario sont généralement satisfaits du travail de leurs stations régionales.

7455 Les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens, par contre, ont une image plutôt négative de Radio-Canada au niveau national. Ça fait une décennie que ça dure. Ça fait des décennies qu’on endure. Il est temps que ça change.

7456 C’est pour cette raison que nous appuyons conditionnellement la demande de renouvellement de Radio-Canada. Nous appuyons la demande de renouvellement si et seulement si Radio-Canada procède à un changement de culture important en commençant par devenir réellement un diffuseur pancanadien, pas juste durant la présentation de la météo mais en tout temps. Les Franco-Ontariennes et les Franco-Ontariens sont nombreux à percevoir Radio-Canada comme trop centrée sur le Québec, dont Montréal, et qu’elle ne nous représente pas bien.

7457 Seule lueur au tableau, ils nous ont partagé avoir grandement apprécié le travail de Radio-Canada lors du mouvement de contestation, « La Résistance ». Par contre, nous aimerions qu’on parle de nous en tout temps, pas uniquement en temps de crise linguistique. Les Francophones de l’Ontario comptent.

7458 Vous pourrez prendre connaissance de plusieurs éléments nous amenant à prendre cette position au sein de notre mémoire. Depuis le dépôt de notre mémoire, un autre exemple éloquent a démontré que pour Radio-Canada, c’est le Québec en premier et les autres si on a le temps.

7459 En mars, la pandémie a frappé fort. La couverture de la crise de la COVID et des points de presse provinciaux démontre, une fois de plus, que les francophones hors-Québec viennent en second à la maison de Radio-Canada. Nous avons constaté, au cours des premiers jours du confinement, que les points de presse du gouvernement passaient régulièrement seulement en anglais, le français étant présent uniquement lorsqu’un ministre bilingue accompagnait le premier ministre de l’Ontario.

7460 De par son mandat de diffuseur national, Radio-Canada avait la responsabilité de diffuser en direct les informations et les dernières consignes sanitaires partagées par nos différents gouvernements. S’il est vrai que, à partir de la deuxième ou troisième semaine de confinement, les points de presse de l’Ontario et du Québec étaient en simultanée, ce n’était pas toujours le cas dans les premiers jours.

7461 Voici deux exemples de décisions éditoriales douteuses prises au cours des premiers jours.

7462 Le jeudi 19 mars, RDI a coupé le point de presse en direct du gouvernement du Canada, après deux minutes, pour diffuser en direct une réaction des partis de l’opposition du Québec au point de presse du gouvernement du Québec.

7463 Le vendredi 20 mars, RDI a préféré diffuser une discussion sur la course à la chefferie du quatrième parti du Québec, le Parti québécois, au lieu de diffuser le point de presse du gouvernement de l’Ontario.

7464 L’équipe de Radio-Canada a été très proactive pour diffuser les points de presse avec une traduction simultanée sur ses plateformes numériques. Par contre, on ne peut pas en dire autant pour le volet télévision. Après avoir obtenu la diffusion simultanée et les sous-titres dans les points de presse de l’Ontario, nous sommes allés voir nos télédiffuseurs pour leur demander de présenter les points de presse. En plus de soumettre cette demande à nos responsables régionaux, j’ai personnellement écrit à ce sujet à la présidente du conseil d’administration de Radio-Canada, le 28 avril 2020. Lettre qui a été répondue le 14 septembre 2020, soit un jour avant l’Assemblée générale de la Société d'État, à laquelle je participais.

7465 L’AFO a fait deux propositions à Radio-Canada. Diffuser les points de presse de l’Ontario sur RDI après ceux du Québec. Ou deuxième option, diffuser les points de presse de l’Ontario sur les chaînes radio-canadiennes ontariennes. À ce moment, c’était la série Le refuge de l’espoir qui était diffusée.

7466 Le choix éditorial nous semblait assez évident, mais pourtant nous avons eu une fin de non- recevoir.

7467 S’il est vrai que les francophones ayant accès à un Internet de qualité avaient accès à ces points de presse, on ne peut pas en dire autant pour une autre partie importante dépendant principalement de la télévision.

7468 De plus, les Francophones de l’Ontario habitent davantage en régions éloignées et en milieu rural que la moyenne provinciale. Je pense d’ailleurs aux citoyens de la circonscription de Muskegowak-Baie-James, l’une des deux circonscriptions provinciales à majorité francophone, qui sont peu nombreux à avoir accès à un Internet de qualité. Plusieurs dépendent encore de la télévision. L’Internet est bon à Montréal; c’est une métropole. Ce n’est pas le cas partout au pays.

7469 Au point de vue anecdotique, il a été rapporté à l’AFO que les Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens allaient chercher leurs informations sur la COVID-19 via les points de presse du gouvernement du Québec ou en anglais via les chaînes de la CBC.

7470 Ainsi, certaines personnes ont dû consommer des informations provenant du gouvernement d’une autre province ayant des directives différentes de l’Ontario ou, dans d’autres cas, ont dû se tourner vers l’anglais pour se renseigner.

7471 Bref, en quelque sorte Radio-Canada n’a pas agi comme un rempart face à l’assimilation lors de la pandémie. C’est pour cette raison, et d’autres exprimées dans le mémoire, que nous proposons que la division francophone de la Société Radio-Canada modifie sa gouvernance pour créer quatre entités autonomes, toutes responsables de leurs budgets de fonctionnement et de leur programmation sur leur territoire.

7472 Bref, nous voulons une gouvernance beaucoup plus par et pour les francophones. Sans changement de la sorte, je suis convaincu que mon successeur, lors du prochain renouvellement, s’il y en a, viendra vous dire les mêmes choses. Les Francophones de l’Ontario aiment Radio-Canada. Les Francophones de l’Ontario adhèrent au mandat de Radio-Canada. Les Francophones de l’Ontario veulent juste que Radio-Canada respecte son mandat.

7473 Merci.

7474 J’aimerais souligner qu’en plus du directeur général, je suis accompagné de la directrice des relations publiques, Sarinah Asselas et l’analyste politique, Bryan Michaud. Merci.

7475 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci, Monsieur le président et merci beaucoup, Monsieur Jolin pour votre soumission aujourd’hui; en tant que Franco-Ontarienne ici à Toronto, c’est un plaisir de vous parler aujourd’hui.

7476 Donc, je vais commencer avec le point que vous avez fait, la problématique que vous énoncez concernant les nouvelles nationales à Radio-Canada et le reflet des communautés francophones hors-Québec et en particulier les Franco-Ontariens et les Franco-Ontariennes. Vous n’êtes pas les premiers à cette audience à soulever cette préoccupation et comme vous dites, ce n’est pas la première fois non plus que le Conseil… que ces problèmes sont soulevés; la semaine dernière, il y a eu un échange avec en particulier ma collègue, la conseillère Barin, avec Radio-Canada concernant leur engagement et le travail qu’ils ont fait concernant les CLOSM. Et l’une des répliques de Radio-Canada, Monsieur Bissonnette, était que selon eux, il y a eu des améliorations pendant la dernière période de licence.

7477 Donc, j’aimerais savoir si vous avez des commentaires par rapport à cette réplique; si, bien que le problème persiste, est-ce que vous, vous avez vu des améliorations pendant cette dernière période de licence?

7478 M. JOLIN: Les améliorations qu’il y a eu ont été sans doute sur le plan numérique. On sait que maintenant, sur la plateforme de Radio-Canada, on peut aller cliquer sur le nom de… sur une province et aller chercher de l’information en français sur ce qui se passe dans la province.

7479 Maintenant, ce n’est vraiment pas le cas du côté de la télévision et la pandémie nous l’a prouvé encore. Et comme le service internet n’est pas excellent partout en province, on n’a pas besoin d’aller très, très loin en dehors de la ville – moi, je suis ici à Orleans, tout près d’Ottawa et si je conduis 10 minutes à l’extérieur, la conseillère municipale qui vient d’être élue n’a pas la réception d’internet. Donc, ça donne une idée de ce qui se passe et de l’importance, en attendant d’avoir un signal qui est partout très fort au Canada, l’importance de la télévision et la télévision est le seul moyen pour bien des gens de s’informer en français. Et un député du nord me confiait que ses gens, plusieurs qui ne s’expriment pas tellement bien en anglais ou qui ont une compréhension limitée de l’anglais, suivaient les points de presse du gouvernement du Québec, ce qui était totalement inacceptable pour comprendre qu’est-ce qui se passait chez nous.

7480 Donc, je suis d’accord avec le point de vue de Monsieur Bissonnette sur le plan du travail qui a été fait du côté numérique, mais du côté de la télévision, on semble ne pas avoir mis d’énergie de ce côté-là, comme si toutes les solutions étaient dans le numérique.

7481 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Alors, d’une part, le problème se porte sur le manque de reflet des communautés francophones en Ontario, mais dans votre intervention, vous avez aussi énoncé qu’il y a un accent trop élevé qui est mis sur le Québec ou sur Montréal. Alors donc, étant donné cette situation, comment est-ce que vous pensez que Radio-Canada pourrait déterminer ce qui pourrait constituer un succès en ce qui concerne la façon dont elle offre les services aux CLOSM à l’extérieur du Québec et de Montréal? Alors, qu’est-ce qui serait un succès pour le reflet que vous cherchez et comment est-ce qu’on pourrait le mesurer?

7482 M. JOLIN: On demande un changement dans notre mémoire; on demande un changement au niveau de la gouvernance, c’est-à-dire qu’on développe quatre entités, donc une entité pour l’Atlantique, une entité pour le Québec, une entité pour l’Ontario et une entité pour le centre et l’ouest et que chacune de ces entités-là soit indépendante et ait son propre budget, ait sa propre programmation. Et à ce moment-là pour nous, c’est le moyen qu’on verrait d’avoir une couverture de la francophonie à travers le pays de façon qui est bonne, qui est juste et puis qui informe les gens de ce qui se passe chez eux.

7483 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Donc, c’est…

7484 M. JOLIN: C’est encore…

7485 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: …oui, allez-y.

7486 M. JOLIN: Puis j’ajouterais, c’est la question du par et pour : donc, par les gens d’une région s’occupent de leurs affaires et le font pour leur clientèle, les résultats sont là.

7487 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Alors, vous verrez un ajustement à la gouvernance et la gestion de Radio-Canada pour desservir les francophones au Canada, au Québec et à l’extérieur du Québec, si je comprends bien?

7488 M. JOLIN: Définitivement, parce que c’est bien intéressant de savoir qu’à la suite d’une tempête, Montréal se déblaie et tout va bien, mais ça n’intéresse pas beaucoup les gens un petit peu partout au pays, les francophones d’un petit peu partout au pays. Donc, on veut avoir des nouvelles qui reflètent qu’est-ce qui se passe dans nos communautés, pas seulement à Montréal.

7489 Et ce que j’entends, c’est qu’il y a même des gens en région au Québec qui se plaignent de la même chose, que Radio-Canada est centré sur Montréal et ne couvre pas aussi qu’est-ce qui se passe dans leur région. Donc, il y a un sérieux coup de barre à donner à ce niveau-là.

7490 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Alors d’une part, c’est la gestion, mais j’ai noté dans votre intervention écrite que vous avez proposé qu’il y ait des obligations pour la présentation du contenu canadien et les dépenses sur le contenu canadien pour la programmation francophone hors-Québec. J’ai noté que c’était… vous avez proposé 15 % et pour la présentation et pour les dépenses.

7491 J’aimerais savoir si vous pouvez nous donner un peu plus de détails en ce qui concerne ces recommandations; est-ce que c’est 15 % d’un certain genre de programmation? Est-ce que c’est toutes les émissions? Est-ce que c’est la production indépendante, etc. Donc, si vous avez des commentaires ou des informations additionnelles à ajouter à vos recommandations pour la présentation, les dépenses, ça nous intéresserait.

7492 M. JOLIN: Bien, c’est la SCFA qui a suggéré le 15 % puis on est encore d’accord, on est entièrement d’accord avec ce pourcentage-là. Je pense que c’est à ce moment-là qu’on aurait une représentation qui serait juste; on parle d’un centre de diffusion qui, justement, se chargerait de ça et puis… parce que présentement, le pourcentage est minime et c’est ce qui nous a été établi à travers la SCFA. Donc, on s’est rangés derrière ce pourcentage-là.

7493 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Très bien, merci.

7494 J’ai d’autres questions à vous poser en ce qui concerne la règlementation et les propositions, ce que Radio-Canada a proposé dans sa demande. Entre autres, ils ont suggéré 6 % de leur production indépendante en région, que 6 % de la production en région soit pour la production indépendante, mais que 3 % de ce 6 % compteraient pour la production indépendante à l’extérieur du Québec. Et ça, c’est une nouvelle… ça serait une nouvelle condition de licence.

7495 Alors, je ne sais pas si vous avez un avis en ce qui concerne cette partie-là de la demande de Radio-Canada?

7496 M. JOLIN: Pour nous, c’est définitivement pas assez. C’est pour ça qu’à travers, comme j’ai mentionné, la SCFA a parlé de 15 % et ça inclut toute production indépendante parce qu’on a un petit peu partout aux pays, on a plusieurs producteurs et productrices qui sont prêts à produire du contenu et puis il faut leur donner l’occasion de le faire.

7497 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Et je m’excuse, je n’avais pas mon appareil en sourdine pendant que vous parliez, j’ai passé des documents. Donc, je voulais juste vous remercier pour cette réponse. Je voulais aussi…

7498 M. JOLIN: Si je peux ajouter…

7499 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: … oui, allez-y.

7500 M. JOLIN: … aussi, c’est qu’il faut bâtir un infrastructure indépendante de producteurs indépendants parce qu’on a des gens qui n’attendent seulement ça. Ça nous prend une infrastructure forte qui va permettre justement d’avoir des productions indépendantes qui viennent d’ailleurs qu’au Québec.

7501 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Radio-Canada a également proposé un autre élément de la demande qu’ils ont soumise qui serait l’élimination d’une obligation pour la programmation qui reflète les communautés hors-Québec sur ArTV. En ce moment, ils ont une obligation de 20 % de la programmation originale qui doit venir des communautés hors-Québec et donc, ils proposent d’éliminer cette obligation. Et j’aimerais entendre votre point de vue à cet effet, juste pour confirmer pour le dossier public votre perspective sur cette recommandation ou cette demande de Radio-Canada.

7502 M. JOLIN: Bien, je vais… pour cette question-là, je vais passer la parole à notre analyste politique ou à notre DG, Peter : est-ce que tu veux ajouter sur la question des arts de la culture qui évidemment sont un élément important pour nous autres parce que c'est le véhicule pour la francophonie, c’est le véhicule pour véhiculer qui nous sommes comme francophones en étant hors Québec.

7503 Alors, Peter, est-ce que tu veux ajouter quelque chose sur ça?

7504 M. HOMINUK: Oui. Merci, Carol.

7505 Je reste un peu choqué par cette proposition de Radio-Canada. Dans les communautés francophones hors Québec, les arts et la culture sont un des éléments qui nous regroupent le plus, qui nous donnent une vitrine avec les autres Franco-Canadiens de partager notre langue et notre culture, parce qu’on a quand même notre propre langue et notre propre culture franco-ontariennes, et de perdre cette capacité de pouvoir partager… de partager qui nous sommes avec le reste des Canadiens me laisse un peu… me laisserait un mauvais gout dans la bouche, disons.

7506 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Donc, vous êtes contre.

7507 M. HOMINUK: Oui, Madame.

7508 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: <Rires> Merci.

7509 Monsieur Jolin, vous avez noté le fait que, en ce qui concerne la proposition de Radio-Canada pour augmenter, renchérir son offre sur les plateformes numériques, vous avez exprimé une préoccupation à cet égard concernant l’accès des Franco-Ontariens, Franco-Ontariennes aux plateformes numériques. Comme vous le savez sans doute, deux parties importantes de la demande de Radio-Canada, ça serait de pouvoir diffuser ou de distribuer du contenu… de la programmation locale, la programmation ÉIN, les émissions d’intérêt national – ça, c'est les documentaires, les dramatiques et les émissions pour enfants. Alors, j’aimerais savoir si vous avez un commentaire à cet effet étant donné que vous avez soulevé cette préoccupation, accès aux services d’Internet à large bande, et cetera. Quel serait l’impact de la proposition ou ces propositions de Radio-Canada pour les communautés francophones hors Québec, et en particulier en Ontario?

7510 M. JOLIN: Ben, l’élément de diffusion est extrêmement important et puis vous l’avez mentionné, c’était sur la bande numérique, puis malheureusement, bien, l’Internet n’est pas accessible partout. Donc, c’est une problématique. Je comprends et je vois beaucoup le travail que Radio-Canada veut faire sur le plan numérique, mais comme beaucoup de gens n’y ont pas accès, la télévision a toujours son importance et il faut continuer à travailler, ne pas délaisser l’élément télévision pour tout mettre l’énergie du côté numérique parce que, un jour, ça va peut-être avoir du sens, mais pas dans le moment, puis on a encore… on en a encore pour plusieurs années avant qu’on puisse remédier à cette situation-là, puis pouvoir permettre l’accès partout.

7511 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Si vous avez écouté l’audience la semaine dernière, vous avez sans doute entendu les échanges, on a eu plusieurs échanges avec CBC/Radio-Canada concernant les rapports, comment est-ce qu’ils peuvent augmenter leur transparence et les différentes sortes de rapports qui pourraient soumettre au CRTC pour que le régulateur et les Canadiens et Canadiennes soient plus au courant de ce que fait notre diffuseur ou le radiodiffuseur public.

7512 Vous, vous avez parlé d’une étude, vous l’avez… ça fait partie de votre intervention écrite et vous en avez parlé aujourd'hui aussi, le questionnement ou le sondage que vous avez fait auprès de vos membres, les Franco-Ontariens, les Franco-Ontariennes. Est-ce que vous pensez que ce genre d’étude ou de recherche pourrait être utile pendant la prochaine période de licence, c'est-à-dire un genre de surveillance sur les émissions qui reflètent les communautés francophones hors Québec? Est-ce que vous voyez une utilité à ce genre d’exigence pour ce genre de reportage de la part de Radio-Canada?

7513 M. JOLIN: Définitivement. Je pense que ça devrait être presque obligatoire parce que si on veut savoir exactement ce que les gens pensent, il faut aller voir, et comme tout est une question de données, d’aller chercher ces données-là, et c’est ce qu’on a fait en Ontario avec le sondage qu’on a passé en novembre et qui nous a permis justement d’arriver à certaines conclusions qu’on a amenées ici aujourd'hui, et ça, je pense que ça devrait être fait dans toutes les communautés francophones hors Québec pour que les… si Radio-Canada veut avoir une idée de la perception que les gens ont du service qu’ils donnent, bien, il faut aller voir sur place et puis il faut aller chercher les données. Et comme je l’ai mentionné, toutes les données aujourd'hui… donc, il faut que ce travail-là se fasse et qu’on ne se fie pas sur quelques commentaires qu’on a ici à gauche et à droite ou d’une félicitation dans un courriel, il faut aller sonder les gens puis voir l’état du service comme tel. Il ne faut pas avoir peur de le faire.

7514 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. Nous avons également parlé des consultations que fait… que Radio-Canada fait auprès des communautés francophones hors Québec, les CLOSM.

7515 M. JOLIN: Mm-mm.

7516 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: C’est une obligation de licence, ils proposent de maintenir cette obligation pendant la prochaine période de licence. Est-ce que vous, vous avez participé à ces consultations? Est-ce que vous avez un point de vue sur ces consultations, sur l’utilité, et cetera?

7517 M. JOLIN: Ces consultations-là sont importantes. J’ai participé… depuis que je suis président à l’Assemblée de la francophonie, j’ai participé à chacune des consultations, la même chose pour mon prédécesseur, parce qu’on a toujours jugé que c’était extrêmement important que Radio-Canada entende le message des francophones de l’Ontario, et puis c’est une pratique qu’il faut maintenir, mais je continue à croire aussi qu’il faut également sonder le terrain à grande échelle.

7518 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Et quand vous parlez du message des Franco-Ontariens, Franco-Ontariennes, est-ce que c’est le même message dont vous parlez en ce moment, c'est-à-dire le reflet national, ou est-ce qu’il y a d’autres choses, le reflet artistique, et cetera?

7519 M. JOLIN: Non, sur le plan… comme je l’ai mentionné, sur le plan régional, les gens sont très contents du service qu’ils ont sur… je dirais sur toute la ligne là, sur le plan de la diversité, sur le plan de l’information, de la programmation, les gens sont très contents du service. Comme je l’ai mentionné, c’est sur le plan régional que les choses sont moins positives, donc dans ce cas-là, nos… j’ai eu l’occasion déjà de jaser avec des représentants « régionals » et puis de leur communiquer ça, mais il y a du travail à faire sur le plan national.

7520 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Merci. J’ai une dernière… ou… un dernier thème ou une dernière question avec des sous-questions sans doute. En ce qui a trait à votre recommandation pour Ottawa, Gatineau, ou dans la région de l’Outaouais, et comment le marché francophone à Ottawa est desservi, et vous proposez qu’il y ait une séparation, disons…

7521 M. JOLIN: Oui.

7522 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: …du service. Alors, j’aimerais savoir si vous pouvez en parler un peu plus longuement de comment est-ce que ça fonctionnerait et l’impact de moins d’informations concernant le côté Québec pour les téléspectateurs/téléspectatrices dans la région d’Ottawa. Alors, je vous passe la parole à cet effet.

7523 M. JOLIN: On a démontré dans notre… dans la recherche qu’on a faite de l’analyse de plusieurs bulletins que les gens, d’un côté et de l’autre, perçoivent qu’il y a trop d’informations de un et de l’autre. On a fait le test et puis sur ça c’est assez équilibré.

7524 Maintenant, ceci étant dit, de par le temps qui est alloué, ça ne permet… ça permet peut-être de couvrir Ottawa, mais ça ne permet pas de couvrir le gouvernement de l’Ontario qui a évidemment énormément de choses à nous dire, et puis à ce moment-là on entend parler de ce qui se passe du côté du Québec, mais on ne se rend pas à l’information de l’Assemblée législative de l’Ontario. Donc ça, c'est important. Et puis on calcule qu’en ayant cette division-là, il y aurait une meilleure couverture, un, pour l’Outaouais, donc les gens de l’Outaouais ne pourront plus dire qu’il y a trop de nouvelles de l’Ontario, et la même chose du côté d’Ottawa, et ça veut dire une augmentation en fait de quantité de la couverture des nouvelles pour chacun des deux côtés de la rivière.

7525 CONSEILLÈRE LAFONTAINE: Très bien. Bien, ce sont toutes les questions que j’avais. Alors, je vous remercie infiniment pour votre présentation, vos interventions et pour les réponses à mes questions aujourd'hui, et je passe la parole au président. Merci.

7526 M. JOLIN: Merci.

7527 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup. Merci pour votre présentation.

7528 Commissioner Anderson, I believe you had a question?

7529 CONSEILLÈRE ANDERSON: Oui, merci.

7530 Merci pour votre présentation. J’ai une question à propos de la recommandation numéro 4 et c'est à propos où figure le chiffre 15 %. Comment est-ce que vous avez arrivé à ce chiffre?

7531 Et ça c’est 15 pour cent de leur budget soit consacré aux communautés francophones de hors-Québec. Merci.

7532 M. JOLIN: C’est une… ça vient du Livre blanc, la question des proportions.

7533 Donc, on a… il y a quelques années, on a publié un Livre blanc sur les médias et on a engagé une firme de consultants qui a fait un travail justement pour nous autres pour évaluer la couverture francophone, les besoins des médias. Et c’est un pourcentage qui nous a été suggéré par le conseiller, suite à toutes les recherches qu’il a faites justement pour mettre le Livre blanc ensemble.

7534 Donc, on a adopté ce pourcentage-là. Et pour aller un petit peu plus loin, je vais passer la parole à notre analyste politique, Bryan Michaud.

7535 Alors, Bryan.

7536 M. MICHAUD: Oui, merci beaucoup, Carol.

7537 Oui, comme monsieur le président l’a dit, ça vient de notre Livre blanc. Le 15 pour cent, si je me souviens bien, provient de la proportion de francophones vivant au Canada, vivant en dehors du Québec. De là, le 15 pour cent.

7538 Et je me souviens également qu’à l’époque… parce que lorsqu’on a établi le Livre blanc, on a consulté l’ensemble des médias; télé, radio, journaux, petits et grands. Et puis donc Radio-Canada, évidemment, était… il y avait des dirigeants régionaux, qui font un excellent travail, qui étaient présents à ces consultations-là. Et puis tout le monde semblait justement s’entendre autour de la table que ce 15 pour cent, à l’époque, était une bonne idée.

7539 Donc, ça provient un peu justement de ce travail-là. C’est une proportion de la communauté. C’est quelque chose sur lequel nos gens à Radio-Canada, en Ontario, semblaient être d’accord également. Ça semblait faire un consensus. Donc, c’est pour ça qu’on est allé dans cette direction-là.

7540 CONSEILLÈRE ANDERSON: Merci beaucoup.

7541 Et j’ai une deuxième question et c’est à propos de région que vous avez suggérée… pardon.

7542 I’ll ask in English.

7543 But it’s about the region with respect to the West, Central Canada, and the Territories. And how would you ensure that such a large region would be reflective of that region? I mean we’re talking about a significant geographic area. So what are some considerations to ensure that everybody’s or Canadians’ needs are being met within such a large region?

7544 Thank you.

7545 M. JOLIN: Bien, pour un, ça va un petit peu… Bryan vient de parler de proportion, donc la concentration. Où est la concentration la plus élevée de francophones à l’extérieur du Québec?

7546 Donc, il y a une bonne population dans les Maritimes. Donc c’est pourquoi on verrait une station pour l’Atlantique.

7547 On verrait une station pour le Québec évidemment.

7548 On verrait une station pour l’Ontario. On sait qu’en Ontario, on a 744,000 Franco-Ontariennes et Franco-Ontariens. Et près de 1.5 millions de personnes qui peuvent s’exprimer en français.

7549 Et puis ensuite, il y aurait une division pour le centre et l’ouest du pays où on retrouve peut-être un petit peu moins de francophones mais évidemment toujours important d’avoir une couverture.

7550 Et de cette façon-là, en ayant ce… pardon, cette gouvernance-là, je pense qu’on aurait une meilleure couverture en ayant des organisations autonomes; donc par et pour les francophones, pour faire la couverture de ce qui se passe dans chacune des régions.

7551 Donc ça permettrait d’éviter le focus, sur lequel beaucoup de monde s’entend, qui est sur Montréal.

7552 Donc, on s’entend que pour quelqu’un qui… pour un francophone du Manitoba, de l’Alberta, de la Saskatchewan ou même de l’Ontario, ce qui se passe à Montréal ce n’est pas toujours d’intérêt public. Et on voudrait voir justement une couverture de ce qui se passe chez nous.

7553 Et le fait d’aller dans ce… dans cette gouvernance… ce type de gouvernance-là permettrait d’atteindre ces objectifs-là. Donc que le… que ces entités-là soient indépendantes, que leurs budgets soient indépendants et qu’elles puissent faire le travail.

7554 CONSEILLÈRE ANDERSON: Merci beaucoup.

7555 M. JOLIN: Bienvenue.

7556 LE PRÉSIDENT: Merci, Madame Anderson.

7557 Madame Simard, vous avez une question aussi?

7558 CONSEILLÈRE SIMARD: Oui, s’il vous plait. Je vous remercie, Monsieur le président.

7559 Alors ma question fait suite à votre intervention et votre proposition, évidemment, de… je ne sais pas si ça se dit, mais de dé-Montréaliser donc les ondes.

7560 Et donc dans cet esprit-là, vous avez fait quelques propositions qui demanderaient évidemment une réattribution des ressources.

7561 Ma question pour vous c’est qu’évidemment, lorsqu’on procède à un exercice comme celui-là, ça se fait en considérant certaines priorités. Et donc ma question pour vous c’est, ces investissements-là pourraient se faire au détriment de quoi?

7562 M. JOLIN: Bien, on ne s’est pas penché sur la question financière comment ça pouvait se faire. Il y a des gens qui pourraient se pencher sur les chiffres.

7563 Mais la question sur laquelle, nous autres, on se penchait c’est comment améliorer la couverture de Radio-Canada; que Radio-Canada vienne… puisse remplir son mandat. Parce qu’on l’a vu, encore de façon plus évidente en temps de pandémie, Radio-Canada n’a pas rempli sa responsabilité envers les francophones hors-Québec.

7564 Et ça, si c’est dans le mandat, bien, je pense qu’il faudrait sérieusement s’y attaquer, voir quelles sont les façons de le faire. Ça prendrait certainement une étude pour être capable de voir les changements qui doivent être faits à la gouvernance.

7565 Mais comme je l’ai mentionné dans mon introduction, ça fait longtemps… ça fait longtemps qu’on recherche quelque chose dans ce sens-là et qu’on revient d’une année à l’autre aux consultations en disant, « Mais ça ne fonctionne pas le système tel qu’on le connaît. » Il fonctionne pour le Québec mais il ne fonctionne pas pour le restant du Canada.

7566 Et de ça, si on veut vraiment montrer que Radio-Canada remplit son mandat à l’échelle canadienne, je pense qu’il faut s’attaquer réellement à la gouvernance. Et ça, ça veut dire il va falloir mettre les sous pour le faire.

7567 Mais si on veut atteindre cet objectif-là, il va falloir se pencher véritablement sur les changements qui doivent être opérés et non pas se contenter de nous dire, bien, voilà, regardez tout ce qu’on fait sur le plan numérique.

7568 C’est bien. C’est beau mais avant que le plan numérique soit accessible partout au Canada, ça va peut-être prendre encore cinq à huit ans.

7569 Donc c’est pour cela qu’on dit qu’il faut aller dans cette direction-là.

7570 CONSEILLÈRE SIMARD: Si on reste au niveau des idées, je vous ai… c’est pour une question de clarification; je vous ai entendu parler des nouvelles. Est-ce que vous pourriez clarifier que vos propos sont surtout axés sur les nouvelles et un peu moins sur la dramatique ou les autres formes de… c’est-à-dire de production.

7571 M. JOLIN: Bien, il y a les deux. Il y a les deux, parce qu’on a parlé des nouvelles, de la couverture et on a également parlé du 15 pour cent qui devrait être alloué justement pour les productions indépendantes. Et ça, productions indépendantes qu’on irait chercher un petit peu partout au pays.

7572 Donc, dans ce sens-là, c’est dans les deux sens qu’on veut aller.

7573 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait.

7574 M. JOLIN: Donc pas nécessairement seulement au niveau des nouvelles.

7575 Il faut refléter les régions qui sont desservies et puis des gens qui sont capables de produire, bien, on en a à la grandeur du pays.

7576 CONSEILLÈRE SIMARD: Mais d’importance équivalente? C’est ce que j’entends.

7577 M. JOLIN: Exactement.

7578 CONSEILLÈRE SIMARD: Parfait. Je vous remercie beaucoup.

7579 M. JOLIN: Merci.

7580 LE PRÉSIDENT: Encore, merci beaucoup pour votre présentation.

7581 Madame la secrétaire, je pense que ça c’est la fin de notre présentation aujourd’hui?

7582 Mme ROY: Oui, exactement.

7583 Donc, de retour demain à 10 heures.

7584 LE PRÉSIDENT: Merci beaucoup. Bon après-midi.

7585 Mme ROY: Merci.

7586 M. JOLIN: Merci.

7587 M. MICHAUD: Merci. Au revoir.

--- L’audience est suspendue à 15 h 34

Upon adjourning at 3:34 p.m.


Sténographes

Sean Prouse

Mitchell Kersys

Mathieu Philippe

Nadia Rainville

Nancy Ewing

Julie Lussier

Jocelyne Lacroix

Suzanne Jobb

Patricia Cantle

Jackie Clark

Lucie Morin-Brock


Date de modification :