Accès à la télévision pour les personnes sourdes ou malentendantes : le sous-titrage

Le sous-titrage, c’est-à-dire la traduction d’un contenu sonore par des sous-titres apparaissant à l’écran, permet aux personnes sourdes et malentendantes de suivre les émissions de télévision. En plus de rendre les mots prononcés, le sous-titrage donne l’identité de la personne qui parle, indique l’émotion qu’elle ressent et, au moyen d’icônes, mentionne la présence d’autres éléments, par exemple de la musique (♪♪).

On accède aux sous-titres par la touche « CC » sur la plupart des télécommandes de télévisions fabriquées après juillet 1993.

Pourquoi le sous-titrage est-il important?

La société canadienne est façonnée de façon non négligeable par la télévision. Celle-ci constitue une source fondamentale d’information, de divertissement et de sport. De plus, elle est l’une des principales voies par lesquelles les Canadiens prennent conscience de la vaste gamme d’idées et de points de vue qui composent notre riche tissu social. En conséquence, il est important de veiller à ce que tous les Canadiens puissent profiter de ce que la télévision a à offrir.

Le sous-titrage permet aux personnes sourdes ou malentendantes de profiter de la télévision. En plus, il est utile aux personnes qui apprennent à lire ou à parler une deuxième langue, et permet de regarder la télévision dans des endroits comme des restaurants, des salles de conditionnement physique, et autres endroits où le volume est souvent baissé.

Le CRTC et le sous-titrage

Reconnaissant l’importance du sous-titrage, le CRTC a, en 2007, demandé à l’industrie de la radiodiffusion de créer deux groupes de travail sur le sous-titrage – un pour le marché de la télévision de langue française, et l’autre pour le marché de la télévision de langue anglaise.

Ces groupes comprenaient des représentants des télédiffuseurs privés et publics, des distributeurs, des consommateurs, des groupes de défense des personnes sourdes et malentendantes ainsi que des fournisseurs de sous-titrage.

Leur tâche était d’aider le CRTC à établir des normes de qualité en matière de sous-titrage, normes qui deviendraient pour les télédiffuseurs des conditions de licence et qui assureraient une qualité de sous titrage uniforme et fiable dans l’ensemble du système canadien de radiodiffusion.

S’inspirant des travaux réalisés par ces groupes, le CRTC a élaboré des politiques visant à établir :

Plus récemment, à la suite de son initiative Parlons télé, le CRTC a fait état d’une attente que le sous titrage s’étende au-delà des plateformes de radiodiffusion traditionnelles et inclue la diffusion en ligne.

Quantité de sous-titrage

En matière de quantité de sous-titrage, le CRTC exige ce qui suit à la plupart des télédiffuseurs :

Qualité du sous-titrage

Les normes du CRTC régissent également la précision du sous-titrage, c’est-à-dire le degré de correspondance entre les sous-titres et le contenu audio d’une émission. En ce qui concerne les émissions présentées en différé, la précision inclut l’exactitude de l’orthographe.

En ce qui concerne les émissions préenregistrées, les télédiffuseurs doivent viser un taux d’exactitude de 100 %. Pour les émissions diffusées en direct, les sous-titres de langue française doivent viser un taux d’exactitude de 85 % alors que ce taux est de 95 % pour les sous-titres de langue anglaise, la différence résultant des disparités dans les techniques de sous-titrage utilisées pour chacun des marchés.

Les éléments suivants sont eux aussi traités dans les politiques du CRTC :

Surveillance du sous-titrage

Le CRTC inscrit comme condition de licence l’exigence que les télédiffuseurs mettent en place un système de surveillance dont le but est de vérifier que le sous-titrage est inclus dans le signal de radiodiffusion et que les sous-titres arrivent aux téléspectateurs dans leur forme originale.

Le CRTC exige également des télédiffuseurs qu’ils effectuent au sujet du sous-titrage la surveillance et les rapports suivants :

Étendre le sous-titrage au monde en ligne

À la suite de son initiative Parlons télé, le CRTC a, en 2015, fait état de l’attente que le sous titrage s’étende au-delà des plateformes de radiodiffusion traditionnelles et inclue la diffusion en ligne.

Afin que tous les Canadiens reçoivent un contenu dans sa forme la plus complète possible, même lorsqu’il s’agit de contenu en ligne, le CRTC :

Déposer une plainte au sujet du sous-titrage

Afin de s’assurer que les télédiffuseurs se conforment à ses normes de sous-titrage, le CRTC accueille les plaintes au sujet de problèmes au sous-titrage, et il peut prendre des mesures sur la base de ces plaintes.

Si le CRTC estime qu’il y a un problème de conformité, il peut demander à un télédiffuseur de soumettre ses calculs mensuels de taux de précision. Si la non-conformité aux normes de sous-titrage semble être répétée, le CRTC peut imposer au télédiffuseur des exigences de surveillance supplémentaires.

Toutes les plaintes relatives à la radiodiffusion, y compris celles qui ont trait au sous-titrage, doivent être faites par écrit. Pour en savoir plus, voir « Comment déposer une plainte relative à la radiodiffusion? ».

Documents connexes

Pour plus d’information sur le sous-titrage et le CRTC, consulter :

Date de modification :