Rapport de surveillance des communications 2016 : Sommaire exécutif

Remerciements

Le Conseil souhaite remercier de leur aide tous les organismes qui ont rempli les formulaires de
Collecte de données du CRTC sans qui ce rapport n’aurait jamais vu le jour. Le Conseil tient aussi à remercier Innovation, Sciences et Développement économique Canada pour l’analyse de la mise en œuvre de la bande passante ; Statistique Canada pour les diverses données supplémentaires utilisées dans ce rapport ; Numeris pour les cotes d’écoute ; NLogic pour l’observateur de technologies médias (OTM) ; et Mediastats.

Le Conseil invite les parties intéressées à envoyer les commentaires destinés à améliorer ou compléter de futures parutions de ce rapport par courrier, à l’attention du Secrétaire général, CRTC, Ottawa, K1A 0N2.

Message du président– RSC 2016

Je suis heureux de présenter le Rapport de surveillance des communications 2016, qui dresse un portrait exhaustif du secteur canadien des communications. 

Il est clair que les Canadiens se tournent vers les plateformes numériques et les technologies mobiles. En 2015, la consommation de données Internet s’est accrue de presque 40 %, alors que le trafic de données sur les réseaux sans fil mobiles a augmenté de 44 %.

Les abonnements aux téléphones filaires continuent à diminuer au fur et à mesure qu’augmente la propriété de téléphones mobiles. Les Canadiens à l’échelle du pays dépendent de plus en plus des technologies sans fil dans leur vie quotidienne, et les services sans fil comptent désormais pour 51 % des revenus de télécommunication de détail.

Pour mieux refléter l’évolution des technologies et la transformation des habitudes de consommation, des indicateurs améliorés ont été ajoutés au rapport de cette année. Par exemple, les données relatives à la mesure des services à large bande comprennent maintenant l’utilisation des données pour les applications d’appels vidéo et de diffusion en direct. En outre, pour mieux analyser les tendances sur le plan géographique, des répartitions par province et région ont été ajoutées dans les différentes parties du rapport.

Les secteurs de la radiodiffusion et des télécommunications sont tous deux à des croisées de chemins importantes qui détermineront leur avenir. Ces dernières années, le CRTC a amorcé de nombreuses instances importantes et il a pris des mesures pour s’assurer que notre système de communication s’adapte à l’ère numérique et que les Canadiens peuvent prendre part à l’économie numérique qui est train de se déployer.

Le présent rapport est un important outil pour évaluer le chemin que nous avons  parcouru et éclairer nos choix pour l’avenir. Nous poursuivons nos efforts soutenus pour consulter les Canadiens au sujet des importants sujets qui influeront grandement sur leurs vies au quotidien. Nous sommes fiers d’œuvrer en faveur de l’intérêt public et de faire en sorte que les Canadiens soient au centre de leur système de communication de calibre mondial.

Jean-Pierre Blais, président et premier dirigeant

Sommaire exécutif

Le Rapport de surveillance des communications offre une vue d’ensemble des marchés des communications au Canada. Plus précisément, il offre aux canadiens, à l’industrie et aux intervenants un outil utile qui les aidera à mieux comprendre le secteur des communications et à participer aux instances du CRTC.

  1. Principales tendances de l’industrie des communications
    • L’industrie des communications a enregistré des revenus totaux de 65,7 milliards de dollars en 2015, une hausse par rapport aux 64,1 milliards de dollars générés en 2014. Le taux de croissance de 2,5 % obtenu entre 2014 et 2015 est légèrement supérieur au taux de croissance moyen des cinq dernières années, établi à 2,1 %. Les hausses des revenus attribuables aux services mobiles et aux services Internet ont été contrebalancées par les baisses de revenus qu’ont essuyés les services traditionnels de télévision et de téléphonie de résidence.
    • En 2015, les revenus des services de télécommunication représentaient 73 % de l’ensemble des revenus des services de communication. Les revenus des services de télécommunication ont totalisé 47,8 milliards de dollars et ont crû de 4,1 % par rapport à 2014, alors que ceux des services de radiodiffusion se sont chiffrés à 17,9 milliards de dollars et ont baissé de 1,6 % par rapport à 2014.
    • Le secteur des services sans fil représente plus de la moitié (51 %) de tous les revenus des services de télécommunication de détail. Le secteur des services sans fil est le plus grand secteur des services de télécommunication de détail et a augmenté plus que tout autre secteur depuis 2008.
    • Les services spécialisés ont déclaré des dépenses en émissions et en production de 2,0 G$ en 2015, une hausse de 107,6 M$ (5,7 %) par rapport à 2014. Les dépenses en programmation et en production des services spécialisés étaient réparties comme suit : 54,9 M$ en dépenses de production; 434,2 M$ en dépenses en émissions non canadiennes; 1,5 G$ en dépenses en émissions canadiennes (DÉC).
    • Les revenus des entreprises de câble et d’IPTV ont continué à augmenter et s'élevaient à 6,6 G$ en 2015. Il s'agit d'une hausse de 113,5 M$ (1,7 %) depuis 2014 et de 702,6 M$ (11,9 %) depuis 2011. Par contre, les revenus des entreprises de satellite sont en baisse depuis 2012 et ont enregistré les plus importantes pertes au cours des deux dernières années. Ces entreprises ontgénéré des revenus de 2,2 G$ en 2015, soit une baisse de 5,2 % comparativement à 2014.
    • Les cinq principales entreprises ont généré à elles seules 82 % des revenus totaux des services de communication en 2015. Ce pourcentage est demeuré relativement stable par rapport à 2014.
    • Les dépenses mensuelles moyennes que les ménages consacrent aux services de communication ont augmenté, passant de 212 $ en 2013 à 215 $ en 2014. La principale augmentation des dépenses a touché les services mobiles, passant de 79 $ en 2013 à 83 $ en 2014. Les Canadiens ont surtout dépensé pour les services sans fil mobiles (38 %), suivi par les services de télévision de résidence (26 %), les services Internet (20 %) et les services téléphoniques de résidence (16 %).
    • Les jeunes Canadiens dépensent trois fois plus en services sans fil mobiles que les autres Canadiens. Les Canadiens âgés de moins de 30 ans dépensent le plus mensuellement pour des services sans fil mobiles (114,42 $), tandis que les Canadiens âgés de 65 ans et plus sont au dernier rang avec 33,50 $ par mois. 
  2. La propriété d’appareils et l’utilisation de données gagnent progressivement en popularité chez les Canadiens
    • La migration vers les services sans fil continue, alors que plus de ménages canadiens sont abonnés uniquement aux services sans fil mobiles (23,7 %) qu’aux services filaires (ligne terrestre) [13,6 %]. De même, les ménages canadiens étaient également plus nombreux à privilégier les services téléphoniques mobiles (85,6 %) plutôt que les services téléphoniques filaires (75,5 %).
    • Les Canadiens continuent de se tourner vers les services mobiles à large bande. Les abonnements aux services mobiles à large bande ont continué de croître considérablement, s’établissant à plus de 22 millions d’abonnements en 2015, contre 19,3 millions en 2014 et 13,2 millions en 2011.
    • Le nombre d’abonnés aux services sans fil a augmenté à environ 30 millions en 2015. La croissance du nombre d’abonnés a augmenté de 3,4 % en 2015, contre 1,5 % en 2014.
    • L’utilisation de données des services sans fil et Internet continue de s’accroître. L’utilisation des données des services sans fil a augmenté de 44 % de 2014 à 2015, tandis que l’utilisation des données des services Internet fixes ont connu une hausse de presque 40 % au cours de la même période. Environ 70 % des abonnés ont des services sans fil qui comprennent des forfaits offrant une utilisation de données d’au moins 1 Go par mois.
    • En 2015, les contrats de plus de deux ans représentaient seulement 14 % de l’ensemble des contrats, toutes durées confondues, contre 33 % en 2014 et 56 % en 2013.
    • Approximativement trois quarts (73 %) des Canadiens âgés de 18 ans et plus possèdent un téléphone intelligent en 2015. Ceci représente une hausse de 7 % par rapport à 2014 et une hausse de 36 % par rapport à 2011.
    • Plus de 97 % de la population est maintenant desservie par la technologie LTE, alors que le réseau HSPA+ est offert à plus de 99 % de la population.
    • Le nombre de personnes ayant une tablette a continué d’augmenter, alors que plus de la moitié des Canadiens (52 %) en possèdent une en 2015. En 2014, 49 % des Canadiens âgés de 18 ans et plus ont déclaré avoir une tablette, contre 10 % en 2011.
    • Plus de 80 % des ménages canadiens peuvent s’abonner à des vitesses de téléchargement d’au moins 50 Mbps.
    • L’utilisation des données des abonnés des services Internet haute vitesse de résidence a augmenté de 40 % par rapport à 2014, et de plus de 50 %, en moyenne, de 2010 à 2015.
  3. Les canadiens continuent d’écouter la télévision
    • L’écoute de la télévision sur Internet a continué de prendre de l’ampleur en 2015. Les utilisateurs hebdomadaires canadiens âgés de 18 ans et plus regardaient 5,8 heures de télévision sur Internet par semaine, comparativement à 1,5 heure en 2008.
    • L’écoute de la télévision traditionnelle est demeurée relativement stable, diminuant de 0,2 heure de 2014 à 2015. Les Canadiens âgés de 2 ans et plus ont regardé, en moyenne, 27,2 heures de télévision traditionnelle par semaine durant l’année de radiodiffusion 2014-2015, contre 27,4 heures en 2013-2014 et 28,5 heures en 2010-2011.
    • Les jeunes Canadiens regardent beaucoup moins la télévision traditionnelle que les autres Canadiens. En moyenne, les Canadiens âgés de 18 à 34 ans ont regardé deux fois moins la télévision traditionnelle (19,7 heures) que les 65 ans et plus (42,0 heures).
    • La montée des revenus des services IPTV continue. Les fournisseurs des services IPTV ont généré des revenus d’environ 1,6 milliard de dollars en 2015, une hausse de 273 millions de dollars ou 21% par rapport à 2014. 
  4. L’utilisation des services de musique en continu poursuit sa croissance
    • Les Canadiens utilisent de plus en plus les services de musique en continu. En 2015, 55 % des Canadiens écoutaient des vidéos de musique sur YouTube, 23 % écoutaient la radio AM/FM en ligne, 20 % écoutaient de la musique personnalisée en continu et 22 % écoutaient des balados.
    • En 2015, 16 % des Canadiens âgés de 18 ans et plus étaient abonnés à des services de radio par satellite. Ce chiffre est stable comparativement à 2014.
    • La radio commerciale privée a continué d’enregistrer de légères pertes. Les stations de radio commerciale ont déclaré une légère baisse de revenus, lesquels sont passés de 1,61 milliard de dollars en 2014 à 1,60 milliard de dollars en 2015.

Modifications apportées au Rapport de surveillance des communications

Décembre 2017

Novembre 2016

Février 2017

Date de modification :